DISSIBLOG

06 décembre 2019

Retraites: le temps de la défiance

À l'origine, l'objectif de remplacer les 42 régimes par un régime universel où chaque euro cotisé donnerait le même nombre de points pour tous était inattaquable sur le plan des principes. Mais tout a changé dès lors qu'il est apparu que cette manœuvre, sous couvert de revaloriser les petites retraites et d'assurer l'équité femmes-hommes, laissait dans l'ombre des objectifs plus sombrement budgétaires : derrière l'unicité, en effet, Bercy cherchait à faire financer par les excédents des régimes complémentaires du secteur privé, 120 milliards d'euros quand même, un secteur public structurellement déficitaire.

Mal maîtrisés, les effets induits par la réforme Macron ont réveillé 42 tigres dans chacun des 42 régimes et inquiété tous les futurs retraités du nouveau régime universel en mettant la valeur du point, donc leur future retraite, entre les mains d'une logique purement comptable. Résultat, auquel Emmanuel Macron ne s'attendait sans doute pas, tout le monde a peur d'être perdant, et a le sentiment confus que son intérêt est que la réforme soit, sinon abandonnée, du moins reportée dans le temps. Ce n'est plus la clause du « grand-père », mais celle du « petit-fils », que le premier ministre Édouard Philippe brandit pour se sortir de l'impasse, en envisageant de décaler dans le temps l'application du régime par points, à l'origine pensée pour la génération 1963 à partir de 2025, et désormais promise à être décalée à la Saint-Glinglin ! 

source


Résultat, défiance totale des partenaires sociaux, même des plus modérés

Au départ, le gouvernement a utilisé le slogan « 1 euro cotisé vaut 1 euro de retraite ». En réalité, l'objectif de l'exécutif est la captation des réserves accumulées par les salariés pour pouvoir financer principalement l'évolution du régime des fonctionnaires mais peut être aussi l'évolution du régime général dans lequel l'État a des responsabilités importantes en termes de gestion. L'État ne tient pas ses engagements en matière de retraites. Il veut faire payer les partenaires sociaux et les salariés des régimes qui ont accumulé des réserves pour faire face aux déséquilibres démographiques.

Il veut également faire payer la convergence des systèmes pour transformer les retraites en une annexe du budget et le traiter comme le budget de la Sécurité sociale qui est géré de manière catastrophique. Il veut en faire un auxiliaire de gestion des deniers publics. Il veut s'approprier cet argent alors que ces sommes sont des cotisations prélevées sur les salaires, les revenus, l'activité. Il veut simplement mettre la main sur de l'argent qui n'est pas le sien. Il veut faire peser un risque énorme sur le niveau des pensions. Le projet est de casser définitivement cette partie du modèle social français qui est la retraite par répartition.

Posté par dissidence à 15:07 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire