DISSIBLOG

06 septembre 2017

America first: il l'avait promis, il le fait !

Le président américain a décidé de mettre fin à une aide accordée à quelque 800.000 immigrés, originaires pour la plupart d’Amérique Latine.

Jeff Sessions (Ministre de la Justice : «Le DACA a contribué à l’augmentation de l’arrivée de mineurs à la frontière sud avec des conséquences humanitaires terribles, et a privé de travail des centaines de milliers d’Américains en autorisant ces étrangers illégaux à prendre ces emplois»

La décision était connue depuis hier :

Donald Trump a tranché ce mardi sur un dossier sensible: le sort de centaines de milliers de jeunes sans-papiers autorisés à rester aux Etats-Unis par l’administration précédente et très intégrés à la société américaine.

Mis en place en 2012 par décret par Barack Obama, le programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals) avait pour objectif de faire sortir de l’ombre les enfants arrivés illégalement aux Etats-Unis avec leurs parents et leur permettre d’étudier et de travailler.

Depuis plusieurs jours, la rumeur courait: le Président souhaite désormais mettre fin à ce programme emblématique avec cependant un délai, pour donner au Congrès américain le temps de trouver une solution pour ces quelques 800.000 « Dreamers », originaires pour la plupart d’Amérique Latine.

Le ministre de la justice Jeff Sessions a déclaré qu’à compter de ce jour, aucune nouvelle demande ne serait examinée. Le sort de ceux qui bénéficient déjà de ce statut, connus sous le nom de « Dreamers », ne sera cependant pas affecté jusqu’au 5 mars 2018, délai de six mois accordé par l’administration pour que le Congrès légifère sur ce thème.

« Nous ne pouvons accepter tous ceux qui voudraient venir ici, c’est aussi simple que cela », a déclaré Jeff Sessions lors d’une déclaration à l’issue de laquelle il n’a pas souhaité répondre aux questions des journalistes.

BFMTV

Posté par dissidence à 09:17 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire