DISSIBLOG

27 février 2017

Guerre civile ou coup d'état ?

Le climat de quasi guerre civile dans lequel se déroule la non campagne présidentielle en cours appelle une observation iconoclaste: et s'il s'agissait ni plus ni moins que d'une tentative de coup d'état ?
Retour sur la chronologie de cette prise de pouvoir


phase préparatoire (grosso modo ces 40 dernières années):
1.    instauration d'un délit opinion via les lois dites antiracistes: interdiction en fait de critiquer les communautés suivantes, et elles seules: juive, LGBT, musulmane, et immigrée (re-baptisée migrante)
2.    dans le même temps infiltration soigneuse des lieux de pouvoir et de contre pouvoir par la gauche extrême trotskiste: justice, éducation, et surtout médias
phase préliminaire:
3.    préférence étrangères systématique, avec mise en application du remplacement de population chère à Terra Nova (boîte à pensée du PS): les immigrés à la place des ouvriers de souche, supposés devenir LA clientèle électorale de la gauche de subversion. Remplacement qui aboutit à un islamogauchisme de fait, les "subversifs" de l'intérieur faisant alliance avec ceux de l'extérieur pour éliminer la "haine", comprendre ceux qui pensent mal
4.    utilisation de la menace terroriste importée à dessein  pour mettre en place un état d'urgence devenu permanent, état d'urgence qui n'étant manifestement pas respecté pourrait bien avoir pour but de réduire encore un peu plus les libertés fondamentales dans ce pays
phase active
5.    instrumentalisation de la justice et des médias pour discréditer les candidats d'opposition: affaires Fillon et Le pen en cours, sorties "opportunément" à 2 mois d'un scrutin déterminant alors que les faits sont connus depuis longtemps et auraient du être instruits en leur temps
6.    laisser faire, pour ne pas dire plus, les milices gauchistes perturber, voire empêcher les candidats d'opposition de faire campagne, y compris pas la violence pure et dure, et ce en plein état d'urgence
La prochaine étape c'est quoi ?
7.    Au minimum perturber par les moyens décris ci-dessus la campagne électorale pour rendre inaudible la parole de certains candidats
8.    au pire effectivement si nous ni prenons pas garde la guerre civile, provoquée, fomentée et entretenue par ceux qui sont encore en charge du pays pour quelques semaines. Avec à la clef l'annulation du processus démocratique, hypothèse dont se sont fait l'écho avec gourmandise à peine dissimulée certains médias "amis"


 Manifestations "anti Lepen" à Nantes:                                                        Avec cet avertissement limpide:

 

 

Posté par dissidence à 14:48 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire