DISSIBLOG

26 juin 2015

Les guignols des partis de "gouvernement"

François Hollande a condamné les violences des taxis :

"Il y a des violences qui sont inacceptables dans une démocratie, inacceptables dans un pays comme la France". 

Mais, faible avec les forts, il a ajouté :

"UberPOP doit être dissous et déclaré illégal et la saisie des véhicules devra être prononcée et effectuée".

On croît rêver... UberPop est... une application web. Le concept est né à Paris en 2008 parce que ses fondateurs ne trouvaient pas de taxi disponible... H16 fait le rapprochement avec les applications qui détectent les radars et commente :

"En s’agitant rageusement comme il le fait, l’État, par défaut d’action, par une action illisible, ou par action claire contre les réseaux sociaux, va criminaliser progressivement Uberpop ou les citoyens attentifs aux radars. Petit-à-petit, il n’obtiendra qu’une seule chose : les pousser à la clandestinité. 

D’autant que celle-ci est très facile à mettre en place (anonymiser un site web publiant ces informations est simple à réaliser, et continuer à « uberpoper » sans se faire coincer ne pose aucune difficulté).

D’autant qu’il est très complexe pour l’État de contrôler efficacement les réseaux pour empêcher ce genre d’informations d’apparaître, ou encore plus compliqué pour lui de vérifier que deux personnes à bord d’une voiture n’y sont pas pour des raisons commerciales, de la même façon qu’il lui est impossible de vraiment vérifier que les individus qui se rendent dans certains foyers n’y vont pas pour de petits travaux de plomberie ou d’électricité, dont l’aspect commercial n’apparaîtra jamais dans aucune comptabilité… En somme, oui, grâce à ces actions stupides, l’État pousse de plus en plus les individus au marché noir, à la clandestinité. Et le plus beau de cette affaire, c’est que cette clandestinité va à la fois éteindre toute l’utilité pécuniaire des radars, fusiller les espérances de gain et de survie des taxis traditionnels, et, surtout, saboter les rentrées fiscales de l’État. Autrement dit, à procéder ainsi à long terme, l’État signe son arrêt de mort."

L'Etat devra-t-il aussi interdire les covoiturages comme Blablacar ? Il est facile de critiquer UberPOP (après les VTC...), mais il faudrait peut-être se demander comment ce service a pu naître. A ce titre, le commentaire de cet internaute est assez éloquent.


 ND: dans le même temps, la SNCF supprime des trains intercités (parce que concurrencés par le covoiturage justement) et Macron libéralise le transport par autocar, achevant le transport ferré !

Posté par dissidence à 12:25 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire