DISSIBLOG

30 janvier 2018

Le féminisme, fabrique à putes !?

C'est une des conséquences pour le moins inattendues de cette idéologie mortifère


 

Résultat de recherche d'images pour "se gratte la tete"Harcèlement de rue: Schiappa veut  sanctionner les auteurs "d'outrage sexiste".

Pour Marlène Schiappa, la question n'est plus de savoir s'il faut verbaliser le harcèlement de rue, mais plutôt de décider du montant de cette future contravention. Invitée de France Inter lundi matin, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes a estimé de 90 à 750 euros le montant des contraventions infligées à ceux qui se rendent coupable d'outrage sexiste.


 

Et dans le même temps...

Les paroles du rap prennent un tour de plus en plus vulgaire et misogyne, mais le public se fait, lui, de plus en plus féminin. Enquête sur une contradiction.

« Ferme un peu ta gueule, va m’faire un steak-frites » (Booba, Killer ), « Je mets des doigts dans la chatte de mes trois pétasses » (Hamza, la Sauce ), « Pas montée qu’elle est déjà mouillée » (SCH, Champs-Elysées )… La liste est longue. En dix ans, les paroles de rap sont devenues très crues. Pourtant, le genre est non seulement le plus vendeur en France, le plus apprécié chez les jeunes, mais aussi très prisé par les jeunes filles. Il suffit d’aller faire un tour aux concerts de Damso, sensation du moment, ou de Booba, pour s’en rendre compte. Etonnant si on se penche sur certains textes où ces demoiselles se retrouvent souvent réduites à l’état d’objets sexuels, humiliées quand ce n’est pas violentées à longueur de rime.  (…)


 

Posté par dissidence à 06:27 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire