DISSIBLOG

06 avril 2017

Le CSA à l'oeuvre

2017. Le CSA a fixé des règles très strictes pour les clips de campagne des candidats à l'élection présidentielle...

La campagne officielle, qui débute le 10 avril, c'est aussi le retour des traditionnels clips de campagne à la télévision. Et pour le millésime présidentiel, le CSA ne veut pas du drapeau national, pourtant symbole de la France.

Comme au début de chaque campagne présidentielle, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a fourni aux 11 candidats les règles très strictes encadrant la réalisation des spots télé, que France Télévisions a pour obligation de diffuser sur ses antennes. Ces règles interdisent désormais «de faire apparaître tout emblème national ou européen» et d'utiliser La Marseillaise en illustration sonore, selon L'Opinion, afin qu'aucun candidat ne mise «sur un nationalisme délirant», selon une source citée par le quotidien.


ND:pour le mondialisme délirant qui nous est assénné depuis des lustres à longueur d'antenne, ce n'est pas un problème ...


Suite: La twittosphère est en ébullition après la décision controversée du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Entre insultes, caricatures, appels à sa dissolution et rappels historiques, l'autorité de régulation est sous le feu nourri des critiques. Beaucoup d'internautes interpellent par exemple le CSA pour lui rappeler que des hommes se sont battus et sont morts pour défendre les symboles de la nation. 

De nombreux internautes ont également tourné en dérision l'expression «nationalisme délirant» utilisée par le CSA pour justifier sa décision. Certains ont pris le parti d'exprimer leur désarroi par des caricatures ... d'autres se demandant si leur carte d'électeur n'allait pas froisser le CSA.

 Les appels à la dissolution de l'organe de surveillance ont également fleuri sur le réseau social.

Posté par dissidence à 14:40 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire