DISSIBLOG

16 avril 2019

NDP: premières images de l'interieur

La flèche et une grande partie de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris se sont effondrées. Les seize statues de cuivre qui ornaient la flèche de Notre-Dame de Paris représentant les douze apôtres et les quatre évangélistes ont échappé aux flammes. Elles avaient été retirées de leur socle, il y a quelques jours, pour être restaurées. La flèche n’était pas d’origine, elle fut reconstruite par Viollet-le-Duc en 1859.

L’incendie a pris vers 18h50. Les flammes ont dévoré la charpente, longue de plus de 100 mètres et constituée de poutres en bois.

Une enquête a été ouverte pour «destruction involontaire par incendie», a annoncé le parquet de Paris. La piste d’un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale «retient l’attention des enquêteurs en l’état des investigations», a précisé une source proche du dossier. Dans la nuit, les ouvriers du chantier étaient «entendus par les enquêteurs», a annoncé le parquet. Le feu semble être parti au niveau d’échafaudages installés sur le toit de l’édifice, en travaux depuis plusieurs mois.

La couronne d’épines et la tunique de Saint Louis ont pu être sauvés des flammes, a indiqué Mgr Patrick Chauvet, le recteur de la cathédrale. Le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris, a déclaré :

«La priorité que l’on s’était donné, c’était de sauver les deux beffrois (partie qui supporte les tours), et les deux beffrois ont été sauvés. Imaginez : la charpente des beffrois fragilisée, les cloches qui s’effondrent, c’était vraiment notre crainte !» «L’ensemble des œuvres d’art qui étaient dans la partie “trésor” ont été sorties. La plupart du temps, les pompiers de Paris s’engagent pour préserver les personnes, là, il s’agissait vraiment de sauvegarder des biens, de préserver ce qui pouvait l’être encore, donc de faire des choix.»

Le feu a fait un blessé, un pompier. Au moins 400 soldats du feu ont été mobilisés.

Plusieurs incertitudes concernent les vitraux de la cathédrale. Sous l’effet de la chaleur de l’incendie et de la chute de la charpente, les plaques de verre ont pu être détruites, de même que le plomb qui les lie a pu fondre. L’inquiétude concerne également les trois orgues et notamment le grand orgue, avec ses cinq claviers, ses 109 jeux et ses près de 8.000 tuyaux, qui est le plus remarquable. Enfin il s’agit désormais de savoir comment la structure va résister. A 8H00 une réunion d’experts, des architectes du bâtiment de France tentera de déterminer si la structure est stable, et si les sapeurs-pompiers peuvent s’engager à l’intérieur pour continuer leur mission.

A l’intérieur de la nef, les secours ont pu constater l’effondrement d’une croisée d’ogives :

@ LSB

Posté par dissidence à 08:46 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Résistance

    On ne peut que se réjouir que la structure ait résisté à l'incendie... Mais je ne suis pas sûr que "tout le monde" se réjouisse de cette résistance.

    Posté par Abdoulaye Faye, 16 avril 2019 à 10:52

Poster un commentaire