DISSIBLOG

06 novembre 2018

Le forum de la honte ...

... et de la Haute Trahison

[…] Du 11 au 13 novembre, et la date a été choisie à dessein, Emmanuel Macron a convoqué le gratin de la « gouvernance mondiale » pour un grand raout. Objectif : défendre le « multilatéralisme » et lutter contre les populismes. Se servir du 11 novembre pour lutter contre le nationalisme, le populisme, le patriotisme, et bénéficier d’une tribune pour les élections européennes, en compagnie de tout le gratin du « globalisme », Macron l’a osé. […]

L’objectif de ce forum : « Défendre et réformer le multilatéralisme ». Rien que ça. Une urgence, selon les organisateurs, « à un moment de tension internationale croissante, où les défis globaux qui dépassent les frontières n’ont jamais été aussi grands ». […]

Si ce Forum sur la paix est l’heure de gloire du président de la République, ce sera aussi celle des grandes multinationales. Microsoft est parmi les « partenaires principaux » de l’événement, tandis que Google et Facebook sont annoncés dans plusieurs tables rondes et présenteront également plusieurs de leurs projets. La Fondation Ford, AXA ou encore BNP Paribas, pour les entreprises françaises, ont mis la main au portefeuille – donc au nôtre, au moins pour ce qui concerne la BNP et AXA – pour soutenir l’initiative.

Tous les réseaux associatifs mondialistes seront présents, avec, par exemple, la Global Challenge fondation, dont le nom est déjà tout un programme. Mais surtout, il faudra compter sur les fondations Open Society de l’inévitable George Soros. Sur le site de l’événement, elles sont poliment présentées comme le « réseau philanthropique international soutenant des milliers d’organisations de la société civile à travers le monde ». Un réseau qui incarne « les valeurs représentées par le Forum de Paris sur la Paix ». Pas un mot sur, par exemple, les tentatives de déstabilisation du gouvernement hongrois…

D’ailleurs, les fondations Soros ne sont pas de simples invités. Elles sont parmi les « partenaires principaux » du Forum, avec notamment Microsoft ou encore la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, l’Agence publique allemande de développement. Dans ce forum, l’Open Society sera là « pour affirmer le rôle des acteurs de la société civile et des ONG qui œuvrent à ce que les individus puissent s’exprimer librement dans les débats qui les concernent » […]

Les Etats-Unis de Donald Trump sont les grands absents du Forum de Paris sur la Paix. Pas étonnant, quand on sait que le président américain a fait d’« America first » son slogan de campagne. Pour lui, le multilatéralisme comme arme américaine pour gérer le monde, c’est fini ! Place aux relations bilatérales entre les Etats. […]

Jacques Attali – toujours dans les bons coups – débattra sur le sujet « faire une place aux citoyens dans la gouvernance mondiale »(« Le moment est-il venu de créer un parlement mondial ? ») ; Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, interviendra sur le « pacte mondial pour l’environnement ». Stephen Breyer, membre de la Cour suprême des Etats-Unis, nommé par Bill Clinton, instruira le public sur le « rôle des Cours suprêmes pour proposer des politiques durables tournées vers les générations futures », et donc sur un droit transnational encore plus puissant, etc.

Parmi les thèmes des débats, on trouve également les « migrations internationales : la longue route vers une approche globale », animée par Rouba Mhaissen, une « économiste, activiste et experte de la question des réfugiés syriens », ou encore les « inégalités femmes-hommes ».

Finalement, que penser de ce forum ? Quelle influence aura-t-il ? Difficile de le dire précisément sans tomber dans un complotisme de bas étage. Mais force est de constater que réunir dans la même salle, au même moment, tous ces représentants d’institutions et de puissantes organisations qui partagent la même vision du monde – « l’homme nomade » cher à Attali, vivant dans un « village monde », pour une croissance toujours plus importante – n’est pas anodin.

Comme à Davos, par exemple, ce sera l’occasion, pour cet aréopage de personnalités influentes, de décideurs, de chefs d’états et milliardaires engagés de se rencontrer, d’échanger et de prendre des décisions, qui, sous couvert de lutte contre le réchauffement climatique ou de protection de la démocratie, vont d’abord dans le sens de leurs intérêts politiques et économiques et de leur agenda sociétal. Et le peuple, à l’arrière, il en pensera quoi ? Pas sûr qu’il « tienne ».

Posté par dissidence à 09:26 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire