DISSIBLOG

30 mai 2017

En finir avec le Front national (et les autres ...) ?

Nous diffusons ci-dessous une tribune libre qui fera polémique, adressée par des Internautes et personnalités politiques réunies sous l’appellation « Collectif pour en finir avec le Front national ».  Cette tribune n’engage, comme à son habitude, pas la rédaction de Breizh-info.com et a vocation à susciter le débat.

L’anonymat est de mise pour le moment, « afin que les idées l’emportent sur les noms qui les partagent » nous dit-t-on.

Le Front national est un mouvement politique qui stérilise depuis 45 ans les réactions vitales des Français de souche, face au Grand remplacement.

1 – En forçant, sous la contrainte logique de l’efficacité électorale, notre peuple envahi, violenté, colonisé, à l’autocensure, la domestication des émotions et à l’abandon de la résistance de terrain, le tout en vue d’échéances électorales qu’il a perdu avec méthode depuis 45 ans.

2 – En mélangeant à son programme anti-immigration des thèmes qui divisent (euro, retraites, nationalisme, autonomies régionales, etc.) qui rendent impossible le rassemblement d’une population qui ne s’accorde pas toujours sur les questions secondaires (économie, construction européenne, etc.). mais sur la claire conscience d’une colonisation de peuplement mortelle à brève échéance.

3 – En sabotant la production d’une élite politique organique par le tri méthodique des compétences sur la base du carriérisme, de la soumission ou de l’incompétence. Un parti qui a attiré puis éloigné, dégoûté ou rejeté des centaines de milliers de personnes et les meilleures volontés depuis 45 ans.

4 – En laissant le soin à une famille certes talentueuse, mais qui se défend mieux qu’elle ne gouverne, de décider du sort d’une civilisation et de rendre impossible (parce que le FN attire à lui les moyens, les médias et les militants) l’apparition d’un mouvement alternatif capable d’enrayer la colonisation de peuplement.

Après 45 années d’échec, la population française d’origine européenne s’affaiblit, les courbes démographiques rendent chaque années de plus en plus impossible l’arrêt du remplacement de population et le Front national lui-même adopte progressivement un point de vue « électoralement réaliste » sur cette question. Ce processus annonce déjà la suite. Il n’y aura bientôt plus de solution institutionnelle et électorale au remplacement de population faute d’une majorité pour la souhaiter, faute d’une majorité d’Européens en France.

Chaque année avec le Front national est une année perdue pour réagir, construire, bloquer l’invasion migratoire.

Le constat à en tirer est simple.

1 – Tout ce qui est susceptible de détruire ce mouvement, de saper sa légitimité, sa crédibilité et celle de ses dirigeants est souhaitable et ce, dés aujourd’hui.

2 – La disparition ou la minimisation de ce mouvement est la condition préalable à l’apparition de réponses politiques (électorales, militantes, solidaires) capables de porter un sursaut vital avant une mort annoncée irrémédiable si rien n’est fait.

3 – Chaque personne convaincue de ce constat doit cesser d’apporter toute contribution au Front national. Mais plus encore, il faut tenir ce mouvement pour l’adversaire prioritaire, non du fait de la bonne volonté de ses militants (qui ne mesurent pas encore son rôle néfaste) mais parce qu’il nous condamne collectivement à la disparition. Chaque personne convaincue de cela, doit tout faire pour en finir au plus vite avec ce mouvement, en respectant ses membres sincères qui croient contribuer à une cause juste. Tout doit être fait pour affaiblir le Front national. A vous d’imaginer ce qui y contribuera le plus et de le mettre en œuvre sans délais.

4 – Aucun des problèmes qui se posent à ce pays n’existe en comparaison de celui du remplacement de sa population. Aucun des sujets annexes qui peuvent intéresser les uns et les autres ne doit être considéré comme une raison suffisante pour perdre de vue l’insurrection politique contre la colonisation et le grand remplacement.

À ces conditions, un nouveau mouvement peut apparaître et réussir en quelques années ce que le Front national n’a pas réussi à réaliser depuis 45 ans. Cela sans négliger aucun des rapports de forces nécessaires à la libération et à l’occupation. Il se constitue déjà, mais son avènement dépendra de la disparition ou de l’affaiblissement préalable du Front national, quel que soit le nom que celui-ci choisira de se donner dans les mois à venir, sous la pression des affaires judiciaires qui le poursuivent. N’oubliez pas que Macron et Trump n’existaient pas politiquement voici trois ans.

Ce texte n’est pas signé car il est l’expression d’une vision collective. Il est un virus que vous devez répandre, partager par tous moyens à votre convenance. Il n’est pas une plateforme de discussions inutiles. Il contient une analyse simple et claire et des consignes que vous devez appliquer dés aujourd’hui, si vous les partagez, si vous voulez vivre. Depuis 45 ans, ce parti a eu sa chance, Finissons-en avec le Front national. Maintenant !

Collectif pour en finir avec le Front national

Source : http://www.breizh-info.com/2017/05/11/69226/pourquoi-il-faut-en-finir-avec-le-front-national-tribune-libre


ND: Cette tribune atteste d'une certaine vérité dans la "démocratie" indirecte actuelle. Or cette démocratie (qui n'a de démocratie que de nom, ayant phagocyté les contre pouvoirs existants) use de tous les artifices pour escamoter les problèmes principaux et les faire apparaître comme secondaires voire inexistants.
Faire le procès du seul FN semble dispenser les auteurs de cette tribune de faire celui d'un système tout entier qui a tout renié, à commencer par sa propre légitimité. Or comme le soulignait JM Couteaux dans un des derniers numéros de la remarquable NRH, un pouvoir pour exister a besoin de deux jambes pour exister, souveraineté et légitimité. L'état français a perdu l'une et l'autre depuis longtemps: sa souveraineté depuis son appartenance à l'UE, sa légitimité par une pratique putassière de la démocratie. Boris Lelay a probablement raison d'incriminer les institutions républicaines dans ces dérives: un pouvoir jacobin centralisé ( donc de plus en plus éloigné du peuple) reposant sur une démocratie de plus en plus indirecte ne pouvait qu'aboutir à ce résultat calamiteux. C'est donc bien l'ensemble de nos institutions dites représentatives qui sont à revoir complètement, avec l'instauration d'un vrai pouvoir retrouvant et légitimé (via la démocratie directe)  et souveraineté via la sortie de l'U€ en l'état.
La faute du FN est d'avoir relativisé pour ne pas dire occulté cet aspect fondamental des choses, lui qui était pourtant le seul à préconiser le referendum d'initiative populaire, en se laissant embarquer dans un pseudo-débat où ses adversaires l'attendaient avec gourmandise, l'économie, ou plutôt la post économie avec en toile de fond la sortie de l' Euro et non celle de l' Europe. Pourtant cette faute n'est pas que stratégie de campagne, elle est surtout STRUCTURELLE comme en témoigne cette tribune. Le FN est un parti démocratique en externe mais pas en interne: son fonctionnement est vertical, il n'a pas de débat en interne. Pire, les quelques clairvoyants qui ont voulu remettre une campagne mal embarquée sur ses rails d'origine n'ont eu pour toute réponse qu'un mépris souverain de leurs dirigeants, voire se sont vus exclure du "mouvement" quand ils n'en sont partis eux mêmes en masse. Ne sont restés que nombre d'apparatchiks souvent parachutés par le "carré"et les bons petits soldats répercutant la bonne parole du chef du moment et agitant frénétiquement des drapeaux bleu banc rouge. Quel militant FN un tant soit peu honnête osera prétendre le contraire ? En ce sens oui le FN est comme les autres partis condamné à se transformer radicalement ou à disparaître.
Mais quels qu'ils soient, les mouvements politiques à venir, qu'il se disent de droite de gauche, patriotes ou non, ne pourront faire cette fois l'économie du débat de fond portant justement sur ces deux piliers du pouvoir : légitimité d'une représentation et souveraineté d'un peuple qu'il convient de définir, historiquement géographiquement.
Il s'agit donc bien d'un débat de civilisation.

Posté par dissidence à 16:28 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire