DISSIBLOG

21 novembre 2012

Triple AAA: après la "grande nation", la petite Europe ?

Alors que les analystes du monde entier dissertaient sur les conséquences réelles de la dégradation de Moody's sur les taux d'emprunt de la France, le fonds de secours européen FESF a tout simplement reporté sine die l'émission obligataire initialement prévue sur le marché financier. «L'action de Moody's de réduire la note de long terme de la France de Aaa à Aa1 signifie que l'émission à long terme du FESF (qui était notée Aaa par Moody's jusqu'à présent) ne satisfait plus les conditions requises», a déclaré, dans un communiqué, Christophe Frankel, le directeur financier du FESF.

Moody's va devoir préciser sa position sur la note qu'il attribue aux emprunts du FESF, sachant que cette notation ne saurait être meilleure que celles des États de l'Euroland les plus solides qui apportent leur garantie à ce fonds. Les cinq États qui restent notés Aaa (Allemagne, Finlande, Pays-Bas, Autriche et Luxembourg) ne représentent plus que 36,3 % des garanties étatiques depuis que la France (dont la participation est de 20,3 %) a été dégradée. C'est l'ensemble du dispositif, mis en place par les États de l'Euro­land depuis les premières aides à la Grèce du printemps 2010, qui se trouve vulnérabilisé. Le problème se posera aussi pour le Mécanisme européen de stabilité (MES), quand celui-ci s'engagera effectivement (pour les banques espagnoles entre autres). Même si le MES, dont la puissance de feu a été calibrée à 500 milliards d'euros, dispose de 80 milliards de fonds

>> lire la suite

Posté par dissidence à 07:16 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire