DISSIBLOG

11 décembre 2011

Encore une patriote "nauséabonde"

"Si je devais manquer à mon devoir, que Dieu, la Patrie et Lui, me le reprochent", a déclaré Mme Kirchner, visiblement émue, ajoutant à la formule habituelle une référence directe à son mari décédé en octobre 2010.

La présidente argentine Cristina Kirchner, réélue haut la main il y a un mois et demi, a prêté serment samedi devant le Congrès pour un second mandat de quatre ans, en présence de plusieurs homologues latino-américains (NDLR: mais en l'absence remarquée du gotha mondialiste...)

La présidente argentine a comparé la crise européenne de la dette au défaut de paiement de l'Argentine il y a dix ans, le plus important de l'histoire (75 milliards d'euros).

"Cette situation en Europe est un miroir de l'Argentine de 2001", a dit Mme Kirchner, fustigeant un système "qui n'est pas basé sur l'économie réelle, mais sur l'économie financière".

Mme Kirchner est décidée à maintenir un modèle d'industrialisation et de relance par la consommation malgré la menace de la crise européenne. "Rien ni personne ne pourra nous contraindre à changer de cap", avait-elle dit mercredi, alors que son gouvernement vient de supprimer une partie des subventions aux secteurs de l'énergie et des transports et de prendre des mesures draconiennes pour lutter contre la fuite des capitaux.

 

Posté par dissidence à 23:11 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire