DISSIBLOG

27 novembre 2018

Dissidence populiste

Lu ici:

Cette journée du 24 novembre laissera des traces. Car l’on voit mal le gouvernement se protéger derrière de tels barrages de CRS tous les week-ends. On le voit mal accepter de voir « la plus belle avenue du monde » en feu un samedi de fréquentation. Surtout, on le sent vulnérable aux pertes associées aux blocages des grandes chaines de magasin – les Sephora, les Casino, les Carrefour, les H&M et autres textiles fabriqués à 3 euros en Thaïlande – presque tous détenus par des fonds financiers situés aux Etats-Unis, au Qatar, en Chine, à la Barbade, aux îles Caïmans… La seule journée de blocage du 17 novembre avait provoqué des manques à gagner de plusieurs millions d’euros pour ces multinationales. Celles-là même qui influent tant sur la politique de l’Union européenne et auprès desquelles le président Macron porte une oreille très attentive.

Ces mêmes multinationales (et même anti nationales) qui à l'image de  la grande distribution, ont TOUTES signé la charte de la diversité !! Ceux là doivent payer en premier: réservons nos achats au local, aux indépendants, et surtout aux produits de première nécessité, pour ceux qui le peuvent encore ! Pour le reste, TOUT le reste, grève de la consommation, tant qu'ils n'auront pas compris ! Et organisons les solidarités de voisinage, puisqu'on ne peut plus compter que sur nous mêmes
Grève aussi des villes: elles ne veulent pas des bouseux à diesel ? Ça tombe bien, on peut plus les encaisser non plus, et d'ailleurs on n'a rien à faire dans leurs cages aux folles, qu'elles restent entre elles ! Et nos campagnes, vos villages, ça a une autre tronche que leurs hideux centres commerciaux non ?
Grève aussi des banques, plus un rond pour ces vampires collabos
Et gilet jaune sur tous les pare-brise, histoire de se reconnaître entre populistes

Posté par dissidence à 11:22 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire