DISSIBLOG

03 décembre 2018

"72 heures" pour bouger

Emmanuel Macron garde le cap

La contestation est née du refus de la hausse de la fiscalité sur les carburants pour financer la transition écologique. Exacerbée par la question du pouvoir d'achat, sur fond de mépris ressenti par nombre d'habitants des zones rurales et périurbaines, elle s'appuie, selon les sondages, sur le soutien constant de 70 à 80% de l'opinion.

La plupart des responsables de l'opposition demandent un moratoire sur la hausse prévue du prix de l'essence et du diesel au 1er janvier. C'est l'un des messages portés lundi devant le Premier ministre notamment par Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Olivier Faure (PS), Benoît Hamon (Génération-s), Jean-Christophe Lagarde (UDI), Marine Le Pen (RN), Florian Philippot (Patriotes) ou encore Laurent Wauquiez (LR). Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et François Bayrou (MoDem) se feront représenter.

Pour Marine Le Pen, il ne reste "que quelques heures pour mettre fin à la stratégie de la confrontation choisie par Emmanuel Macron depuis maintenant près de trois semaines". A sa sortie de Matignon, la président du RN a réclamé des solutions "importantes", "audibles" et "immédiates", si Emmanuel Macron ne veut pas être "le premier président depuis un demi-siècle à faire tirer sur les Français".

Matignon se borne à indiquer à ce stade que les nouvelles "mesures" promises sont "destinées à permettre le déroulement serein de la concertation décentralisée souhaitée par le président de la République, et à assurer le maintien de l’ordre et le respect de la loi". Plus précis, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a jugé nécessaire d'"accélérer la baisse des impôts" mais aussi celle de la "dépense publique"."Moins de dépense publique, moins d'impôts, et le plus vite sera le mieux, parce que nous mesurons à l'aune de cette crise sociale, démocratique, l'impatience de millions de Français", a-t-il insisté.

(©AFP / (03 décembre 2018 16h56)

Donc pas de moratoire sur les taxes présentes et à venir, rien sur le contrôle technique et moins de dépenses publiques. On s'oriente tout droit vers une insurrection généralisée ...

Posté par dissidence à 17:09 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire