DISSIBLOG

27 juillet 2018

Le nouveau gouvernement espagnol paie cash son aplaventrisme migratoire

Ou plus exactement il le fait payer cash à ses forces d'ordre ! Les trés europhile immigrationiste (ça va ensemble) Sanchez nouveau chef de gouvernement socialiste espagnol avait affiché la couleur:

Ça n'a pas fait un pli: les ptits gars de l'autre côté ont vite compris le message:

Près de 800 personnes ont tenté de passer de l’autre côté de la barrière, selon la garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d’autres ont été interceptés par les agents espagnols et renvoyés au Maroc ; finalement, 602 ont atteint le territoire espagnol.

Ce franchissement de la frontière de Ceuta, hérissée de barbelés, est le plus important depuis février 2017, quand plus de 850 migrants étaient parvenus à pénétrer dans la ville.
(…)

Les « assauts » de la barrière « sont tous violents », précise José Cobo, porte-parole de l’Association espagnole de gardes civils (AEGC), mais cette fois, cela s’est aggravé. « Ils ont employé une méthode qu’ils n’avaient jamais utilisée avant, la chaux vive », dit-il. La garde civile a dénoncé l’emploi de « méthodes virulentes ». Selon le communiqué du corps de police espagnol, des migrants ont lancé aux agents « des récipients de plastique avec des excréments et de la chaux vive », ont utilisé des sprays enflammés à la manière de « lance-flammes » en plus de pierres et de bâtons.

Quinze agents ont été blessés, dont cinq ont dû être soignés à l’hôpital pour des brûlures au visage et aux bras. Beaucoup des migrants ont été blessés aux mains et aux jambes en escaladant la clôture. Seize ont dû se rendre à l’hôpital (…)
Le gouvernement socialiste espagnol a annoncé en juin, à son arrivée au pouvoir, son intention de retirer les barbelés coupants des clôtures de Ceuta et de Melilla(…)

« Il est clair que Rome a fermé cette route de manière discutable », en refusant de recevoir les migrants secourus en mer par des ONG humanitaires, a commenté, mercredi, le ministre espagnol des affaires étrangères, Josep Borrell, lors d’une rencontre avec la presse : « Si le passage par la Méditerranée centrale se ferme et le flux migratoire ne se tarit pas dans les pays d’origine, (…) le flux va être dévié vers la Méditerranée occidentale ; c’est déjà le cas. »

Et d’appeler l’UE, pour l’heure profondément divisée sur la question, à adopter une « vraie politique migratoire, avec une perspective de vingt ou trente ans », tenant compte de l’explosion démographique en Afrique subsaharienne :

« La crise migratoire est plus difficile à résoudre que la crise de l’euro, parce qu’elle est beaucoup plus structurelle, beaucoup plus permanente. »

Les socialistes espagnols voudraient promouvoir l'arrivée au pouvoir d'un nouveau Franco qu'ils ne s'y prendraient pas autrement. Masi à vrai dire on peut dire ça de pratiquement tous les eurocrates ...

Posté par dissidence à 13:59 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire