DISSIBLOG

28 septembre 2017

Comment des "féministes" en viennent à défendre leurs bourreaux !

Lu dans l'abérration, étendard des minorités visibles:

[...] le problème de cette catégorie et plus encore des projets de verbalisation et de pénalisation est bien de circonscrire une catégorie spécifique d’actes jugés inacceptables - le harcèlement de rue - et une catégorie de personnes - les hommes des classes populaires et racisées (sic !)  - qui sera jugée particulièrement problématique. Or, on sait que les jeunes hommes des classes populaires et racisées subissent déjà, plus que d’autres, le contrôle policier et les violences des forces de l’ordre. On peut donc légitimement craindre que cette nouvelle infraction viendra renforcer cet état de fait. [...] En tant que féministes et chercheur.e.s (re sic ) sur les violences de genre, nous nous opposons à la pénalisation d’une question liée aux droits des femmes, qui servira à désigner quelles formes de sexisme sont illégitimes, et donc à maintenir dans l’ombre celles qui, commises dans les beaux quartiers et les grandes entreprises, restent légitimes et irrépréhensibles.

Ben voyons ! Les viols de Cologne étaient commis par les bourgeois de Berlin ? Effarant de connerie ...

 

Posté par dissidence à 11:44 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire