DISSIBLOG

20 mars 2019

Les chefs de clans discutent

Portrait de famille d une bande de six positions Mince-coupées la queue de MeekatsDe Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, six chefs de partis débattent mercredi soir sur BFMTV des issues à la crise des "gilets jaunes", dont l'exécutif peine à sortir, après un regain de violences qui l'a conduit à durcir sa réponse face aux manifestants.

A deux mois des élections européennes et objets d'une grande défiance des "gilets jaunes", François Bayrou pour le Mouvement démocrate (MoDem), Olivier Faure pour le Parti socialiste (PS), Stanislas Guerini pour la République en marche (LREM), Marine Le Pen pour le Rassemblement national (RN), Jean-Luc Mélenchon pour la France insoumise (LFI), et Laurent Wauquiez pour les Républicains (LR) échangeront sur "la crise et après?", dans une émission spéciale animée par la journaliste Ruth Elkrief.

- "Dérive autoritaire" -

Droite et gauche devraient à nouveau tirer à boulets rouges sur le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner pour sa gestion des "gilets jaunes", qu'ils accusent tour à tour d'être répressive ou trop laxiste.

Les oppositions LR, RN et LFI, notamment, réclament la démission du numéro un de la place Beauvau, désormais en première ligne après l'éviction du préfet de police Michel Delpuech --un simple "fusible" selon ces opposants.

Laurent Wauquiez reproche au gouvernement d'avoir "sous-estimé" la violence, quand Jean-Luc Mélenchon fustige une "dérive autoritaire" qui, pour Olivier Faure, permet au gouvernement "d'esquiver un autre débat, le débat social".

"On ne répond pas à la souffrance d'un peuple par une réponse policière", estime Marine Le Pen.

Outre le maintien de l'ordre, les six chefs de partis confronteront leurs propositions pour résoudre cette crise inédite, autour de trois thématiques, "une France plus juste", "réponse aux oubliés", et "comment se réconcilier", après 18 semaines d'un mouvement réclamant davantage de pouvoir d'achat et de démocratie directe.

- "Réorienter la politique" -

Près de neuf Français sur dix (86%) pensent qu'il faudra "réorienter la politique économique et sociale actuelle", selon un sondage Viavoice publié mardi.

Référendum d'initiative populaire, baisse des taxes ou impôts plus justes: Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, soutiens de premier plan de "gilets jaunes" et anciens candidats à la présidentielle, ne manqueront pas de ressortir leurs propositions de 2017 qui, selon eux, répondent à cette France des oubliés.

source

Posté par dissidence à 17:26 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Les politicards, c'est bonnet blanc et blanc bonnet .
    Des parasites qui veulent de la soupe sur le dos des ilotes !

    Posté par Satan., 20 mars 2019 à 19:01

Poster un commentaire