DISSIBLOG

17 octobre 2019

Le choléra gagne les hautes sphères

Une vidéo est devenue virale.  Les faits se passent dans un vol intérieur de notre beau pays … enfin, plus beau pour les nouveaux arrivés que pour les indigènes que nous sommes. Elle  montre un musulman qui, sans vergogne, s’installe devant la cabine de pilotage  pour y faire sa prière, gênant le service dans un espace aussi confiné, devant un personnel effaré qui ne sait comment réagir, jusqu’à ce qu’un steward fasse une remarque … qui lui vaut un grand coup de poing sur le nez. A l’arrivée de l’avion, la  police essaie d’embarquer le contrevenant qui se débat comme un chien enragé et ne cesse de demander ce qu’il peut bien avoir fait. On rêve … Mais ces gens sont tellement sûrs de leur bon droit, vu que les autorités non seulement les laissent faire, mais encore leur accordent à nos frais des subsides et pourchassent les indigènes qui se défendent lorsqu’ils sont attaqué ou même portent seulement plainte !

https://www.youtube.com/watch?v=suOVfB7_9JY

Eh bien mes amis, à trop donner à ce genre d’agresseurs, à leur offrir le vivre, le couvert, les suppléments, les petites femmes blanches même lorsqu’elles n’y tiennent pas du tout, à leur attribuer des circonstances atténuantes comme à cette ordure qui avait prétendu ne pas connaitre nos lois après avoir violé salement une malheureuse et a été suivi en cela par un juge immonde, à affirmer qu’ils sont fous donc irresponsables quand ils assassinent nos enfants à coups de couteaux dans le dos, à lever les épaules d’un air amusé  en prétendant à des plaisanteries quand ils appellent à tuer un maximum de nos bébés, et surtout, surtout … à les faire entrer en masse dans la police, l’armée, les ministères avec l’étiquette d’accréditation secret-défense, les organes de commandement, et jusqu’à l’intérieur de la présidence de la république comme on l’a vu il y a quelques mois avec une affaire qui a fait beaucoup de bruit, il est arrivé ce qui devait arriver et va encore et encore arriver.

Car ce ne sont plus les indigènes du bon peuple de France qui sont maintenant les seuls visés, alleluia ! Au tour des responsables. Et les responsables ce sont les magistrats, la police, les préfectures, les politiques. Oh, qu’on ne s’y trompe pas, je ne me réjouis pas de voir les mahométans attaquer un pays entier, mais voyez vous, c’est comme le choléra en 1846. Ceux qui tenaient le pouvoir s’imaginaient alors que la maladie ne frapperait que les pauvres, et les bons bourgeois furent tout étonnés d’en être eux aussi les victimes. Victimes d’une terrible épidémie qui décima les grandes villes et en particulier Paris. Eh bien nous y sommes. Ils l’ont voulu, ils l’ont eu. Et ce n’est que le début, parce qu’à mettre à des postes de contrôle et d’information aussi importants ces gens, ennemis de notre culture, de notre peuple, de nos femmes, de nos pratiques, et qui ont maintenant les adresses de tous les fonctionnaires de police et des magistrats, ceux-là n’ont plus qu’à trembler à leur tour. Et ce n’est pas en épargnant les agresseurs qu’eux-mêmes seront épargnés. Une épidémie, ça ne se caresse pas, ça se combat.

Louise Guersan

Posté par dissidence à 10:04 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire