DISSIBLOG

29 août 2019

Un Canard enchaîné qui porte bien son nom

Les gros bourgeois parisiens du Canard Enchaîné, qui vivent tous dans les beaux quartiers, n’ont pas leur pareil, chaque semaine, pour déverser leur fiel contre ce qu’ils considèrent le camp du mal, les populistes, le Rassemblement National, Trump, Bolsonaro, Salvini, Orban ou la réinfosphère. En ce sens, ils se comportent en parfaits caniches de Macron et de l’ordre dominant, qui leur en est reconnaissant, en leur versant tous les ans plus de 500 000 euros de subventions, et autant d’exonérations postales.

Cette semaine, c’est donc le navire-amiral de la réinfosphère, Fdesouche, qui est visé par le palmipède préféré de Macron (il lui doit son élection par l’élimination de Fillon). Mais c’est surtout Amazon qui est ciblée.

L’angle d’attaque de la journaliste Clara Bamberger, auteur de cet article particulièrement putassier ? Amazon donne la possibilité, par un automate, à tous les sites, de relayer les livres de leur choix, avec un lien automatique qui envoie sur le site Amazon et permet de commander le livre. En retour, Amazon octroie 7 % de la vente du produit au site qui en a fait la promotion. Et le fonctionnement est automatique. Donc, tout le monde paraissait content…

… Sauf la petite fliquette Bambarger, déguisée en journaliste du Canard Enchaîné. La bougresse a remarqué que le site Fdesouche profitait de la manne financière d’Amazon, et y trouve à redire. Une manchette en page 1, et un article à charge, qui aurait fait merveille au temps où la Pravda expliquait au bon peuple le bien et le mal.

D’abord, elle se livre à une promotion du site, lui reconnaissant 282 000 abonnés sur Facebook, et 410 000 visiteurs uniques au mois de juin. Un chiffre qui nous paraît fort minoré, connaissant la fréquence des visiteurs sur ce site.

Fdesouche se présente pour ce qu’il est, « une revue de presse française et internationale ». En effet, c’est la prouesse de Pierre Sautarel et de son équipe, leur site est devenu une dépêche d’agences, qui se contente, pour 90 % de son contenu, de reproduire les informations de la presse écrite, audiovisuelle ou télévisuelle. Donc, pas de risque de prise en flagrant délit de fakenews par les Décodeurs du Monde, cela serait reconnaître que les collègues mentent. Cela n’empêche par ailleurs le site d’avoir la pastille rouge ! Bien sûr, la particularité de Fdesouche, c’est une hiérarchie de l’information qui est aux antipodes de celles des médias traditionnels. Sautarel et les siens mettent en avant ce que les autres cachent aux Français : l’invasion migratoire de la France et ses conséquences, une rubrique fait divers montrant l’ensauvagement du pays, et quelques anecdotes sur les exploits quotidiens des soldats d’Allah.

Tous les journalistes, quoi qu’ils en disent, consultent Fdesouche, qui est devenu un véritable contre-pouvoir à celui des médias officiels. Et cela paraît déranger la plumitive du Canard Enchaîné, qui essaie, fort laborieusement, de démontrer que ce site serait un repaire de fachos.

Ainsi, ils auraient osé promouvoir le livre « Histoire de l’islamisation française : 1979-2019 ». Livre que, contrairement à moi, cette vaillante balance n’a pas lu. Mais pas besoin de le lire, elle a compris que c’était un ouvrage haineux, puisqu’il est présenté ainsi : « Depuis maintenant quarante ans, les élites politiques et médiatiques se voient sans cesse confrontées au défi d’une religion puissante qui n’a jamais rien cédé« .  Vite, à la 17e chambre !

Et ils osent, en outre, promouvoir le livre-fiction « Guerilla » de Laurent Obertone, que, encore contrairement à moi, la moucharde n’a pas lu, et évoquer le fait qu’en Autriche, des chauffeurs de taxis musulmans refusent les clients avec des chiens, mêmes les aveugles. Ce qui, bien sûr, dans le logiciel façonné de la journaleuse, ne peut qu’être une horrible fake-news, et ne peut exister.

L’objectif de cet article crapuleux est de faire pression sur Amazon pour qu’ils virent Fdesouche, sous le prétexte que la charte du groupe américain interdirait les sites qui incitent à « la discrimination basée sur la race (qui n’existe pas), la religion, le sexe ou l’origine nationale ». Et donc, selon Clara Bamberger la cafteuse, Fdesouche répondrait à ces critères. D’où la pression de vouloir les faire virer par Amazon.

Bien évidemment, le lecteur du Canard Enchaîné ignorera que ce site, comme tous les sites et médias de la réinfosphère, ne touche aucune subvention, et que les journaux papier qui ont été condamnés pour incitation à la haine en sont exclus. Ben voyons. Ils ignoreront toujours que par contre, la presse papier, placée dans le camp du bien, passe à la caisse, tous les ans, pour un montant des plus conséquents (on parle de 1,3 milliard d’euros).

Aides à la presse : les chiffres

La presse numérique, dont Mediapart, s’octroie 5 % de ce magot, et la Cour des comptes recommande d’augmenter ces aides… pour ceux qui pensent bien. Donc, rien pour Fdesouche, pour Riposte Laïque (qui ne demande rien, et refuserait), pour Boulevard Voltaire, pour TV-Liberté, Radio Courtoisie, Présent, Valeurs actuelles et autres… L’argent ne doit aller qu’aux sites et journaux collabos, c’est-à-dire favorables à l’immigration de masse et à l’islamisation de notre pays, qui, manifestement, ne dérangent pas Le Canard Enchaîné, qui se vante pourtant de son anticléricalisme.

Clara Bamberger et Le Canard ne sont absolument pas choqués que l’argent des contribuables serve à payer des journaux qui ne se vendent plus et appartiennent à des milliardaires. Que par contre, un site, sans que cela ne coûte rien au contribuable, ose profiter d’une offre commerciale ouverte à tous, et voilà le Palmipède et sa journaleuse en émoi, faisant des pieds, des mains et des ailes pour que cela cesse au plus vite.

Nous allons leur apprendre une nouvelle encore plus terrible : Riposte Laïque a édité plus de vingt livres, qui, tous, ont été mis en ligne sur Amazon. Et, chose affreuse pour la bougresse, à chaque fois qu’Amazon vend un livre, il nous en redonne la moitié, et garde l’autre moitié pour lui, avec les frais de port à assurer. Ainsi, nos éditions ont touché plusieurs milliers d’euros, de la part d’Amazon. On espère une nouvelle dénonciation, la semaine, de Mademoiselle Bamberger, dans Le Canard Enchaîné, et Riposte Laïque exige la page une !

Un polémiste avait écrit qu’un journaliste ne pouvait qu’être une pute ou un chômeur. Je ne suis pas inquiète pour Clara Bamberger, elle ne sera jamais chômeuse.

Lucette Jeanpierre

Posté par dissidence à 13:55 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire