DISSIBLOG

16 octobre 2016

Police: le grand ras le bol !

Police : «aucun collègue n’ose plus sortir son arme de service de peur d’être emmerdé par l’administration»

«Guet-apens» et «caillassage» sont des mots qui sont entrés le langage quotidien des commissariats situés à proximité de ces ghettos où la loi de la drogue est souvent plus forte que celle de la République. Mais, cette fois, un nouveau seuil a été franchi. 

Et le moins que l’on puisse dire est que les policiers sont furieux. «Près de la rupture, dit l’un d’eux, celle après laquelle on ne voudra plus mourir pour le pays, faute de se sentir soutenus par l’Etat.Aucun collègue n’ose plus sortir son arme de service de peur d’être emmerdé par l’administration…»

«Oui, clame un brigadier, fâché contre les discours de la classe politique, il y a des zones de non-droit. Ce sont des quartiers où on ne peut pas rentrer à moins de 30, où les pompiers et les médecins ne viennent pas sans être accompagnés par des policiers.» Dans les rangs, certains ne cachent pas leur envie d’en découdre avec ces agresseurs, mais ils en resteront (pour le moment) aux intentions.

Les mots forts de Manuel Valls et l’indignation affichée par Bernard Cazeneuve ne sont pas très audibles. Surtout quand le ministre de l’Intérieur parle de «sauvageons» alors qu’ils ont vu, eux, des assassins. 

Sans compter cette justice sur laquelle ils tombent à bras raccourcis, fustigeant ce qu’ils considèrent comme «l’impunité» dont jouiraient ceux qui s’en prennent à eux, et qui renforce encore le sentiment d’abandon qui couve dans les rangs. «Face aux violences que nous subissons, notre parole est systématiquement remise en question par les juges», glisse l’un d’eux. 

http://www.marianne.net/les-policiers-au-bord-rupture-100247124.html

Posté par dissidence à 06:40 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire