DISSIBLOG

04 décembre 2013

Bonne nouvelle: les assos à sec en 2014

Dommage collatéral de la politique d'austérigueur, le robinet à décerveler pourrait bien lui aussi se tarrir en 2014. Motif, les collectivités locales, grandes pouvoyeuses de subventions pourries, seront elles mêmes au régime sec:

Des grands noms du secteur associatif sont signataires d’un appel au titre radical : « Non à la disparition des associations ». La menace se concrétise à en croire un article publié dans Basta ! :

« Le 1er janvier 2014, il n’y aura plus aucun éducateur dans les rues d’Orléans, de Montargis ou de Pithiviers pour aller à la rencontre des collégiens et des ados. Le département du Loiret a annoncé cet été qu’il ne financerait plus la prévention spécialisée, jugée inefficace par ses services. (…)

En Seine-Maritime, même processus. Le nombre d’éducateurs de rue est divisé par deux suite à la décision du conseil général de réduire les subventions de 6,8 millions d’euros à 3,5 millions d’euros. (…)

En Isère, le Planning familial est dans une situation très difficile depuis l’annonce par le conseil général d’une diminution des subventions de 98 000 euros. »

Les raisons de ce plan social invisible ? : les collectivités locales n’ont plus les moyens de soutenir les associations et l’État « oriente ses subventions et ses appels d’offre vers les plus grosses structures, transformées en prestataires de services ».

Posté par dissidence à 07:06 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • si seulement ça pouvait s'étendre à d'autres malfaisantes!

    Posté par philiberte, 04 décembre 2013 à 10:06

Poster un commentaire