DISSIBLOG

"Un peuple qui élit des renégats, des corrompus, des voleurs des menteurs et des traîtres, n'est pas victime. Il est complice"

Georges Orwell (in 1984)

Posté par dissidence à 09:21 - Commentaires [0]

INFORMATION ∇

RADIOTELEVISION
Cliquez sur la date correspondant au bulletin du jourLes JT de TV LIBERTE

 ∇ La suite du blog ∇

Posté par dissidence à 09:20 - France - Commentaires [5]
Tags :

27 février 2017

De la LCR au FN: l'étonnant parcours de Laurent Bras

On a connu Bruce Toussaint plus antifasciste. Mais les rapports de forces politiques étant en train de changer, l’ex-animateur de Canal+ et d’Europe 1 passé sur France 5 en est presque devenu journaliste. Dans son émission C Polémique du 26 février 2017, il invite un militant du Front national, chose rare en télévision. On a plutôt l’habitude de plateaux TV truffés de « spécialistes » de l’extrême droite et autres experts en « fascisme », qui délivrent toujours la même leçon sous une avalanche de points Godwin. Pour une fois le service public a presque été à la hauteur:

On ne dira jamais assez comment la parodie du deuxième tour de la présidentielle de 2002 (le tous contre Lepen déjà ...) avait été le déclencheur de la prise de conscience de la confiscation de la démocratie par les "élites". Et donc de l'ancrage du vote FN chez ceux qui étaient déjà les "sans dents"...

Posté par dissidence à 20:49 - France - Commentaires [0]
Tags :

Appel au meurtre sur une chaine de "sévice" public

L'appel à la hhhhaine est passible de la Gayssotine. L'appel au meurtre avec vos impots, non ...

Posté par dissidence à 17:16 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Manifs anti Lepen: un policier témoigne

27/02/2017 – 08H05 Nantes (Breizh-info.com) – Breizh-info a longuement évoqué les violences qui se sont déroulées durant la manifestation « contre le Front national » samedi 25 février. Des violences qui se sont poursuivies le dimanche 26 février aux alentours du Zénith où Marine Le Pen tenait un meeting. Un car de supporteurs du Front national a en effet été attaqué, des incendies volontaires ont été allumés sur la route…

Beaucoup de témoins, de commerçants, de citoyens ayant vu les images se sont interrogés : pourquoi n’y a t-il pas eu d’interpellations massives ? Pourquoi la police a-t-elle semblé, comme à l’accoutumée lors des manifestations à Nantes et à Rennes notamment, aussi passive, se contentant uniquement de lancer du gaz lacrymogène ?

« Rien n’est fait pour les empêcher de nuire »

La réponse, c’est un policier présent sur les lieux, samedi et dimanche (et en service) qui nous l’apporte. Ce dernier nous confie que c’est sans doute la dernière fois qu’il témoigne sous anonymat, « pour protéger ma famille et mon emploi mais il va bientôt être temps que mes collègues et moi nous réveillions un peu ».

Ce dernier veut faire bref : « Il n y a pas grand chose à dire. J’ai honte de ma hiérarchie. Honte de ce gouvernement, honte de la Préfecture et de toutes ces personnes planquées derrière des bureaux et leur idéologie malsaine ».

La raison de cette honte ? « Cela fait des mois, des années, que les mêmes manifestations se déroulent à Nantes. Les noyaux durs des zadistes sont identifiés nominativement. Les noyaux durs des groupes d’extrême gauche sont identifiés. Les cités, il est vrai, sont tellement nombreuses, que le noyau dur l’est un peu moins . Mais le fait est que rien n’est fait, en plein état d’urgence, pour les empêcher de nuire.

On pourrait faire des arrestations préventives si la justice le permettait, profitant des nouveaux pouvoirs légaux apportés par l’état d’urgence. On pourrait aussi, pour la plupart des manifestations qui ne sont pas déclarées, arrêter tout le monde dès le début, placer en garde à vue toute la troupe, et faire en sorte que les personnes armées, ou les meneurs, écopent de peines de prison ferme. La loi le prévoit. Il suffit de l’appliquer ».

Le policier tient aussi à relativiser par rapport au potentiel violent des individus constituant le noyau d’ultra-gauche qui se reconstitue lors de chaque manifestation : « Il ne faut pas que les gens se fient aux images : derrière les uniformes noirs et les masques à gaz, il y a parfois des gamins, très jeunes. Des gamins qui, si ça se trouve, baissent la tête au quotidien quand ils vous croisent. Ils profitent de l’effet de groupe, de leur panoplie. Mais à la moindre charge de police, ils détalent. Vaillants, mais pas trop . Les champions d’arts martiaux, les anciens légionnaires, les tireurs sportifs ne sont pas légions au sein de cette mouvance. Là encore, le mythe du Black Bloc n’a été fabriqué que pour faire peur aux gens et faire accepter l’inaction des pouvoirs publics ».

« Aux États-Unis, la police tirerait sur les manifestants violents »

Des propos tenus à chaud, qui traduisent l’état d’exaspération de ceux qui sont confrontés en permanence aux agressions de toutes sortes et qui ont le sentiment de ne pas être soutenus par l’État. L’homme enfonce le clou en évoquant les consignes qui auraient été données, comme à chaque fois, de ne pas procéder à des interpellations massives durant la manifestation :

« Le gaz lacrymogène, c’est uniquement pour disperser. Et en plus, c’est tout le monde qui le prend, y compris les manifestants pacifiques ou les badauds. Cela donne l’impression qu’on est efficace, mais ça ne sert pas à grand chose si ce n’est à énerver tout le monde.

Pourtant, nous sommes parfaitement formés pour les techniques d’encadrement et d’arrestations massives. Sur la manifestation de samedi, le cortège était divisé en deux. Il suffit à un moment donné de le couper, d’entourer les 300 fauteurs de trouble. Et d’arrêter massivement. Nous aurions trouvé des armes, et tous les leaders qui s’étaient réunis dès le vendredi soir sur Nantes d’ailleurs.

On va nous rétorquer la crainte des dérapages et des violences policières. Mais à partir du moment où vous êtes avec une arme, cagoulé, dans un cortège bien spécifique, c’est que vous cherchez quelque chose non ? En France, on s’offusque de quelques arrestations musclées en marge d’une manifestation violente. Aux États-Unis, ce genre d’incident serait tout simplement impensable à répétition, car la police tirerait sur les manifestants violents, et ça ne choquerait personne. C’est une démocratie pourtant non ? C’est pas la Corée du Nord ! ».

Pour conclure, ce dernier justifie ses propos : « Vous croyez que ce que je dis est irréaliste ? Mais demandez vous donc pourquoi les supporteurs sont canalisés dans toutes les villes de France durant l’Euro, alors qu’il y en a des très violents qui sont pour le coup plus coriaces que l’ultra gauche. Le laisser faire des manifestations d’ultra-gauche, c’est la même chose que lorsqu’on vous apprend que mes collègues ne vont plus dans certains quartiers perdus. C’est politique. C’est de la frousse. C’est du renoncement. C’est de la lâcheté. Et cette responsabilité, c’est ma hiérarchie, ce sont les gouvernements successifs, et donc l’État, qui la portent ». Sans commentaire.

Posté par dissidence à 16:18 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Guerre civile ou coup d'état ?

Le climat de quasi guerre civile dans lequel se déroule la non campagne présidentielle en cours appelle une observation iconoclaste: et s'il s'agissait ni plus ni moins que d'une tentative de coup d'état ?
Retour sur la chronologie de cette prise de pouvoir


phase préparatoire (grosso modo ces 40 dernières années):
1.    instauration d'un délit opinion via les lois dites antiracistes: interdiction en fait de critiquer les communautés suivantes, et elles seules: juive, LGBT, musulmane, et immigrée (re-baptisée migrante)
2.    dans le même temps infiltration soigneuse des lieux de pouvoir et de contre pouvoir par la gauche extrême trotskiste: justice, éducation, et surtout médias
phase préliminaire:
3.    préférence étrangères systématique, avec mise en application du remplacement de population chère à Terra Nova (boîte à pensée du PS): les immigrés à la place des ouvriers de souche, supposés devenir LA clientèle électorale de la gauche de subversion. Remplacement qui aboutit à un islamogauchisme de fait, les "subversifs" de l'intérieur faisant alliance avec ceux de l'extérieur pour éliminer la "haine", comprendre ceux qui pensent mal
4.    utilisation de la menace terroriste importée à dessein  pour mettre en place un état d'urgence devenu permanent, état d'urgence qui n'étant manifestement pas respecté pourrait bien avoir pour but de réduire encore un peu plus les libertés fondamentales dans ce pays
phase active
5.    instrumentalisation de la justice et des médias pour discréditer les candidats d'opposition: affaires Fillon et Le pen en cours, sorties "opportunément" à 2 mois d'un scrutin déterminant alors que les faits sont connus depuis longtemps et auraient du être instruits en leur temps
6.    laisser faire, pour ne pas dire plus, les milices gauchistes perturber, voire empêcher les candidats d'opposition de faire campagne, y compris pas la violence pure et dure, et ce en plein état d'urgence
La prochaine étape c'est quoi ?
7.    Au minimum perturber par les moyens décris ci-dessus la campagne électorale pour rendre inaudible la parole de certains candidats
8.    au pire effectivement si nous ni prenons pas garde la guerre civile, provoquée, fomentée et entretenue par ceux qui sont encore en charge du pays pour quelques semaines. Avec à la clef l'annulation du processus démocratique, hypothèse dont se sont fait l'écho avec gourmandise à peine dissimulée certains médias "amis"


 Manifestations "anti Lepen" à Nantes:                                                        Avec cet avertissement limpide:

 

 

Posté par dissidence à 14:48 - France - Commentaires [0]
Tags : , ,

26 février 2017

Rions un peu avec "J'abdique 1er"

Nul au point de ne même pas être en situation de se représenter (une première dans la cinquième république) Normal 1er prétend faire la morale au président fraîchement élu de la première puissance mondiale !

 258 morts, plus de 800 blessés, effectivement le bilan du désarmement est flatteur ...

Posté par dissidence à 20:17 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Pour l'Unicef, réfugiés "syriens" = réfugiés de la seconde guerre !

Bref objectif, continuer à faire shougner dans les chaumières ... Au fait on nous dit que le conflit "syrien" est en passe d'être réglé, les réfugiés "syriens" vont pouvoir rentrer chez eux alors ? Et c'est là qu'on va nous expliquer que l'immigration actuelle est tout sauf syrienne. Mais ça on s'en doutait un peu ...

Posté par dissidence à 20:08 - France - Commentaires [0]
Tags : , ,

Flamby, reviens !

C'est la dernière bouée de secours des bobos ... Faut il qu'ils soient dans une profonde déprime.


 

Résultat de recherche d'images pour "flamby"Pour Christine Angot, François Hollande est le seul candidat possible à la présidentielle Dans une lettre ouverte parue ce dimanche dans le JDD, l'auteur d'Un Amour impossible juge que l'actuel président de la République est le seul à même de faire face à la menace islamiste et de contrer la montée de l'extrême droite. [...]

L'artiste n'est pas la première à prendre publiquement la défense de François Hollande.En novembre dernier, une tribune signée d'une soixantaine de personnalités (Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Benjamin Biolay...) dénonçait le «Hollande-Bashing» et appelait les Français à se mobiliser autour de leur président.

Posté par dissidence à 12:09 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

25 février 2017

Droite de trahison !

Pour Christian Estrosi, tout sauf Marine Le Pen

Même Hamon ou Mélenchon :

 

Posté par dissidence à 18:51 - France - Commentaires [0]
Tags : ,