DISSIBLOG

21 juillet 2019

Maintenant les racailles tabassent à mort des policiers !

Et le gouvernement s'écrase ...


Il allait être papa. Benjamin K., 35 ans, et sa compagne attendaient un enfant. Le décès brutal de ce jeune homme de 35 ans plonge sa concubine, sa famille, son entourage et ses collègues dans une douleur indicible. En poste depuis un an à la brigade spécialisée de terrain nord (BST), il était basé au commissariat de La Vache. Il travaillait notamment dans le quartier des Izards, l’un des secteurs les plus sensibles de la Ville rose. Mais il a toujours aimé le terrain.
Auparavant, Benjamin officiait à Tournefeuille, à l’ouest de Toulouse, qu’il avait rejoint après plusieurs années passées à travailler au sein de la compagnie républicaine de sécurité (CRS). Son gabarit se prêtait d’ailleurs bien au maintien de l’ordre. En effet, ce grand gaillard qui mesurait 1,85m était notamment un fana de sport et de musculation, selon certains de ses collègues. Ce samedi, il a vraisemblablement été attaqué par-derrière.


 Attaqué par-derrière par qui ? 

Seulement deux heures plus tard, les personnels de la brigade anticriminalité (BAC) ont interpellé un homme dont le signalement correspondrait à celui du meurtrier. Autre élément tangible : sa plaque d’immatriculation serait celle relevée par des témoins sur le parking de L’Esmeralda au moment de la fuite des agresseurs. Cet homme a également été placé en garde à vue dans les locaux du SRPJ. Il reste présumé innocent, tout comme son complice.

Tous deux sont âgés "d’environ 35 ans", comme la victime, confirme le parquet de Toulouse qui a, en revanche, refusé de divulguer les éventuels antécédents judiciaires des deux suspects.

Pourquoi ? Pour ne pas les stigmatiser sans doute ? En attendant, on est encore monté d'un cran dans la violence diversitaire: les racailles s'en prennet directement aux flics et les tabassent à mort:

Il était environ 5 heures du matin quand Benjamin, 35 ans, s’est sauvagement fait agresser par deux individus. Ce policier en civil, qui officiait à la brigade spécialisée de terrain nord (BST), se trouvait avec un ami dans la file d’attente du snack installé devant la discothèque quand il a reçu un coup à la tête, vraisemblablement porté par un objet contondant. Le jeune homme s’est écroulé et sa tête a violemment percuté le sol. Alors qu’il gisait par terre, il a ensuite été roué de coups de pied, essentiellement portés au visage.

 https://www.ladepeche.fr/2019/07/20/rixe-mortelle-a-toulouse-un-homme-de-36-ans-tue-cette-nuit-devant-une-discotheque,8322375.php

 

 

Posté par dissidence à 16:24 - France - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Appeler un chat un chat

    Vous pensez bien que les racailles se sentent pousser des ailes vu que "l'autorité" (Y-a-t-il encore une autorité ?) n'ose plus appeler un chat un chat !... Ils jouissent ainsi d'une sorte d'immunité qui les place au dessus des lois, donc hors d'atteinte de la justice... Et plus la justice se montre laxiste, plus ils se sentent intouchables. Pourquoi voudriez-vous qu'ils cessent ?

    Posté par Defcosisatate, 23 juillet 2019 à 07:22

Poster un commentaire