DISSIBLOG

18 juin 2015

Educ'Naze: l'académie de Versailles demande aux professeurs de faire preuve d'indulgence

... sous peine de sanctions !


Résultat de recherche d'images pour "académie de versailles"L'esprit critique, la capacité à développer un argumentaire et à construire un plan pour présenter ses idées... Autant de qualités a priori attendues d'un élève de terminale qui passe l'épreuve d'histoire-géographie au bac. Sauf que ... non !

Ainsi, dimanche après-midi, un drôle de message est apparu sur le très officiel site internet de l'académie de Versailles dédié aux professeurs d'histoire-géographie. Dans ce texte, dont L'Express a pu obtenir une capture d'écran avant qu'il ne soit effacé, un certain nombre de consigne de corrections sont rappelées aux professeurs qui noteront les copies du bac 2015.

Quelques exemples:

    "Le recul critique, si la consigne n'y appelle pas explicitement, n'est pas attendu",
    "Aucun plan n'est attendu",
    "Aucune introduction n'est attendue (...) la présentation du document, d'essence universitaire, n'est pas demandée".

Fichtre. A lecture de ces consignes de correction, le sang d'un certain nombre de professeurs d'histoire-géo n'a fait qu'un tour. En plus de 30 ans d'enseignement et de corrections du bac, Bruno Modica, professeur dans un lycée de Béziers, et président de l'association Les Clionautes, n'avait jamais ça: "On nous dit très explicitement que les élèves n'ont pas à faire de plan, ni à utiliser leur sens critique, c'est quand même une sacrée innovation! Cela revient à renier notre métier, qui consiste justement à apprendre aux élèves à faire un plan, monter une argumentation, avoir du recul".

Des menaces de sanctions

Et ce n'est pas tout. Apparemment pas à une boulette près, l'auteur de ces surprenantes consignes estime également utile de rappeler aux professeurs d'histoire-géographie leurs obligations en tant que correcteur du bac: "Lorsque qu'un professeur corrige des copies d'examen, il réalise cette mission dans le cadre strict des règlements d'épreuves qui régissent cet examen. Ils sont impératifs et ne sont pas soumis à l'appréciation personnelle du correcteur". Le texte précise également qu'une autre posture de la part du correcteur reviendrait à rompre "l'égalité entre les candidats", et entraînerait "recours et sanctions".

Posté par dissidence à 16:35 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire