DISSIBLOG

15 mai 2017

Le véritable visage te "Tatie" Le pen ?

Le JDD titre “Avis de gros temps sur le FN”.


 

Je titrerais plutôt “Avis de recherche au FN”, tant Marine se fait discrète depuis la débâcle du deuxième tour. Elle semble se terrer sous un abri. On ne la voit plus, on ne l’entend plus. En interne les langues se délient et on règle ses comptes. C’est dans cette atmosphère sinistre que va s’engager la campagne des législatives. Autant dire que c’est très mal parti ! On ne sait toujours pas d’ailleurs, si la présidente du FN se présente à Hénin-Beaumont. La dernière image qu’on a d’elle, c’est celle d’une candidate qui décompresse au Chalet du lac au soir des élections, pendant que les électeurs ruminent leur défaite avec amertume (1). Evidemment, l’état-major lepéniste n’avait pas prévu que cette vidéo circule sur le net. Mais le mal est fait.

Madame Le Pen a déçu et consterné des millions de fidèles, mais elle danse… totalement inconsciente des dégâts irréversibles qu’elle vient de causer. Depuis cet épisode accablant, c’est silence radio total. Elle s’est évaporée.

Retrait parfaitement justifié de Marion, menaces de départ de Philippot, rupture de l’accord FN-DLF pour les législatives, et incertitude sur la candidature de Marine, c’est donc sur des sables mouvants que s’engage la nouvelle campagne. Les espoirs des marinistes ont été sérieusement douchés et les ambitions législatives du parti sont revues très nettement à la baisse.

Le séisme, dont l’épicentre est le débat présidentiel, n’a pas fini de produire des répliques d’une magnitude de plus en plus forte.

Jusqu’où ira l’effondrement du FN dans les mois ou les années qui viennent ?

En fin de campagne, le FN et bon nombre de ses soutiens, rêvaient d’un groupe de 80 à 100 députés suite à l’alliance prometteuse avec Nicolas Dupont-Aignan. Mais la lune de miel n’aura duré que quelques jours. Il n’y a plus d’accord et chaque parti présentera ses propres candidats dans les 577 circonscriptions. Aujourd’hui, on espère tout juste un groupe de 15 députés. “Cinq à huit dans le Sud, quatre à cinq dans le Nord, et deux ou trois dans le reste de la France”.

Ce n’est plus un échec, c’est la Bérézina. Et on cherche vainement les courageux pontonniers pour construire le pont qui sauvera les débris de l’armée frontiste.

Le départ de Marion est certainement le coup le plus dur asséné à Marine. Mais sans doute celle-ci a t-elle sous-estimé la force de caractère de Marion, lassée des critiques et mots peu aimables de sa tante à son égard. Il fallait crever l’abcès, Marion l’a fait au soir du débat, qu’elle a jugé catastrophique. D’autant plus que le débat a totalement évacué le discours identitaire, le socle fondateur du FN. Une lacune impardonnable face à Macron l’immigrationniste.

Par conséquent, il est à peu près certain que l’avenir du FN se jouera avec Marion. La seule phrase qu’ont retenu ses fans, rappelle le JDD, est la suivante :

“Je quitte mes responsabilités au sein du Front mais je reste adhérente. Je pense que je referai de la politique car j’aime cela..”

Personnellement, je ne crois plus à une victoire future de Marine, qui s’est littéralement sabordée en direct lors du débat vital, qu’il lui était interdit de perdre. Beaucoup d’électeurs ont déjà cloué son cercueil sans croire à sa résurrection. C’est Marion qui reprendra un jour les commandes d’un grand parti patriote.

Aujourd’hui, les patriotes sont les grands perdants de cette élection plombée du début à la fin. Avec Macron, le pire est à craindre pour la survie de notre identité. Nous allons subir encore cinq années de dictature politiquement correcte.

“Vae victis” lançait le chef gaulois Brennus aux Romains vaincus, lors du sac de Rome en 390 avant Jésus-Christ.

Mais la roue tourne. En 52 avant J.C, c’est Jules César qui mit fin à la Guerre des Gaules, en soumettant Vercingétorix lors du siège d’Alésia. Un jour, Marion, qui n’a que 27 ans, reprendra le flambeau de notre liberté.

Espérons simplement qu’elle revienne parmi nous avant qu’il ne soit trop tard…

Jacques Guillemain


(1) Une occasion de plus pour rappeler aux électeurs frontistes le passé gaucho fêtard de l'interessée. Chassez le naturel, il semble décidément revenir au galop.

Posté par dissidence à 14:22 - France - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Vous terminez en un souhait : "Espérons simplement qu’elle revienne parmi nous avant qu’il ne soit trop tard"… Hélas il est déjà trop tard !... C'était l'élection de la dernière chance. Dans cinq ans la France (et une partie de l'Europe !) sera submergée par l'invasion migratoire que personne ne peut (ne veut !) plus contrôler : le vote des "vrais" Français (ceux qui aiment la France quelle que soit la couleur de leur peau ou religion !) ne pèsera plus pour contrer les "nouveaux" Français, ceux qui ne viennent que pour imposer la charia, mais qu'on s'empresse malgré tout et en toute connaissance de cause, de nationaliser... justement à cette fin. Nos dirigeants sont des traitres-pantins aux mains de forces étrangères ; ils ont perdu tout sens de l'honneur... Triste fin de partie pour notre "ex-belle France"...

    Posté par Térémanotakita, 15 mai 2017 à 18:37
  • C'est hélas ce qui va se passer. Les plus lucides d'entre nous prévoient soit une soumission soit une guerre civile. Le plus lamentable est que les traitres auxquelles vous faites allusion s'en tireront sans dommage et même fortune faite.
    Pour ce qui est des patriotes le moins qu'on puisse dire est qu'ils sont mal représentés. Là encore le dégout est tel que bon nombre d'entre eux n'ont même pas voté au second tour ...
    Affligeant

    Posté par 007/**, 16 mai 2017 à 09:43

Poster un commentaire