DISSIBLOG

10 décembre 2018

L'Elysée en mode bateau ivre

Résultat de recherche d'images pour "elysee panique"Le président de la République s’adressera "à la Nation", selon les termes de l’Élysée, ce lundi 10 décembre. Un moment attendu où Emmanuel Macron joue particulièrement gros. L'objectif : trouver le début d’une issue à la crise politique qu’il traverse.

C'est pourquoi il s’exprimera au terme d’une journée de consultations avec les présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat, des associations d’élus locaux, avec les représentants des syndicats et des organisations patronales. Au-delà de la mise en scène du dialogue, le chef de l'État veut surtout tester auprès d’eux les propositions qu’il envisage de faire.

Autant dire que l’improvisation qui règne est assumée. "Le soulagement d’avoir évité le pire ce week-end l’emporte", commentait dimanche, en guise d’explication, l’un des visiteurs du soir du Président. Résultat, c’est "la foire aux propositions" avec par exemple, une prime pour les bas salaires, une prime mobilité, une augmentation du minimum vieillesse. "Tout le monde ressort ses vieilles recettes, on passe de 'discours d’austérité à demain on rase gratis'", se désolait l’un de ses conseillers.

L’idée soufflée par Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, d’accélérer la suppression de la taxe d’habitation "semble actée", selon un proche du pouvoir. Celle d’indexer à nouveau les pensions de retraite sur le niveau de l’inflation aurait aussi fait son chemin.

Sur la table du Président se trouve également l’idée de restreindre la limitation de la vitesse sur les routes à 80 km/h, les départements auraient désormais la possibilité de l’appliquer au cas par cas.

Une chose est sûre, la crise est loin d’être terminée et Emmanuel Macron devra frapper fort ce soir. "Croire à l’apaisement est une erreur de perspective. Le taux d’approbation ne faiblit pas. S’il n’annonce rien, il devra consentir à une forme de cohabitation. Ce sera Bernard Cazeneuve, François Bayrou, Gérard Larcher", dit l'un de ses proches. 

Édouard Philippe sera bien présent ce lundi 10 décembre à l'Élysée pendant les consultations du président de la République. Pourtant, l'Élysée m'assurait hier qu'Édouard Philippe n'y serait pas.

Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont également déjeuné en-tête-à-tête jeudi dernier, selon les informations de RTL, au lendemain de l’annonce par l’Élysée d’une "annulation" pure et simple de la taxe carbone pour 2019. Une annonce qui avait été considérée comme un désaveu pour Matignon, alors que les deux hommes n’avaient pas échangé le moindre message. Bref, on tente de réinstaurer une communication directe au sommet de l’État.

source

Posté par dissidence à 11:26 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire