DISSIBLOG

08 janvier 2015

Quand Charlie Hebdo appelait à la censure et à l'interdiction

Dans leur hommage dytirambique, les chroniqueurs médiatiques soulignent à l'envi l'attachement à la lierté d'expression, saluant celui total de Charlie Hebdo. Probème, en bons pamphlétaires d'extrême gauche, ça n'a pas toujours le cas: en juin 1995, nos trublions soixante-huitards dont la profession de foi était "il est interdit d'interdire" proposaient tout bonnement ...d'interdire le Front National. Et ce n'était  pas qu'une pochade

Le 26 avril, Cavanna, Val et Charb (trois piliers du journal Charlie Hebdo) [NDLR: le second a été nommé par la suite directeur de France Inter, excusez du peu] débarquent en estafette dans une annexe du ministère de l’Intérieur. Dans leur coffre, des cartons remplis de signatures qu’ils apportent à un conseiller de Jean-Louis Debré. En huit mois, 173 704 personnes ont répondu à l’appel « pionnier » de l’hebdomadaire pour demander l’interdiction du Front national. Loin de l’anonymat des sondages ou de la sempiternelle discussion sur la montée du FN, ces milliers de signataires ont apposé leur nom, profession, adresse, au bas d’un texte réclamant « de dissoudre le Front national, cette ligue dont le but politique est de faire disparaître la République ». Adressé au président de la République et au ministre de l’Intérieur, la pétition est précédée des articles 1, 2, 4, 6 et 7 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (elle constitue le préambule de la Constitution), avec lesquels « le Front national est en contradiction flagrante ». (source)

Un appel à la censure et à l'interdiction en bonne et du forme, en somme. Les journaleux ont la mémoire courte, ou plus exactement trés sélective ...

 

Posté par dissidence à 06:58 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire