DISSIBLOG

07 mars 2019

Journalistes/Politiques: le clash devient préoccupant

Illustration par deux exemples:


 

Lors d’un débat sur l’interpellation de la France par l’ONU sur l’«usage excessif de la force» contre les Gilets Jaunes, Danielle Simonnet, menace de ne pas revenir dans l’émission, reprochant au journaliste son parti-pris et de ne pas la laisser développer son argumentation

Le président de Debout la France a quitté prématurément l’émission de France 5 mercredi après avoir accusé Patrick Cohen de « cireur de pompes du pouvoir ».

Ces dérapages ont une triple origine

  • Les médias dans leur ensemble, et plus particulièrement ceux du service public, sont totalement inféodés à l'idéologie dite progressiste, représentée par l'arc républicain LR/LRM/PS. C'eci est un scandale majeur, mais la sortie de NDA n'est pas la meilleure. Quand on fait ce constat, on ne va plus sur les plateaux en question. Mieux même (ou pire) si on pense que le système électoral est totalement biaisé, ce qui est le cas, on le boycotte également.
  • On a laissé à certains politiques, tout particulièrement ceux formatés à la dialectique de gauche, la faculté d'accaparer le micro au grand dam de leurs contradicteurs qui se voient de fait réduits au silence. Dans le cas n°1, c'est le journaliste lui même qui se voit à son tour dans cette position. Juste retour de bâton hélas ...
  • Trop souvent le journaliste à fait place à l'animateur/bonimenteur, avec à la clef une recherche non dissimulée de foutage de merde pour amuser le chalant

Résultat, plus auncun échange possible dans les émissions à caractère politique. On ne viendrait presque à regretter l'ORTF !

Posté par dissidence à 14:12 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • "S'il con-tinu, le journalope va se prendre un flash ball dan sa gueule ? "

    Posté par Satan., 07 mars 2019 à 16:56

Poster un commentaire