DISSIBLOG

"Un peuple qui élit des renégats, des corrompus, des voleurs des menteurs et des traîtres, n'est pas victime. Il est complice"

Georges Orwell (in 1984)

Macron pourra-t-il rester à l’Elysée après les révélations de Wikileaks ?

 

Posté par dissidence à 11:42 - Commentaires [0]

20 octobre 2017

Macron veut commémorer Mai 68 avec un pédophile

Politique. Selon L’Opinion, l’Elysée envisagerait une commémoration pour célébrer les cinquante ans de Mai 68. L’occasion pour Emmanuel Macron de sortir des discours maussades autour de ce mouvement social.


"Sous les pavés, la plage !” Symbole des événements qui secouèrent la France au Printemps 1968, lorsque les premières barricades furent élevées, ce slogan de Mai 68 pourrait bien être scandé à nouveau en 2018. Selon L'Opinion, l’Elysée réfléchirait en effet à une commémoration pour les cinquante ans de ce mouvement social qui accoucha notamment des Accords de Grenelle. Emmanuel Macron souhaiterait ainsi sortir des discours maussades sur les événements qui ont participé à moderniser la société française. L'Élysée souhaite donner une dimension internationale à 68, car ce fut l'année du Printemps de Prague et de sa répression, des grandes manifestations aux États-Unis, du massacre à l'université de Mexico, des mouvements étudiants dans toute l'Europe... précise le quotidien. 

Daniel Cohn-Bendit associé à la réflexion 

Figure de Mai 68 et soutien d’Emmanuel Macron lors de la dernière élection présidentielle, Daniel Cohn-Bendit devrait être associé à la réflexion sur les manifestations proposées. L’année 2018 marquera également le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, adoptée par les Nations Unies en 1948 ainsi que le 60e anniversaire de la Constitution de 1958. Toujours selon L’Opinion, Emmanuel Macron entend marquer cette date historique d’un grand événement et d’un discours.


Macron glorifiant 68 avec un vieux libertaire  amateur de drogues douces (et moins douces ...) et de "p'tites filles", pas mal non ?

Posté par dissidence à 12:34 - France - Commentaires [0]
Tags :

17 octobre 2017

Affaire Merah: un scandale d'État couvert par le "secret défense"

L'ancien patron du renseignement toulousain est revenu ce lundi sur les failles de l'affaire Merah. Il a évoqué sans le vouloir une information classée secret défense.


Il est arrivé avec une épaisse pochette beige sous le bras. A l'intérieur, des "notes", au cas où sa mémoire lui ferait défaut. Mais Christian Balle-Andui n'en a pas eu besoin ce lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris. L'ancien directeur régional du renseignement intérieur toulousain au moment de l'affaire Merah ne mesure pas tout de suite la petite bombe qu'il vient de lâcher. C'est un avocat des parties civiles, maître Morice, qui le révèle. 

"Si on vous avait écouté monsieur, on ne serait sans doute pas là aujourd'hui. Vous avez donné une indication qui ne figure pas au dossier", lance l'avocat. Le 15 mars 2012, jour de l'attentat de Montauban qui a coûté la vie à deux militaires, Christian Balle-Andui se remémore en effet avoir transmis à sa direction une note. Ce document comporte une douzaine de noms de djihadistes toulousains qu'il a identifiés et parmi lesquels se trouve selon lui le suspect. Parmi eux, celui de Mohamed Merah. Mais à ce moment précis, sa hiérarchie est sur la piste de l'ultra-droite. Son intuition restera sur des feuilles de papier. 

"L'Etat est incapable de reconnaître ce que nous savons aujourd'hui, qu'il y a eu des fautes lourdes, inadmissibles de l'Etat. Le nom de Mohamed Merah était sur une fiche", martèle maître Morice. Long silence. L'ex-patron du renseignement toulousain cherche ses mots. "Je suis dans une position difficile car la note n'a pas été déclassifiée." L'homme, dont tous les avocats des parties civiles saluent le "courage", est mal à l'aise. Il réalise alors la portée de ses mots.

Depuis trois heures, une certaine amertume pointe dans les mots de cet homme qui estime ne pas avoir été entendu. Sa déposition spontanée détaille une accumulation de failles et de dysfonctionnements du renseignement et du judiciaire. Le 15 mars 2012, Christian Balle-Andui a demandé à avoir accès aux images de vidéo-surveillance de la tuerie de Montauban, ce qu'on lui refuse. 

>> la suite

Posté par dissidence à 13:34 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

16 octobre 2017

Langue de bois, suite.

Dimanche sur TF1, Emmanuel Macron a été interrogé, notamment sur l'extension de la PMA aux lesbiennes et aux femmes célibataires. Réponse du chef de l'Etat :

"Vous me permettrez, sur des sujets aussi complexes, de refuser le oui ou non. [...] Je pense que, à partir du moment où on a accepté pour des femmes vivant en couple de bénéficier de la PMA, il est normal, compte tenu du fait que nous reconnaissons qu'une mère peut être seule, ou que deux femmes puissent être en couple, de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexeJ'ai dit que je respecterai l'ensemble des convictions. Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences, des convictions profondes que je respecte chez chacune et chacun. Je souhaite que durant l'année 2018, nous puissions avoir ce débat de manière apaisée. [...] Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens. Je suis très sensibles au respect de la filiation. C'est aussi pour ça que je suis contre la GPA. J'ai une conception de la dignité du corps de la femme. Cette conception philosophique ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre. Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement."
1) on n'a pas accepté pour des femmes vivant en couple de bénéficier de la PMA, mais pour des couples constitués, non homosexuels, c'est à dire un père + une mère. La nuance est fondamentale
2) une mère "ne peut donc être seule" en tant que telle, sauf à avoir enfanté avant, d'un homme dont elle s'est séparée. Elle n'a pas donc conçue cet enfant toute seule
3) Ce droit ne pouvant pas conséquent être reconnu à des femmes seules, ne peut davantage l'être pour des femmes vivant en couple homosexuelle, l'inferetilité en découlant relevant d'un choix évidemment personnel
On mesure à ces propos tortueux le caractère tout aussi tortueux du personnage, et la perfidie des homosexualistes (à laquelle il souscrit entièrement pusique la reprenant à son compte) qui partant d'une postulat volontairement déformé, en construisent une extension infinie au droit du "droit  à l'égalité" évidemment.

Posté par dissidence à 13:25 - France - Commentaires [0]
Tags : , ,

Du maçonisme à l'islamisme

Nombreux ont été les macro-béats à avoir noté lors de la causerie jupiterienne  de l'omniprésence d'une affiche du graffieur Frank Shepard , affiche à la gloire de la République maçonnique (cf le rappel étoilé luciférien on ne peut plus clairement affiché au dessus du E de "fraternité") à laquelle ne cesse de se référer notre Jupiter aux petits pieds.

Résultat de recherche d'images pour "liberté égalité fraternité affiche"

Ce même Fairey, soutien inconditionnel d'Obama, était l'auteur d'une affiche "hope" qui a porté sa campagne. Il s'est illustré récemment par une autre affiche très ... islamo compatible que les Macrolâtres vont sûrement apprécier:

Shepard Fairey / ObeyGiant.com via Amplifier Foundation

Posté par dissidence à 13:06 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Langue de bois

1er mensonge: le droit européen INTERDIT l'expulsion des étrangers, et Macron ne peut pas ne pas le savoir

2ème mensonge: un étranger en situation irrégulière est PAR DÉFINITION  un individu qui a commis un délit et est donc expulsable !

3ème mensonge « il ya toujours des individus fous malades et il ya des terroristes qui sont là dans notre société »

  • les individus prétendument fous malades se réfèrent tous à une religion parfaitement rationnelle, mais que bien sûr il ne faut surtout pas nommer
  • les terroristes ne sont pas dans notre société "par hasard", ils sont le fruit d'une politique d'immigration délibérément mise en place depuis plus de 40 ans, et toujours voulue et assumée par Macron lui même

4ème mensonge: « quand on exerce des responsabilités on rend des comptes ». Sauf notre petit Jupiter évidemment qui est au dessus de tout ça ...

Bref, cette séquence illustre à merveille le mensonge permanent de nos représentants, dont Macron n'est qu'un médiocre successeur

Posté par dissidence à 10:24 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

14 octobre 2017

Antiphobisme: 1ères brèches ...

... ouvertes par un journaliste (*) qui plus est !

Extraits:

« Il y a une  stratégie sur laquelle il faut ouvrir les yeux, le mot islamophobie a été inventée par ces organisations justement pour gènérer la confusion entre la critique de l'islam et le racisme qui s'appliquerait à des des gens de confession musulmane et il faut savoir dire stop à cette complaisance »

C'est très exactement ce que nous martelons ci depuis la création de blog. Mais alors, pourquoi s'en prendre à l'instrumentalisation d'une phobie et pas autres autre ? Qui de « l'homophobie », de la « xénophobie », tout aussi criminalisées par les gouvernements de droite comme de gauche qui se sont suivis depuis 40 ans, et tout aussi instrumentalisées par des associations communautaristes, financées par ces mêmes gouvernements !? Quid d'une autre phobie, mère de toutes les autres puisque son interdiction intouchable les a justifiées: l'antisémitisme, inventé lui aussi et instrumentalisé lui aussi pour qu'on ne parle pas de certaine Communauté très organisée ?

Alors s'il faut faire le ménage dans ce délire parfaitement stalinien qui n'a que trop duré, il faut évidemment abroger toutes les lois mémorielles, toutes les lois antiracistes, à commencer par celle qui en constitue la matrice et qui date de ... 1881 !


(*) Jean Sébastien Ferjou. Voir sa bio ici.

Posté par dissidence à 20:23 - France - Commentaires [0]
Tags : , , ,

13 octobre 2017

Après vos comptes bancaires, vos biens immobiliers ?

Vers un droit de préemption généralisé de l’Etat sur les propriétés privées ?

Image associéeUne note de France Stratégie avance de nouvelles propositions pour aider les Etats de la zone euro trop endettés en cas de nouveau choc.

L’idée est détonante. Pour ne pas dire provocatrice. Mercredi 11 octobre, France Stratégie, l’organe de réflexion rattaché à Matignon, a publié une note dont certaines propositions, au cœur du débat sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), en étonneront quelques-uns du côté de Bercy.
Intitulée « Comment assurer la résorption des dettes publiques en zone euro ? », elle évoque plusieurs pistes, que ses auteurs définissent volontiers comme polémiques. « Certains iront jusqu’à les qualifier de dangereuses », écrivent-ils. En particulier, celle-ci : « Permettre à un Etat excessivement endetté de décréter qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels. » Et ce, à hauteur d’une fraction limitée de leur valeur.

(…) Pour prouver à ses créanciers que sa dette est soutenable, l’Etat concerné pourrait, dès lors, devenir copropriétaire d’une partie des terrains résidentiels. En échange, les propriétaires privés lui verseraient l’équivalent d’une rente annuelle. S’ils ne veulent pas la payer, l’Etat récupérerait la somme due lors de la vente ou de la transmission du bien. L’équivalent, en somme, d’un nouvel impôt sur le capital immobilier résidentiel ou d’une hausse des droits de transmission.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/11/pour-reduire-la-dette-publique-taxer-le-capital-immobilier_5199180_3234.html
Addendum:

Edouard Philippe va annoncer vendredi une reprise en main de France Stratégie, l'organisme de réflexion économique dépendant de Matignon, après un rapport aux propositions jugées "farfelues", notamment un nouvel impôt immobilier, a-t-on appris jeudi de source proche du Premier ministre.

La décision fait suite à la publication d'un rapport mercredi aux pistes volontairement "radicales" pour résorber les dettes publiques en Europe, aux propositions visiblement très éloignées de l'esprit de l'exécutif Macron-Philippe.

Anciennement dirigé par l'économiste Jean Pisani-Ferry, inspirateur du programme d'Emmanuel Macron et responsable du plan d'investissement du gouvernement, France Stratégie a, pour commissaire général depuis janvier 2017, l'ex-conseiller social de François Hollande à l'Elysée, Michel Yahiel.

Les idées du rapport, jugées irréalistes

"France Stratégie a pris l'habitude de publier des idées irréalistes, sans aucune impulsion politique", a déploré auprès de l'AFP un proche du Premier ministre Edouard Philippe.

"Nous allons annoncer vendredi qu'ils sont mis à la disposition du Délégué à la Transformation Publique, pour travailler sur nos réformes plutôt que sur des idées farfelues", a poursuivi cette source.

Dans son rapport publié mercredi, France Stratégie proposait notamment une solidarité financière accrue des Etats de la zone euro, un rachat de la dette publique des Etats par la BCE, ainsi qu'un impôt exceptionnel sur le capital immobilier.

Selon cette proposition de nouvel impôt, l'Etat pourrait décréter "qu'il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur d'une fraction fixée de leur valeur".

Il deviendrait ainsi "créditeur d'une somme annuelle, correspondant à une part de la fraction de la rente immobilière associée à la copossession du terrain".

La taxe sur les propriétaires, autre polémique

Cette proposition intervient alors que l'exécutif a déjà décidé de recentrer l'impôt sur la fortune sur les seuls actifs immobiliers.

France Stratégie avait déjà fait polémique peu avant le départ de M. Pisani-Ferry en proposant une taxe sur les propriétaires, assise sur un "loyer fictif", en échange d'une suppression de la taxe foncière.

Le gouvernement Cazeneuve et le candidat Emmanuel Macron avaient dû s'employer pour dire qu'il n'était pas prévu d'appliquer la proposition.


 

ND: c'est celâââ oui ... les lecteurs de ce blog se souviennent d'une autre proposition déja décriée à son époque, celle d'un think tank du PS, Terra Nova, qui proposait ni plus ni moins qu'un remplacement du corps électoral traditionnel de ce parti par les immigrés, quitte à les faire venir en masse. On sait maintenant quelle a été dans les faits la traduction de cette proposition, qualifiée en son temps de farfelue. Sans d'ailleurs que celà ne profite en quoi que ce soit au PS du reste ...

Posté par dissidence à 00:14 - France - Commentaires [0]
Tags :

12 octobre 2017

Bulletin de Radio Courtoisie

Résultat de recherche d'images pour "radio courtoisie"Le CSA est il un organe de contrôle de la propagande immigrationniste ?

Le 5 octobre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a publié une série de décisions. Au moins deux d’entre elles amènent à questionner la véritable mission du CSA.

La chaîne Mayotte Première a été épinglée par le CSA pour un reportage diffusé en décembre 2016

Ce reportage visait « les comités de décasage ». Il s’agit d’actions de délogement menées par des Mahorais contre des clandestins comoriens, accusés de délinquance et d’invasion.

Le CSA a qualifié ce sujet de « controversé » et son traitement aurait été trop peu équilibré. Or, selon le cahier des charges du groupe France Télévisions, qui est imposé par le CSA, une expression pluraliste des points de vue est nécessaire.

Par ailleurs, la chaîne CNews a été rappelée à l’ordre, car l’éditorialiste Ivan Rioufol avait affirmé, je cite, que « 28 % des musulmans français se réclamaient, au bout du compte, de l’Etat islamique »

Ivan Rioufol s’était alors appuyé sur une enquête menée par l’Ifop pour l’Institut Montaigne. Celle ci qualifiait pudiquement d’« autoritaires » ce groupe de musulmans, qui estiment que la charia passe avant les lois de la République.

Cette interprétation par le polémiste, au lendemain de l’attentat sur les Champs Elysées, a été regrettée par le CSA car contraire à « l’obligation de promotion des valeurs d’intégration et de solidarité ».

Le CSA accomplit il pleinement sa mission de garantir l’exercice de la liberté de communication audiovisuelle ?

On peut se demander si cette liberté fonctionne dans les deux sens. Nous attendons les décisions du CSA regrettant l’absence de pluralité d’opinions lors de reportages favorables à l’immigration clandestine ou minimisant l’islam « autoritaire » en France.

Chers lecteurs, lorsque vous assistez à de tels reportages, n’hésitez pas à les signaler au CSA. Vous pouvez le faire en ligne sur le site de l’institution.

Les candidats à la présidence des « Républicains » seront connus aujourd’hui

L’élection du nouveau président des Républicains aura lieu en décembre, et les candidats ont jusqu’à ce soir 20 h pour transmettre à l’autorité compétente 13 signatures de parlementaires et 2 347 parrainages d’adhérents, issus d’au moins quinze départements différents.

Si Laurent Wauquiez a déjà rassemblé les éléments nécessaires, plusieurs noms pourraient venir s’ajouter à la liste

Florence Portelli, maire de Taverny se dit confiante. Daniel Fasquelle, trésorier du parti, cherche encore des parrainages d’adhérents. Julien Aubert est encore en dessous de la barre des 2 000 adhérents et cherche deux parlementaires. Maël de Calan est également mobilisé, tandis que Laurence Sailliet a abandonné. La période ne semble pas propice à une forte mobilisation, et la différence de stature entre les candidats est importante.

Ce qui est en jeu dans cette campagne interne, c’est surtout le positionnement vis à vis du gouvernement

Maël de Calan, proche d’Alain Juppé, affichait sa proximité idéologique avec le Premier ministre, même si c’est finalement la candidate macroniste qui a triomphé dans sa circonscription.

Cette élection a lieu sur fond d’exclusion des personnalités de LR parties rejoindre le président Macron

Sébastien Lecornu ne souhaite pas adhérer à En marche, contrairement à Bruno Le Maire, et entend utiliser tous les moyens juridiques pour contester son exclusion. Quant à Gérald Darmanin, il souhaite être entendu par une commission, selon une procédure contradictoire. Le Premier ministre semble lui indifférent à la question, et déplore l’évolution prétendument droitière de l’UMP puis de LR. Reste à savoir ce que le futur dirigeant du parti choisira comme ligne de reconstruction.

Substitution de population : davantage de naissances en Seine Saint Denis qu’à Paris

L’Insee a publié en août dernier ses statistiques sur les naissances en France par département pour l’année 2016. Ces chiffres montrent que le nombre de naissances en Seine Saint Denis est supérieur d’un millier à celui constaté à Paris intra muros, soit environ 29 000 naissances contre environ 28 000.

C’est surprenant, car avec 2,2 millions d’habitants, Paris compte 600 000 habitants de plus que la Seine Saint Denis ?

Cela révèle tout simplement un taux de natalité sensiblement plus élevé dans le « 93 » : 18 pour mille contre 13 pour mille à Paris, soit presque moitié plus. Sur Atlantico, le géographe Laurent Chalard explique ce phénomène par la croissance démographique en Seine Saint Denis et le fait, je cite que : « Les nouveaux arrivants sont issus de l’immigration internationale, ce qui a un impact (…) sur la fécondité ».

En clair, les immigrés extra européens font davantage d’enfants que les bobos parisiens ?

Le taux de fécondité était en 2015 de 1,54 enfant par femme à Paris intra muros alors qu’il était de 2,46 enfants par femme en Seine Saint Denis. C’est presque un enfant de plus ! Selon Laurent Chalard, ce différentiel s’explique par « la surreprésentation des familles d’immigrés extra européens, en particulier originaires des pays les plus féconds de la planète (dont d’Afrique subsaharienne) ». A quoi il faut ajouter le fait que la ville de Paris accueille une population étudiante importante, qui a encore peu d’enfants, mais est trop chère pour les familles des classes moyennes.

Localement, le phénomène de « grand remplacement » est donc incontestable

Je cite à nouveau Laurent Chalard : « Au fur et à-mesure du temps la population [de la Seine Saint Denis] est, de plus en plus composée uniquement d’immigrés extra européens et de leurs descendants ». Fin de citation. Il estime enfin que les autorités ne s’adaptent pas à ce « grand remplacement » et aux difficultés qu’il suscite, comme l’émergence de tensions entre communautés ethniques.

Brèves françaises

Une manifestation aura lieu dimanche pour la liberté de se faire vacciner ou non

L’association « Ensemble pour une libre vaccination » (EPLV) appelle à une nouvelle manifestation nationale, ce dimanche 15 octobre. Cette dernière fera suite à celle tenue le 9 septembre devant le ministère de la Santé et qui avait réuni environ 2 000 personnes.

L’association, en la personne de sa porte parole Sophie Guillot, entend éveiller les consciences françaises face au projet de loi porté par Mme Buzyn : le ministre de la Santé veut étendre l’obligation vaccinale à pas moins de 11 vaccins.

Rappelons que la polémique intervient dans un contexte où les suspicions de collusion entre les autorités sanitaires et de nombreux laboratoires pharmaceutiques vont bon train, notamment depuis la dernière crise sanitaire de la grippe H1N1.

Sens commun reconnu comme association à Sciences Po

Sens commun, mouvement politique associé aux Républicains et issu de La Manif pour tous, vient d’obtenir une reconnaissance en tant qu’association étudiante à Sciences Po. Lors de l’annonce de candidature, plusieurs organisations d’extrême gauche avaient vivement contesté à Sens commun le droit de se constituer en association. Heureusement, ce sont les suffrages étudiants qui sont les seuls maîtres, et ils ont permis à Sens commun de triompher de ses détracteurs. Ce mouvement pourra ainsi travailler à l’union des droites avec Les Républicains et le Front National, également représentés à Sciences Po.

Brèves internationales

Des origines nordiques pour les premiers Grecs de Grèce

Les Mycéniens sont la première civilisation grecque identifiée en Grèce. Cette civilisation est apparue vers 1650 avant notre ère et a disparu quelque 500 ans plus tard. Elle est souvent symbolisée par le masque dit d’Agamemnon, découvert par Heinrich Schliemann.

La revue Nature a publié en août une étude sur l’ADN d’anciens Mycéniens, comparés à des Minoens. Premier constat : dans l’ensemble, ces deux peuples étaient génétiquement assez proches et descendaient pour l’essentiel des populations néolothiques d’Anatolie et de la mer Egée. Deuxième constat : les Mycéniens se distinguent par une origine boréenne, certes, minoritaire : 4 à 16 % de l’ADN des Mycéniens analysés révèlent une empreinte indo européenne, issue d’Europe du Nord Est voire de la steppe sibérienne. Une noble ascendance qui aurait subi une certaine dilution, mais que l’on retrouve encore dans l’ADN des Grecs d’aujourd’hui.

Cette découverte donne du crédit à la thèse selon laquelle les Grecs étaient implantés en mer Baltique avant de s’installer en Méditerranée, où ils auraient fui la péjoration climatique survenue aux alentours du XVIe siècle avant Jésus Christ. Une thèse qui est notamment celle de Renzo Di Felice, auteur de Homère dans la Baltique.

Wolfgang Schäuble met en garde contre les risques de crise financière

Partisan reconnu de la rigueur budgétaire, l’ancien ministre des Finances allemand part prendre la présidence du Bundestag.

Il a livré, dans les pages de notre confrère du Financial Times, une ultime mise en garde face à « l’accumulation de quantités toujours croissantes de liquidités et la croissance des dettes publiques et privées ». Ces liquidités ont pu alimenter une bulle des actifs financiers et non financiers, qui pourrait bien exploser un jour.

Les libéraux du FDP, annoncés pour prendre sa suite, ne devraient pas infléchir outre mesure la ligne Schäuble. Ce dernier, quant à lui, continuera de peser de tout son poids à la tête du pouvoir législatif fédéral allemand.

Législatives en Autriche : les conservateurs font la course en tête

Des élections législatives anticipées ont lieu ce dimanche en Autriche. La grande coalition entre conservateurs et sociaux démocrates est en bout de course. Le chancelier social démocrate Christian Kern porte le passif de sa mandature, qui a été marquée par l’invasion migratoire de 2015. Son parti est en outre embourbé dans une sombre tentative de déstabilisation du candidat des conservateurs, Sebastien Kurz. A 31 ans, celui ci est actuellement ministre des Affaires étrangères de la coalition. Mais, à la manière d’un Macron, il a réussi à passer pour une sorte d’opposant hors système. Depuis qu’il est devenu candidat, en mai dernier, son parti conservateur devance assez largement le parti populiste dans les sondages, avec quelques 33 % des intentions de vote. Le FPÖ de Heinz Christian Strache devrait néanmoins accrocher la 2e place, avec plus de 25 % des intentions de vote. Mais il ne devance que de peu les sociaux démocrates. Le bulletin de lundi vous donnera le résultat des courses.

La phrase du jour est d’Eric Woerth

« Il y a de la brutalité dans la façon dont Macron exerce le pouvoir ».

C’est ce qu’a déclaré hier, face à Jean Jacques Bourdin, le président de la commission des Finances de l’Assemblée. Sans être en désaccord avec certaines réformes, notamment sur le travail, il reproche au président de manquer d’humanité dans sa pratique du pouvoir. Une opposition sur la forme et non pas sur le fond donc.

Le chiffre du jour : 209 000

C’est le nombre, d’après la police, des fonctionnaires ayant battu les pavés hexagonaux, ce mardi. Pour la première fois, depuis 10 ans, l’ensemble des forces syndicales de la fonction publique étaient tombées d’accord pour appeler à la grève les quelque 5,4 millions d’agents que compte les trois fonctions publiques. 4 % des fonctionnaires auraient donc manifesté, soit une mobilisation relativement modeste.

Au menu du jour, la lutte pour le maintien des 120 000 postes que le gouvernement annonce vouloir supprimer en cinq ans, contre le rétablissement du jour de carence, contre la hausse de CSG et le gel du point d’indice. Mais le gouvernement n’a pas annoncé d’inflexion dans son programme.

La bonne nouvelle du jour est archéologique

En 1880, un tombeau, datant du Xe siècle, avait été découvert à Birka, en Suède. Il surplombe le cimetière et comporte de nombreux attributs guerriers. Le squelette qui y reposait avait des caractéristiques féminines. Mais les spécialistes avaient refusé de croire que ce puissant chef de guerre viking put être une femme.

C’était sans compter sur la recherche ADN. Celle ci a confirmé qu’il s’agissait bien d’une femme, âgée d’une trentaine années ! Bien qu’évoquées dans des archives médiévales, c’est la première tombe de femme guerrière de haut rang découverte. L’équipement militaire conséquent et les pièces de jeux de hasard enterrés avec elle permettent de suggérer qu’elle fut portée en haute estime par ses contemporains.

Posté par dissidence à 07:56 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

09 octobre 2017

FranceIntox et les "migrants"


Ces "migrants"
1) sont tous des hommes, jeunes (en pleine santé)
2) issus de pays qui ne sont ni en guerre, ni en zones de conflit
3) se disent mineurs mais ne le sont manifestement pas "Mohamed (sic) dit avoir 15 ans (re sic), et comme de bien entendu n'avoir aucun papier d'identité" !
Et pourtant les services sociaux les accueille, les nourrit, les forme et les habille, tout ça avec notre pognon. Au mépris de la loi, de la définition même du statut de "réfugiés", et avec la complicité des médias qui cherchent à nous apitoyer sur leur sort.

Posté par dissidence à 17:02 - France - Commentaires [2]
Tags : , ,