DISSIBLOG

21 octobre 2015

"Air Sans Pap’", la ligne des migrants

photo_avion_1.jpgLes clandestins ont leur compagnie aérienne de vols intérieurs.


Le site d'information StreetPress révèle qu'un jet privé est loué par l'Etat pour déplacer des migrants du centre de rétention administrative de Calais vers d'autres.

Street Press révèle qu'un avion est utilisé depuis six mois et pas moins de trois vols par semaine pour déplacer des migrants du centre de rétention administrative (CRA) de Coquelles, près de Calais, vers d'autres moins engorgés. "Pour les seuls mois de septembre et octobre, la [Police aux frontières] a effectué au moins 7 vols au départ de Calais vers Metz, Toulouse, Nîmes, Hendaye et Perpignan", a découvert le site d'information.

Un logiciel permet à la préfecture du Pas-de-Calais, où se trouve la célèbre jungle aux plusieurs milliers de migrants, de réserver des places dans d'autres CRA du territoire. L'objectif consiste à alléger le CRA de Coquelles, qui ne compte que 79 places dans un département submergé par l'afflux de clandestins. Malgré le coût considérable que représente la voie aérienne, l'Etat a pourtant opter pour des vols.
Des vols chers et inefficaces

L'avion utilisé est loué 1,5 million d'euros par an, pour un contrat de quatre ans reconductible, à Twin Jet, l'entreprise basée à Aix-en-Provence qui a remporté l'appel d'offre lancé par le ministère de l'Intérieur. Ce Beechcraft 1900, un jet privé à hélices de 17 mètres de long, ne peut cependant accueillir que cinq réfugiés par vol, avec l'encadrement réglementaire d'au moins deux fonctionnaires par transféré.

Le coût de ce dispositif ? Selon le quotidien calaisien Nord Littoral, qui a révélé le premier l'existence de ces transferts aériens, "l'heure de vol avoisine les 4000 euros, sans compter la mobilisation du personnel". Street Press évoque "23 000 euros par jour d'utilisation" si l'on ajoute le carburant et le salaire des fonctionnaires. Le tout pour un résultat nul: les clandestins auraient tous été libérés, affirme le site d'information.


 

Addendum: Bruno Le Roux (Député PS de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale) "ne sait pas" et n'est pas choqué : « Le Jet privé n'est pas quelque chose qui devrait être réservé à la finance ou aux patrons du CAC 40 »

 

Posté par dissidence à 14:10 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire