DISSIBLOG

29 mars 2019

Le pacte de Marrakech: de la non contrainte à la contrainte, ou le billard en trois bandes du politiquement corrrect

Ah les amis, ça n’a pas tardé. Le pacte de Marrakech nous avait été vendu comme non contraignant …Et bien la machine s’est mise en route, il va le devenir dare-dare et de manière absolument totalitaire. Le mécanisme est simple : le parlement adopte des résolutions puis des directives qui sont ensuite rendues contraignantes par les jurisprudences rendues par les juridictions internationales, européennes et nationales.


 

Ça n’a donc pas traîné, le parlement européen vient d’adopter le 26 mars une résolution sur les droits fondamentaux des personnes d’ascendance africaine en Europe, par laquelle il consacre la dette des peuples européens vis à vis des peuples africains et donc une obligation éternelle de nos peuples à l’égard des leurs. Le Grand Remplacement trouve là sa consécration, nous allons devoir nous écarter et payer pour nous faire remplacer.

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P8-TA-2019-0239&language=FR&ring=B8-2019-0212#def_1_10

Exposé des dispositions antérieures

Le texte rappelle en premier lieu les dispositions successives relatives aux discriminations prises par les instances européennes depuis le traité de Maastricht de 1993. Il en énumère 21 toujours plus contraignantes et culpabilisantes au fil du temps. Cette mise en perspective fait clairement apparaître l’une des finalités majeures de la construction européenne qui est de soumettre les peuples européens à la submersion migratoire voulue par Bruxelles et par les mondialistes. Depuis l’origine, toutes ces dispositions n’avaient qu’un seul but : interdire la parole et faire taire toute opposition. On voit bien là un processus parfaitement raisonné de mise en coupe réglée des opinions publiques dans le but de les soumettre au diktat.

Aujourd’hui, avec le traité de Marrakech, ce processus est en voie de parachèvement. Toutes affaires cessantes, le parlement européen vient de prendre la première disposition visant à le faire rendre contraignant par la jurisprudence à suivre.

Considérants et exposé des motifs

S’ensuivent 20 points (de A à T) qui nous exposent les motifs des résolutions qui suivront. On ne citera ci-dessous que ceux qui font apparaître le mécanisme pervers du Grand Remplacement. Néanmoins, il faut tout lire, chacun selon sa sensibilité y trouvera les motifs de sa propre colère.

Le flou chromatique sur ces populations

Le texte indique que :
« le terme « personne d’ascendance africaine » recouvre les termes « Afro-Européen », « Noir européen », « Afro-Caribéen » ou « Noir antillais » »
Noirs ? Noirs-noirs ? Ou bien les Africains blancs aussi ? S’agit-il d’une définition strictement chromatique ? Pas facile de savoir, et encore moins d’énoncer leurs intentions sous-jacentes pour ceux qui prétendent qu’il n’existe pas de races. On verra plu loin qu’il s’agit en fait essentiellement de Subsahariens.

Flou sur les chiffres

« selon les estimations disponibles, 15 millions de personnes d’ascendance africaine vivent en Europe, bien que la collecte de données relatives à l’égalité par les États membres de l’Union ne soit pas systématique »
Et non, elle n’est surtout pas systématique, c’est même strictement l’inverse… Il y aurait donc 15 millions d’Africains en Europe, mais peut-être plus, on ne sait pas bien… D’ailleurs il ne faut surtout pas que l’on sache. Ceci dit, à défaut de statistiques précises puisque interdites, l’œil nu suffit. C’est même un instrument de mesure extrêmement précis. Regardez autour de vous et vous saurez.

Le Grand Remplacement ne serait donc qu’un fantasme, néanmoins, il y en aurait déjà au moins 15 millions ; chiffre sans doute nécessaire et suffisant pour justifier l’accélération de la manœuvre d’étouffement des oppositions et d’écartement des populations autochtones européennes.

Notez, et c’est amusant, qu’ils parlent de « données relatives à l’égalité » pour ne pas dire statistiques ethniques. Étonnant, non ? Quand on en est à travestir à ce point le langage c’est qu’on est déjà largement totalitaire.

Un rapport de la FRA désigne les mineurs subsahariens

Qu’on se rassure, il ne s’agit pas de la France, mais de la Fondamental Right Agency (Agence pour les droits fondamentaux). On remarquera toujours le travestissement du langage. Toute l’opération est placée dans le cadre d’un prétendu droit fondamental, établi par quels texte, nul ne le sait… Novation : il y aurait donc un droit fondamental à remplacer et naturellement en contrepartie une obligation fondamentale à s’écarter ou mieux encore à disparaître. C.Q.F.D.

« considérant que la FRA a rapporté que les minorités originaires d’Afrique subsaharienne en Europe sont particulièrement exposées au racisme et à la discrimination… »
Nous y voilà, il s’agit donc bien de protéger surtout les Subsahariens. Toujours rien de chromatique là- dedans ?

« considérant que… les jeunes répondants d’ascendance africaine, âgés de 16 à 24 ans, ont connu au cours des douze derniers mois précédant l’enquête des taux de harcèlement motivé par la haine plus élevés (32 %) que les répondants plus âgés et que le cyberharcèlement touche beaucoup plus les jeunes, et diminue avec l’âge ».

On y voit déjà un peu plus clair, il s’agit donc bien de protéger en premier lieu les « droits fondamentaux » des mineurs subsahariens.

Pourquoi des mineurs ? Parce que ce sont les premiers envoyés en émissaires ; le reste devant suivre au titre du regroupement familial. Également parce qu’ils relèvent de la protection de l’enfance et qu’à ce titre tout leur est dû, qu’ils sont intouchables et surtout inexpulsables. On y reviendra plus loin.
En filigrane, c’est donc bien le mécanisme pervers du Grand Remplacement par les Subsahariens qui apparaît ; les mineurs d’abord, le reste ensuite.
Pourquoi subsahariens ? Seuls les remplacistes le savent. Néanmoins, comme de bien entendu, aucune raison chromatique dans cette préférence.

N.b. Avec les associations remplacistes telles le RAIH, un mineur migrant peut avoir jusqu’à 35 ans comme cela se voit souvent. Peu importe, mineur ou pas, il les leur faut tous.

Consécration de la dette imprescriptible des peuples européens

« Considérant que les injustices à l’égard des Africains et des personnes d’ascendance africaine qui ont jalonné l’histoire, comme la réduction en esclavage, le travail forcé, la ségrégation raciale, les massacres et les génocides qui se sont produits dans le contexte du colonialisme européen et de la traite transatlantique des esclaves, sont très peu reconnues et prises en compte par les institutions des États membres ».

Très peu reconnues ? On croit rêver. En fait pas encore assez reconnues au goût des eurocrates qui consacrent par ce texte la dette imprescriptible dont seraient chargés les peuples européens au titre de la traite négrière et de la colonisation.

Une fois ce texte entériné, il n’y aura plus aucun débat, le parlement européen aura consacré la dette éternelle des peuples européens et le droit imprescriptible des Africains à pouvoir tout exiger de nous.

Suivent 28 prescriptions que la jurisprudence à suivre rendra contraignantes.
En bref, tout est dû aux migrants dont l’accueil illimité et l’intégration sont une obligation, quels qu’en soient le coût et les conséquences sur les peuples autochtones.

Il va falloir nous écarter et payer pour nous faire remplacer

Voilà chers amis, avec cette résolution, le parlement européen affiche clairement l’objectif prioritaire (et très ancien) de la construction européenne à savoir la submersion migratoire des peuples européens par les peuples africains et essentiellement subsahariens. Il consacre la dette imprescriptible qu’auraient nos peuples à l’endroit de ces populations et donc fait naître l’obligation de tout leur devoir.

Avec ces dispositions, le pacte scélérat de Marrakech se trouve clairement traduit en mesures potentiellement contraignantes au plan européen puisque immanquablement la jurisprudence suivra. Les portes sont grandes ouvertes et nous allons avoir obligation de nous écarter et de payer.

Il va falloir se serrer, il va falloir s’écarter, les nourrir, les loger, les soigner, leur donner tout ce qu’ils ont été incapables de produire chez eux.

Les marchés ont besoin de croissance, les eurocrates ont besoin de faire entrer de nouveaux consommateurs en Europe, continent riche et âgé. Ces gens ne produiront évidemment jamais ce qu’ils vont consommer puisque tout est déjà délocalisé et robotisé et qu’il y a des déjà des millions de chômeurs dans l’Union européenne. Nous allons donc devoir les entretenir et payer pour qu’ils nous remplacent.

Tous aux urnes

Tel est bien le projet fou des eurocrates à la solde des mondialistes. Macron s’en est fait le porte-drapeau contre les populistes aux prochaines élections européennes. Tous aux urnes donc pour lui infliger la raclée électorale et le désaveu qu’il mérite.

L’Europe n’est pas réformable, il va falloir en sortir

Les furieux qui dirigent l’Europe savent que le temps leur est compté, ils accélèrent à fond croyant pouvoir finir de figer leur programme et tenter de le rendre irréversible.
Nous allons devoir nous en libérer et, si ce n’est pas possible par les urnes, tous les autres moyens deviendront légitimes.
Après la libération, il faudra sortir de tous les traités qui nous enchaînent.

L’Europe telle qu’elle est construite n’est pas réformable, il faut impérativement en sortir.

Martin Moisan

Posté par dissidence à 11:43 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire