DISSIBLOG

24 octobre 2012

La défaite de Marine Le Pen et les mystérieuses signatures

L'élection s'était en effet jouée à 118 voix d'écart dans cette circonscription autour de Hénin-Beaumont, et Marine Le Pen soulève un certain nombre d'irrégularités sur les listes d'émargement. RTL a pu consulter ces listes, sur lesquelles les électeurs signent après avoir voté, et relève effectivement des éléments étranges. A plusieurs reprises, la signature du second tour ne correspond pas du tout à la signature du premier. A tel point qu'il est légitime de se demander si c'est bien la même personne qui a signé.

Ce cas de figure concerne une quarantaine d'électeurs environ. Marine Le Pen y voit la preuve d'une fraude, même si rien ne dit que ces électeurs aient forcément voté pour son adversaire. Ce dernier, le socialiste Philippe Kemel dément quoi qu'il en soit tout manipulation.

Ces doutes peuvent-ils profiter à Marine Le Pen ? Rien n'est moins sûr sur le plan purement électoral, répondent les avocats spécialistes en la matière, qui brandissent la jurisprudence Jean Tibéri. Malgré l'inscription massive et avérée de faux électeurs, la victoire du maire du Ve arrondissement de Paris n'avait pas été annulée (élections municipales de juin 1995 et législatives de mai-juin 1997). Une fois les listes nettoyées de ces faux électeurs, il restait en tête.

En ce qui concerne Marine Le Pen, même si la quarantaine d'électeurs incriminés étaient rayés des listes, le candidat socialiste, qui bénéficie de 118 voix d'écart, garderait de l'avance.

Restent les conséquences politiques éventuelles. Jean-Luc Mélenchon, le troisième acteur du scrutin dans cette circonscription du Pas-de-Calais (éliminé au premier tour) ne cache pas son inquiétude. "S'il y a eu triche", estime-t-il, "Marine Le Pen a un boulevard..."

source

Posté par dissidence à 07:04 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire