DISSIBLOG

29 mai 2012

L'Espagne fonce tête baissée dans le mur

(Boursier.com) -- Le titre Bankia qui chutait lourdement à la Bourse de Madrid ce lundi va-t-il pousser l'Espagne vers une solution d'urgence avec une aide européenne à la clé ? Madrid jure que non, mais force est de constater que la situation se complique de jour en jour au-delà des Pyrénées. Le quatrième établissement financier du pays a en effet demandé à l'Etat de lui fournir 19 milliards d'euros de plus pour l'aider à surmonter ses difficultés, soit plus de deux fois le montant minimum estimé la semaine passée par le gouvernement.

Les 4,5 milliards d'euros déjà versés par l'Etat n'ont ainsi pas permis à Bankia de couvrir son exposition au marché de l'immobilier et la détérioration du crédit. Après réexamen de ses comptes, la banque a accusé une perte de 2,979 milliards d'euros.

Madrid a donc décidé de prendre le contrôle de l'établissement tout en précisant qu'il s'agissait d'un "cas exceptionnel". Bankia espère que l'opération de nationalisation sera finalisée pour le mois d'octobre... Le gouvernement espagnol envisagerait ensuite de recapitaliser Bankia avec des titres de dette souveraine, qui seraient échangés contre des actions de la banque.

Un tour de passe-passe qui n'est pas gagné d'avance au moment où l'écart de rendement entre les obligations espagnoles à 10 ans et les Bunds de même échéance grimpe de nouveau au plafond, à plus de 512 points de base. Le rendement du papier à 10 ans émis par Madrid a en effet dépassé le cap symbolique des 6,5%, un plus haut depuis le mois de novembre 2011, et non loin de son record historique de 6,8%.
Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a déclaré que son pays éprouverait dans ces conditions des difficultés à se financer s'il ne réduisait pas ses déficits...

Posté par dissidence à 11:41 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire