DISSIBLOG

22 octobre 2014

LMTP : entre cécité et échec

Contribution d'un catho-royaliste assumé. Et alors ? Nous la publions car ses arguments sont on ne peut plus recevables ...


Une dizaine de jours après la manifestation du 5 octobre, une fois la brise médiatique retombée, il est maintenant temps d’analyser cette journée. Nous ne tomberons pas comme beaucoup dans la critique de personnes et nous contenterons, ce qui est déjà beaucoup, de nous en tenir aux faits et de pointer les faiblesses de ce mouvement. Peu m’importe que cet article ne soit pas compris par les manifestants, et fasse grincer des dents, il est impératif de montrer que tous les défenseurs de la famille ne soutiennent pas cette mascarade et la dénoncent.

Pour commencer, il convient de préciser que la position de l’Eglise en France ne plaide pas en la faveur d’une réussite de cette mobilisation. En effet, entre les prélats (notamment les Evêques) qui ne disent rien et qui ne s’y rendent pas, ceux qui critiquent ce mouvement de manière plus ou moins ouverte, ceux qui le soutiennent puis prennent leur distance, ceux qui défilent en taisant leur soutien, difficile pour un catholique lambda de s’y retrouver… d’autant que la grande majorité des successeurs des Apôtres préfère rester neutre face à ces événements. A ce sujet le quasi silence des Evêques de France est très bruyant et appelle de nombreux commentaires et questions. Ont-ils peur ? Préfèrent-ils ne pas se mouiller dans un combat politique qu’ils savent perdu d’avance ? Ne croient-ils plus que la famille est le socle naturel de la société ? Ne veulent-ils pas se mêler à des hommes politiques dont ils connaissent la perfidie et la duplicité ? L’union fait la force proclame la devise de la Belgique, LMTP ne la fait pas et nous le comprenons.

Après chaque manifestation qu’elle soit de la CGT ou du FN, il est de bon ton pour les organisateurs de disserter, voire de s’étriper, à longueur de journée avec les policiers (et les journalistes) au sujet du nombre de manifestants. Tels de vulgaires boutiquiers, les organisateurs de LMPT opposent leur chiffre à ceux de la police et des journalistes. Que dire ? Tout simplement que cette activité relève de la plus grande futilité. En effet que LMPT ait réuni 500 000 ou 3 000 000 de manifestants cela ne change pas grand-chose. En prenant appui sur le dernier chiffre, et si on s’en tient à des standards démocratiques, cela ne représente même pas 10 % de la population française. On est loin, très loin, d’un mouvement de masse ou populaire comme la France en connut dans la première partie du siècle dernier. De même, si on s’en tient aux chiffres des organisateurs donnés lors des manifestations de l’année 2013, entre 800 000 et 1 000 000 de personnes, force est de constater que leur combat fut un échec car l’objectif annoncé (le retrait de la loi Taubira et des autres) n’est pas atteint. Il est risible, par exemple, de voir dans un blog (1) et dans tant d’autres des photos montages maladroits qui visent à confirmer que les rues de Paris furent envahies par les drapeaux roses et bleus. Pour beaucoup aujourd’hui, la politique se réduit à cela, de la communication, de la forme, jamais de fond, et encore moins de doctrine. Concrètement ce qui compte n’est pas tant le nombre que la stratégie, la méthode et les idées mises en avant. LMTP ne comprend donc pas, qu’une fois la manifestation terminée, les agents de la Ville de Paris passent des coups de balai, enlèvent les barrières, permettent à nouveau la circulation des voitures, et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes comme dirait Candide… Un mouvement politique qui prétend se battre pour la famille, les enfants, a besoin de héros, de martyrs, d’une mystique, et malheureusement de sacrifices. Les photos et vidéos de l’année dernière, où l’on voyait des manifestants (et j’écarte volontairement les enfants, les femmes et les personnage âgées) geindre et sangloter car ils recevaient un coup de matraque ou étaient retenus quelques heures en garde vue, les exposent à des critiques justifiées sur leur manque de courage et virilité. C’est malheureux de l’écrire, mais tant que les défenseurs de l’ordre naturel et d’une manière générale de la France, auront peur d’avoir mal et n’auront pas mal, les lois mortifères ne seront jamais abrogées.

A ce sujet, en terme de méthodes et de stratégie, LMPT se complait dans une bouillabaisse doctrinale qui est loin de l’aider. Au lieu d’opter pour une stratégie globale et frontale, LMPT prend le combat par le petit bout de la lorgnette et ne démontre pas sa capacité à voir à long terme. LMPT ne tire pas les conclusions de ses échecs passés et préfère la composition à la confrontation. En effet, les affidés de l’UMP, dans un esprit de retape qui vise à se montrer dans le but à terme de recueillir des suffrages, se pavanent avec leurs écharpes tricolores dans le défilé. La plupart des manifestants et des organisateurs applaudie à cet état de fait, y trouve un réconfort moral et s’en enorgueillit. Cécité quand tu nous tiens ! Faut-il rappeler que durant leur mandature les umpéistes ne se montrèrent pas prompts à défendre la famille, structure naturelle par excellence ? Voir les organisateurs de LMPT, et tous les responsables de site ou blog se mobilisant pour cette dernière se satisfaire de la présence de personnes qui les ont méprisés, trahis, trompés quand ils tenaient le pouvoir (et même avant), montre et démontre le peu de sérieux politique de ces gens là, et leur inaptitude intellectuelle à comprendre les enjeux philosophiques et politiques de notre époque. Comment manifester avec des individus qui hier ne défendirent pas la famille, qui aujourd’hui prennent une posture hypocrite et qui demain retourneront leur veste une fois que le vent aura tourné ? Avant nous avions l’UMPS, maintenant je dis bienvenue à LUMPTS… Et que dire de ces jeunes filles défilant habillées en Marianne ou d’autres se coiffant avec des bonnets phrygiens ? Durant la révolution, celles et ceux qui marchaient avec ce chiffon rouge sur leurs crânes vides déambulaient dans Paris avec des piques surplombées de têtes arrachées aux corps de prêtres, de nobles et de toutes personnes hostiles à la folie révolutionnaire. Les « grands ancêtres » de la révolution  doivent se retourner dans leurs tombes de voir des petits bourgeois revêtir leur symbole de liberté

En d’autres temps et dans le même lieu (2), les contestataires au pouvoir royal ne demandaient pas l’autorisation du ministre ou de la prévôté pour montrer leur mécontentement. Les rebelles ne se satisfaisaient pas de faire le tour des Tuileries ou du Château de Versailles puis de rentrer chez eux bien sagement en se soumettant aux volontés de la police royale. Par la suite, la « constitution montagnarde » (3) de 1793 proclama le droit à l’insurrection « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs » Nous sommes précisément dans cette situation : depuis des lustres, les gouvernements républicains successifs violent les droits des peuples : euthanasie, avortement, salles de drogue, mariages des personnes de même sexe, et je ne prends que les actes s’attaquant à la loi naturelle, si j’évoquais la liste des actes politiques anti-France, elle serait interminable. Les manifestants du dimanche 5 octobre aux bonnets rouges devraient peut-être s’inspirer des premiers qui les portèrent, mais là encore se trouve l’incohérence doctrinale. Ils contestent la révolution qui s’applique sous leurs yeux, mais en portent les insignes. Ils se servent des symboles qui rappellent la violence et se comportent en pacifistes forcenés. Cécité et incohérence ! Le Docteur angélique disait que la « cohérence est le moteur de la vérité ». Justement, que dit Saint-Thomas d’Aquin au sujet de la désobéissance civile : « Les lois peuvent être injustes d’une autre manière, par leur opposition au bien divin ; telles sont les lois tyranniques qui poussent à l’idolâtrie ou à toute autre conduite opposée à la loi divine. Il n’est jamais permis d’observer de telles lois » De mon côté, je m’en réfère à lui et surtout à Actes 5-29 (4).

Pour conclure tant que ce mouvement se complaira à collaborer avec l’UMP, à utiliser des symboles révolutionnaires, à se satisfaire de la futilité, à ne pas être dans le courage et la virilité, les lois anti-naturelles ne seront jamais abrogées.

Franck ABED

Posté par dissidence à 10:45 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire