DISSIBLOG

29 janvier 2013

L'égalitarisme jusqu'à l'absurde

"Le projet de loi ouvrant le mariage aux homosexuels proposé à l'Assemblée Nationale repose, selon le gouvernement, sur une nécessité d'égalité et une exigence de mettre un terme à la discrimination que serait le mariage sous sa forme traditionnelle. Selon le gouvernement, la loi se doit de reconnaitre toutes les formes d'amour qui existent, même minoritaires, mêmes marginales, au sein d'une société.

Afin de souligner la dangereuse absurdité de cette argumentation, Jacques Bompard a souhaité en pousser la folle logique dans tous ses développements. Aussi, dans cette intention, a-t-il déposé plusieurs amendements en faveur de l'ouverture du mariage aux polygames, aux incestueux et aux amateurs de jeunes mineurs. Conscient que dans le domaine de la lutte contre les discriminations, il ne saurait y avoir de limites, Jacques Bompard a également déposé un amendement visant à supprimer le mariage civil, ce qui, de fait, supprimerait toute discrimination, non apparente à ce jour, mais qui pourrait se révéler au fur-et-à-mesure de l'évolution de notre société.


Ce sont les « premiers dérapage du débat parlementaire », selon Le Monde, ce sont des amendements  « ridicules » et « grotesques », selon le président du groupe socialiste.

Commentaire Daoudal:

Les amendements dont s’offusquent les partisans de l’union sodomite n’ont rien de grotesque et ne sont en rien des dérapages. Au contraire, ils prennent au sérieux les exigences, toutes les exigences, du « mariage pour tous ». Si tout le monde doit pouvoir se marier, il faut réellement l’étendre à tous, « sans distinction de sexe, d'orientation sexuelle, d'origine, de nombre, d'âge ou de lien de parenté ». Sinon, c'est de la discrimination...

Il est quand même merveilleux de voir les pères la pudeur du Monde s’offusquer qu’un député veuille « légaliser les mariages polygames » ou « autoriser les mariages pour les mineurs ou entre, par exemple, une tante et son neveu ». Le « mariage pour tous », c’est bien cela, non ?

Et s’ils veulent des amendements sérieux, qu’ils examinent donc de plus près le N° 5071, par exemple, présenté conjointement par Jacques Bompard et Marion Maréchal-Le Pen :

ARTICLE PREMIER

Supprimer cet article.

EXPOSÉ SOMMAIRE

Cet article est le cœur du projet de loi en ce qu’il modifie le code civil afin d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

Une loi ordinaire ne saurait ainsi dénaturer une institution dont le but est la transmission de la vie et la protection juridique du foyer et non la simple reconnaissance sociale d’un amour ou la volonté de donner des avantages fiscaux aux couples.

L’activisme militant de certains groupes de pression minoritaires ne saurait obliger le législateur, sous couvert d’une conception partisane de l’égalité, à faire droit à toutes leurs revendications.

À l’évidence, ce projet a pour vocation ou en tout cas pour conséquence de fragiliser l’institution du mariage et la déconnectant de sa finalité qui est la création d’une famille.

 

 

 

Posté par dissidence à 15:45 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • leçon de vocabulaire

    il faudra dire "un couple" pour un homme et une femme, et "une couple" pour des gens de même sexe. en effet, "une couple" désigne 2 choses identiques, exemple: "une couple d'heures".

    Posté par philiberte, 30 janvier 2013 à 17:53

Poster un commentaire