DISSIBLOG

16 décembre 2018

Ce que les medias se sont bien gardés de diffuser

La "conférence de presse" des gilets jaunes: claire nette et précise. Trop sûrement pour les chiens de garde du système qui préfèrent "ignorer" ce qui remet en cause radicalement leur main mise sur les gueux :

Et pendant ce temps là "cellesetceux" qui croient encore gouverner:

 1) osent jouer encore les matamores

"Les ronds-points doivent être libérés et la sécurité de tous redevenir la règle", a dit le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

La règle coco, c'est le peuple souverain qui la décide, pas un roquet socialiste 

  2) jouent l'embrouille et l'enfumage

L'exécutif espère que la forte baisse de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi annonce la sortie d'une crise qui a fait trembler la Macronie. Et compte désormais sur la concertation pour apaiser cette colère sur la durée.

Comment ?

La tentative de rapprochement doit se cristalliser lors du grand débat que l'exécutif lance sur deux mois et demi. Cette "grande concertation nationale", dont les détails doivent être connus dans la semaine, doit s'appuyer fortement sur les maires et aborder quatre grands thèmes (transition écologique, fiscalité, organisation de l'Etat, démocratie et citoyenneté auxquels on a inclus l'immigration).


Les maires qui feront (ou pas) remonter aux préfets, qui feront remonter (ou pas) au ministère de l'intérieur qui fera remonter classera sous le coude. Car un préfet, ça fait descendre les oukases, pas remonter l'information. où alors trop tard, quand la tête de son patron passe sous ses fenêtres en haut d'une fourche

Opération enfumage garantie, ce dont ne veulent plus les citoyens de ce pays. Ce que veulent les gilets jaunes: un referendum, en direct, sans intermédiares, sur les sujets qui LES interessent sans exclusive, avec obligation de se conforter aux conclusions qui en découlent. Incroyable non ? Ça s'appelle la démocratie ...

Quant au politologue de service (généralement issu de la gauche, voire de l'extrême gauche) il n'a rien vu, rien entendu. Ou plutôt juste ce qui l'arrange:

"Les GJ ont réussi à faire reculer un pouvoir qui pourtant paraissait très fort", estime Jérôme Sainte-Marie, pour qui le mouvement s'essouffle seulement parce qu'il "n'a plus d'objet, car pas d'objectif précis".

Doit pas savoir lire ... Le RIC , c'est pas un "objectif précis" peut être ?

Posté par dissidence à 14:35 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire