DISSIBLOG

14 avril 2018

Sans aucun mandat de l'ONU, Washington Londres et Paris attaquent Damas

Les trois pays ont mené des frappes aériennes contre plusieurs cibles syriennes, en réponse à l’attaque chimique présumée menée par le régime de Bachar Al-Assad à Douma. L’opération est terminée et aucune nouvelle frappe n’est prévue dans l’immédiat.


 

Une opération militaire a été menée contre la Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. Ces trois pays entendent punir le régime de Bachar Al-Assad qu’ils accusent d’avoir mené une attaque à l’arme chimique contre des civils en Ghouta orientale. « Une opération conjointe est en cours avec la France et le Royaume-Uni, nous les remercions tous les deux« , a déclaré Donald Trump, qui s’exprimait à la Maison Blanche, vendredi 13 avril.

Au moment même où le président américain s’exprimait, plusieurs détonations ont été entendues à Damas, selon des correspondants de Reuters et de l’AFP sur place. Des témoins disent à l’AFP avoir vu des colonnes de fumée s’élever du nord-est de Damas. Cette vague de frappes, dont il reste à déterminer le nombre, est terminée, ont ajouté les autorités américaines moins d’une heure plus tard.

L’intervention a visé « des cibles multiples » avec « des types de munitions divers », a indiqué un responsable américain, qui a notamment évoqué le recours à des missiles de croisière Tomahawk. « Des frappes occidentales ont visé des centres de recherche scientifique, plusieurs bases militaires et des locaux de la garde républicaine à Damas et ses environs« , a pour sa part rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Le chef du Pentagone a déclaré que ces frappes des Etats-Unis et de ses alliés ont plus lourdement frappé la Syrie que lors des tirs de missiles d’avril 2017, contre une base militaire syrienne.

Le président français Emmanuel Macron, de son côté, a annoncé dans un communiqué avoir « ordonné aux forces armées françaises d’intervenir » avec une réponse « circonscrite aux capacités du régime syrien permettant la production et l’emploi d’armes chimiques« . Une courte vidéo diffusée dans la nuit sur le compte Twitter de l’Elysée montre le décollage de plusieurs avions de chasse Rafale d’une base qui n’est pas identifiée. Aucun autre détail n’était disponible pour le moment.


Demain n'importe quel pays est ainsi fondé à en attaquer un autre au nom d'un droit international qu'il évaluera selon ses propres intérêts

Posté par dissidence à 14:13 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire