DISSIBLOG

08 septembre 2018

Mélenchon allié objectif de Macron

En visite dans la cité phocéenne, où il a reçu Angela Merkel vendredi, le président s'est offert un long bain de foule de plus d'une heure après dîner. L'occasion de croiser le leader Insoumis sur le Vieux-Port.

Une véritable scène de campagne. À peine rentré du Luxembourg, où il a passé la journée de jeudi, Emmanuel Macron s'est rendu à Marseille pour recevoir Angela Merkel vendredi. Après une série d'entretiens au Palais du Pharo et un dîner de travail au Petit Nice Passedat (VIIe arrondissement), le président a quitté la chancelière pour s'offrir un bain de foule nocturne dans la cité phocéenne.

Lorsque le leader de la France insoumise a appris que le président savourait sa popularité non-loin du restaurant où lui-même dînait, il a immédiatement demandé à ses équipes de se mettre en relation avec celles de l'Élysée afin de provoquer une rencontre. Trois quart d'heure plus tard, les deux hommes ont ainsi fait mine de se croiser par hasard à la terrasse d'un hôtel. Après avoir échangé quelques politesses face caméra, ils ont accepté de répondre aux questions des quelques journalistes témoins de la scène. Emmanuel Macron a notamment indiqué que le Rassemblement national était sans «aucun doute» plus dangereux que la France insoumise à ses yeux. « J'ai toujours du plaisir à discuter avec Monsieur Mélenchon. On n'a pas toujours les mêmes idées»... «Pas souvent», a coupé le leader de la France insoumise. «Mais c'est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques mais ce n'est pas mon ennemi»,», a-t-il affirmé. Le député a semblé apprécié. Puis, il lui a rendu la politesse en refusant d'assumer et de répéter les propos qu'il avait pourtant tenus l'après-midi même. Lors d'une manifestation organisée sous l'ombrière du Vieux-Port, Jean-Luc Mélenchon avait en effet accusé Emmanuel Macron d'être «le plus grand xénophobe qu'on ait». «Non, non... (...) Peut être une légère exagération marseillaise», a-t-il feint de plaisanter quelques heures plus tard devant l'intéressé. «Ça m'étonnerait (qu'il ait dit ça)», a abondé le président dans un éclat de rire. «Vous ne pouvez pas le croire? Ben voilà», a conclu le patron des députés insoumis, qui semblait gêné.

 

Posté par dissidence à 10:41 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire