DISSIBLOG

27 novembre 2011

Le mensonge permanent

L’histoire et surtout sa réécriture sont de plus en plus instrumentalisées politiquement. Et mises au service de la culpabilisation des nations et des peuples européens. Et au détriment des forces politiques traditionnelles ou de l’Eglise. L’Espagne n’échappe pas à cette entreprise de subversion. Quarante ans après une transition démocratique réussie, soixante-cinq après la fin d’une seconde guerre mondiale à laquelle l’Espagne n’a pas participé, le régime de Franco est régulièrement convoqué au banc des accusés.

Les socialistes et la presse de la superclasse mondiale ravivent régulièrement les blessures de la guerre civile. Avec l’appui du grand quotidien El País, Felipe Gonzalez avait utilisé les montages historiques pour donner des gages à l’extrême gauche et détourné l’attention de l’opinion de ses échecs économiques.
L’une des dernières manœuvres a consisté à accuser le régime franquiste d’avoir été complice de la persécution des juifs. L’hispanisant Arnaud Imatz fait litière de ces abjections pseudo-historiques : jamais les 6.000 juifs de la Péninsule ibérique n’ont été inquiétés de 1940 à 1945 ; et la grande majorité des 15.000 juifs de l’Espagne africaine ont soutenu le général Franco. Rappel des faits contre les mensonges historiques. Bref mémoire historique contre mémoire hystérique !

>> lire la suite

Posté par dissidence à 08:36 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire