DISSIBLOG

11 février 2019

Gilets Jaunes: le piège de l'extrême gauche

Les membres du gouvernement ont condamné l’incendie d’un véhicule de la mission Sentinelle, au pied de la tour Eiffel à Paris, en marge de l’acte 13 du mouvement des Gilets jaunes. Mais ils ne disent rien de son origine…


Or, l’homme soupçonné d’être l’auteur de cet acte a été interpellé samedi soir dans le 8e arrondissement, porteur d’un marteau. Il a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris, notamment pour « destruction par incendie d’un bien d’utilité publique ».

Ce suspect, Thomas P., est âgé de 23 ans. Il est connu des services de renseignement, notamment de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), pour son appartenance à la mouvance anarcho-autonome. En clair c’est un gauchiste des Black Blocs, cette milice d’extrême-gauche que le régime se plaît à laisser impunie pour répandre la terreur…

Comme le dit François Bousquet, patron de la Nouvelle librairie vandalisé hier par ces mêmes “antifas” :

Il arrive même que journalistes, universitaires et activistes travaillent main dans la main. Voyez Antonin Bernanos, âme damnée des antifas parisiens, pourtant condamné à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, pour l’attaque (d’une violence inouïe !) d’une voiture de police, en 2016, mais défendu par le conseil d’administration de l’université Paris-Nanterre, où il étudie. Voyez un personnage inconnu du grand public, mais tout-puissant, je veux parler d’Aris Papathéodorou, qui ne se contente pas d’être le directeur artistique du Monde, propriété de Xavier Niel et Matthieu Pigasse, mais d’être parallèlement l’hébergeur de tous les sites « antifas ».

Cet incendiaire présumé est aussi soupçonné d’avoir participé à la casse d’une Porsche appartenant au chef cuisinier Christian Etchebest dans le 15e arrondissement de Paris, quelques heures avant l’incendie du fourgon militaire. Il s’en serait aussi pris à plusieurs enseignes bancaires ainsi qu’à une BMW et aux vitres de protection de la tour Eiffel à l’aide d’un marteau. Eléments au demeurant confirmés dans cet article qui "oublie" juste de préciser son appartenance politiquie.Ah si seulement il avait pu être "d'extrême droite" !! ... Pas de bol, il est ce que Castaner lui même fut en son jeune temps, une petite frappe de l'ultra gauche.

On retrouve cet "oubli" volontaire dans la nouvelle ORTFM qui s'apitoie sur le coût des dégradations (coût que devra supporter la collectivité)  qu'elle impute aux "gilets jaunes"

Posté par dissidence à 15:13 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • De toute façon, pour moi, les pastis politiques ne sont que les faces du même montage pervers qui abuse les ilotes avec des propos " révolutionnaires " pour se faire élire .
    dés lors qu'ils sont élus ,ils éludent leurs promesses électorales pour nous imposer violemment leur dictature .
    Le gouvernement actuel est la caricature de cette stratégie qui ne trouve plus assez de crédules pour exister légalement .
    Le dictateur en place devient fantasque et s'associe avec un pays tiers pour renforcer son pouvoir ?
    Ca ne peut plus durer comme ça !

    Posté par DED, 12 février 2019 à 11:57

Poster un commentaire