DISSIBLOG

27 mars 2019

Europe « passoire »

Un commandant de l’Etat Islamique a été arrêté la semaine dernière en Hongrie. L’individu, légalement entré sur le territoire européen, a semble-t-il bénéficié d’un passeport de « réfugié » remis par l’Union Européenne à son arrivée en Grèce. Le djihadiste est soupçonné d’avoir exécuté 20 civils syriens par décapitation.

RTBF (source) :

Un Syrien de 27 ans, soupçonné d’être un cadre de l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), impliqué dans des exécutions et l’organisation d’attaques suicide, a été arrêté en Hongrie, ont indiqué vendredi des sources judiciaires hongroise et européennes.
L’homme, qui avait reçu en Grèce le statut de réfugié, « a été membre de l’organisation Etat islamique depuis 2016 », selon un communiqué du parquet de Budapest.
Il a été décrit comme un haut dirigeant de l’EI par le procureur de Budapest, Tibor Ibolya, interrogé sur la télévision publique hongroise. Un communiqué d’Eurojust, l’agence européenne de coopération judiciaire, a parlé d’une « cible d’envergure suspectée d’avoir commis des actes terroristes en Syrie »,
Selon la justice hongroise, il est soupçonné d’avoir participé à l’assassinat de vingt membres d’une même famille dans la ville syrienne de Homs en 2016. Les victimes ont été décapitées pour avoir refusé de rejoindre l’EI, a précisé le parquet.
« Il y a des motifs raisonnables de penser que l’homme a personnellement pris part à cette exécution », selon le parquet hongrois qui précise travailler sur ce dossier en lien avec des enquêteurs belges.
Le suspect, identifié par la police hongroise comme Hassan F., se trouvait en Hongrie depuis plusieurs mois. Il avait dans un premier temps été arrêté à l’aéroport de Budapest en décembre 2018 accompagné d’une femme alors que tous deux étaient en possession de faux papiers d’identité.
Dans la foulée de cette arrestation, il a été condamné par la justice hongroise pour trafic illicite de personne et d’autres infractions qui lui ont valu une interdiction de séjour en Hongrie. Il était en attente d’être expulsé lorsqu’il a été arrêté vendredi dans le camp de rétention de Nyirbator, dans l’est de la Hongrie.

L’agence de presse Reuters indique que le djihadiste Hassan F. avait visité plusieurs autres états européens (source). Ce détail, ajouté à son statut de réfugié accordé en Grèce, permet de déduire qu’il a reçu un passeport de l’UE récemment créé pour les « réfugiés », le Passeport Européen des Qualifications des Réfugiés.

Ce document sert de passeport délivré par le Conseil de l’Europe et permet de voyager dans tout le continent (source).

Il est donc démontré que des djihadistes sont arrivés en Grèce et ont reçu le statut de « réfugiés » grâce au gouvernement d’extrême-gauche grec dirigé par Alexis Tsipras. Dotés du nouveau passeport créé par le Conseil de l’Europe en 2018 pour les « réfugiés », des djihadistes, dont des cadres de l’Etat Islamique, ont pu quitter la Grèce et s’établir dans un des 28 états-membres de l’Union Européenne.

Ils y sont toujours.

Posté par dissidence à 19:44 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire