DISSIBLOG

09 décembre 2015

Fin de règne

L'encre électoral du 1er tour n'est pas encore sèche, celle du second pas encore écrite, que le Nouvel Obs enterre déjà la gauche, et la république avec ! Enfin une certaine république, la sienne, dévoyée par cette même gôche.

Extraits:

Les partis sont devenus des machines à conquérir le pouvoir, pas à l'exercer. Et encore moins à transformer (*) le réel. Obnubilés par la lutte des postes, prêts à tout promettre pour se faire élire, leurs représentants se retrouvent bien embarrassés une fois qu'ils accèdent aux responsabilités. A trop vouloir être, ils en oublient de faire. Comme le soulignait récemment Pierre Rosanvallon dans nos colonnes, "ce divorce dramatique entre le moment électoral et le moment gouvernemental n'a cessé de s'accentuer". [...] L'heure n'est plus aux ajustements mais à la reconstruction. Pour éviter le pire, il nous faut désormais tout changer. Réinventer la gauche, réinventer la politique, réinventer la République. Des initiatives existent déjà, sur le terrain comme dans la sphère numérique, pour replacer le citoyen au centre, retisser le lien démocratique, rééquilibrer le rapport gouvernants/gouvernés, imposer la transparence des décisions, renouveler les modes de délibérations, bref, se réapproprier le champ politique hors des canaux traditionnels qui nous ont lentement mais sûrement précipités dans l'ornière.

(*) C'est justement cette ahurissante obsession à vouloir transformer le réel et non à le prendre en compte qui a exclu la gôche sociétale du champs politique ... réel

Posté par dissidence à 13:42 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire