DISSIBLOG

20 mai 2019

Justice républicaine franc mac (à vomir ...)

Il est blanc probablement hétérosexuel non genré et facteur hautement aggravant antisémite déclaré:

-> 1 an 1/2 de taule FERME

Il est rapeur black issu de la diversité et menace de pendre les blancs (dans un clip le mettant en scène enfonçant un revolver dans la bouche d'un homme blanc, lui tirant dessus ou lui écrasant la tête sur un trottoir ! :

-> simple d'amende de 5000 € AVEC SURSIS.

Du coup il récidive dans un clip ultraviolent sans ambiguité aucune

Je baise la France, baise la France
Jusqu’à l’agonie
Je brûle la France, j’ai brûlait la F-

Bite dans sa bouche
Jouis comme un porc
Liquide visqueux, mâche ça comme Malabar

Cet hexagone, j’l’encule sa grand-mère
[...]

A la fin du clip il étrangle une femme blanche (qui représente la France ? ) et la laisse pour morte. pic.twitter.com/icrLkOSSGI

 

 

Posté par dissidence à 09:50 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

17 mai 2019

Hommage à un Dissident !

La réponse de l'interessé face au  grand inquisiteur

Posté par dissidence à 18:32 - France - Commentaires [0]
Tags :

Quand le "système" accrédite le "complotisme"

L'auteur de ces propos ô combien prémonitoire  est un dangereux complotiste: il  soutient que la Réserve fédérale a été créée en 1910 sur Jekyll Island dans un club très privé de milliardaires. En outre, il affirme que la Réserve  est l'instrument suprême de l'usure en générant taxes et impôts injustes, encourageant la guerre et déstabilisant l'économie. Surtout  il estime que chaque banque privée d'une certaine importance devrait pouvoir émettre des billets de banque couverts à 100 % par du métal or ou argent. Un médisant ... qui pourrait bien avoir raison sur tout !

Posté par dissidence à 18:21 - International - Commentaires [1]
Tags : ,

Il a osé !!!

Pour rafraichir la mémoire de ce cuistre:

Posté par dissidence à 16:26 - France - Commentaires [1]
Tags :

Européennes: RN vire en tête

SONDAGE - Avec 36 % d’opinions favorables, le parti de Marine Le Pen atteint un niveau de popularité inédit.


 

C’est un signe que l’on n’espérait plus au Rassemblement national. En annonçant son soutien surprise à la liste conduite par Jordan Bardella, le jeune élu régional de La France insoumise Andréa Kotarac a apporté davantage qu’une respiration à Marine Le Pen. Il a conforté sa grille de lecture, inchangée depuis près de dix ans: le RN n’est pas plus de droite que de gauche. Et compterait davantage de réserve de voix chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon que chez ceux de François Fillon au premier tour de la présidentielle.

Sans tout à fait confirmer cette analyse, l’étude réalisée en exclusivité pour Franceinfo et Le Figaro par Odoxa Dentsu Consulting révèle un succès inédit du Rassemblement national chez les sympathisants de La France insoumise: 58 % d’entre eux pensent désormais que le parti de Marine Le Pen doit être considéré comme les autres. Soit trois fois plus qu’il y a quatre ans, au lendemain des élections régionales de 2015. Si seuls 5 % des électeurs du Parti de gauche assuraient avoir «une bonne opinion du RN» il y a quatre ans, près de deux Insoumis sur cinq (36 %) partagent ce sentiment.

Des chiffres démontrant que les multiples mains tendues de Marine Le Pen - notamment entre les deux tours de la présidentielle - n’ont pas laissé indifférente la gauche radicale.

Plus largement, le parti nationaliste atteint un niveau de popularité inédit avec 36 % d’opinions positives (contre 12 % en 2011), selon la même étude Odoxa, réalisée les 15 et 16 mai. Un seuil jamais atteint ces dix dernières années, résultant d’une progression du parti lepéniste tant chez l’électorat féminin (36 %) que chez les seniors (27 %). Pour comparaison, le parti LREM bénéficiait de 37 % d’opinions positives selon un précédent sondage Odoxa de mars dernier.

Oui mais ...

Malgré une intense entreprise de «dédiabolisation» menée ces dernières années, 60 % des Français interrogés perçoivent toujours la formation lepéniste comme «ayant des idées racistes». 58 % d’entre eux continuent de le juger «dangereux pour notre économie». Une perception que la chef du Rassemblement national aura tenté de compenser durant cette campagne européenne, en mettant en scène ses alliances avec différents partis en Europe. Une stratégie modérément efficace. 45 % des Français assurent ne pas connaître le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini. 41 % en ont une mauvaise opinion.

Posté par dissidence à 11:27 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

16 mai 2019

Et maintenant la diabolisation "gestuelle"

C'est la photo qui fait scandale, reprise en boucle par tous les médias de la macronie:

Photo de Marine Le Pen avec des suprémacistes blancs en Estonie : «Elle ne pouvait pas ne pas savoir»

Et bien sûr la présidente du RN "sommée" de s'expliquer sur la signification de son geste "suprémaciste blanc" (sic)  qu'elle ne pouvait ignorer !. Mais alors que dire de celui là, fait des deux mains qui plus est ? Et pourquoi ne pose-t-on aucune  question à son auteur ?

Et que dire de ses fréquentations douteuses, arborant ostensiblement les cornes du diables, emblème des courants sataniques ?

Résultat de recherche d'images pour "macron ephebes"

Posté par dissidence à 13:46 - France - Commentaires [0]
Tags :

Lech Walesa: devenu frappa-dingue ?

L’ancien président de la République polonais et ex-leader du syndicat « Solidarnosc » a récemment accordé plusieurs interviews dans les médias français, notamment à France 3 et au Figaro. Problème :  Walesa a enregistré et publié les vidéos de ces entretiens sur YouTube, sans aucun montage. Le résultat en dit long sur la triste imposture Lech Walesa, entretenue par les médias.

 >> la suite

Posté par dissidence à 10:13 - Europe - Commentaires [0]
Tags : ,

L'image du jour

Trouvé sur le Salon Beige !

Posté par dissidence à 09:31 - France - Commentaires [0]
Tags :

Marlène Schiappa, en mode tronçonneuse tronçonnée

Résultat de recherche d'images pour "tronçonneuse lgbt"La campagne pour les Européennes ronronnait paresseusement. Une élection peu mobilisatrice et pour beaucoup de Français inutile, ce qui fait qu'ils vont s'abstenir. Puis vinrent les sondages qui mirent fin à cette langoureuse torpeur. 

Plusieurs d'entre eux indiquèrent en effet que la liste du Rassemblement national distançait celle de LREM, pourtant si joliement baptisée "Renaissance". La panique s'installa en Macronie, car le président de la République avait fait du résultat de ce scrutin un symbole. 

On envoya quelques béquilles soutenir la chancelante Nathalie Loiseau: Edouard Philippe et quelques ministres de moindre importante. Mais cela ne suffisait pas. On décida de faire appel à la tueuse du clan, Marlène Schiappa, réputée plus féroce que la célèbre Ma Dalton. 

Et la secrétaire d'Etat aux Droits de la Femme mania la tronçonneuse. Es qualité, elle s'adressa aux femmes de France pour les avertir du terrible danger qui les menaçait en cas de victoire de la diabolique blonde.

Marlène Schiappa commença de façon assez convenue dans le registre éprouvé du "eux et nous": "C'est Renaissance ou le Rassemblement national". Cela avait assez bien marché pour le deuxième tour de la présidentielle 2017...

Puis elle sortit l'arme fatale: "Les seules femmes que le Rassemblement national défend, ce sont celles de la famille Le Pen". Un vent d'effroi souffla sur des millions de femmes françaises. Elles se précipitèrent (comme moi) sur Wikipédia pour savoir combien étaient celles à qui le Rassemblement national voulait du bien. 

Puis elle sortit l'arme fatale: "Les seules femmes que le Rassemblement national défend, ce sont celles de la famille Le Pen". Un vent d'effroi souffla sur des millions de femmes françaises. Elles se précipitèrent (comme moi) sur Wikipédia pour savoir combien étaient celles à qui le Rassemblement national voulait du bien. 

Elles en comptèrent six: Marine Le Pen elle-même, ses deux filles Jehanne et Mathilde, ses deux soeurs Marie Caroline et Yann et enfin sa nièce, Marion Maréchal. Les choses furent aussitôt claires. Bien que Marlène Schiappa ne l'ait pas dit - pas encore ? - on comprit dans quel enfer la victoire du Rassemblement national plongerait les femmes de notre pays. 

Le Rassemblement national victorieux allait-il se battre au Parlement européen pour le déremboursement de l'IVG ? Ces députés voteraient-ils des lois liberticides obligeant les femmes à passer tant d'heures dans la cusine et dans la chambre à coucher ? Contraindrait-on les femmes à laver les chaussettes de leurs compagnons et maris ? Ainsi fut dramatisé la campagne aux européennes. Et elle fit une première victime, le ridicule tuant encore: Marlène Schiappa !

source


Et puis les femmes de France préferent peut être ressembler davantage à la pétillante et intelligente Marion qu'à un panzer LBGT ?

Posté par dissidence à 09:25 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Les Etats-Unis menacent les Européens de sanctions s’ils mettent en place une défense autonome

BREIZATAO – ETREBROADEL (15/05/2019) Les USA ont menacé les Européens de sanctions s’ils persistent à vouloir mettre en oeuvre leur autonomie stratégique en matière de défense, notamment de dotation de matériels militaires.

AFP (source)

Les Etats-Unis ont braqué mardi les Européens avec une attaque contre leurs projets de défense et la menace d’une remise en cause de la coopération transatlantique dans un courrier dont l’AFP a obtenu une copie.
Dans cette lettre adressée le 1er mai à la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, deux responsables de la Défense américaine fustigent les critères fixés pour être éligibles aux financements des projets européens, qui excluent les entreprises américaines.
Les règles proposées « ne nuiraient pas seulement aux relations constructives entre l’OTAN et l’UE que nous avons nouées ensemble au cours des dernières années », mais pourraient aussi ramener aux discussions parfois conflictuelles sur la défense européenne « d’il y a 15 ans », y écrivent-ils.
Le courrier est accompagné d’une lettre au ton comminatoire de l’ambassadeur des Etats-Unis à Bruxelles. Gordan Sondland y met en demeure Federica Mogherini de répondre d’ici au 10 juin sous peine de sanctions.
La démarche a été « très mal perçue tant sur le fond que sur la forme » par les Etats membres, ont confié à l’AFP plusieurs de leurs représentants.
Washington dénonce les conditions d’éligibilité aux financements du Fonds européen de défense (FED), doté de 13 milliards d’euros pour la période 2021-2027, car elles vont écarter les firmes américaines.
Pour être éligibles, « les entreprises devront être basées dans l’Union européenne, avoir leurs infrastructures dans l’Union européenne et surtout, les prises de décisions ne pourront pas être contrôlées par une entité installée hors de l’Union européenne », a expliqué un responsable européen sous couvert de l’anonymat.
En clair, la filiale européenne d’un groupe américain, canadien, russe ou chinois ne pourra pas prétendre aux financements du FED. Ces conditions s’appliqueront également aux firmes britanniques une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE.
Les pays de l’UE ont lancé une coopération structurée permanente (CSP) à la fin de 2017 pour développer leur collaboration dans le domaine de la Défense et le FED, approuvé par les Etats et le Parlement en avril, doit permettre de cofinancer des projets industriels sur la période 2021-2027. « Mais rien n’empêche les Etats membres d’acheter américain », rappelle un responsable européen.
Les Etats-Unis cherchent avec leurs menaces à accentuer les divisions entre les Européens sur la manière de parvenir à cette autonomie stratégique, a souligné un diplomate européen.
Un groupe de pays, mené par la France, veut établir des règles strictes qui conduisent à écarter les firmes non européennes. Un autre, conduit par les Pays-Bas et la Suède, est favorable à une approche plus inclusive, faisant valoir que l’Europe ne devrait pas exclure des alliés de longue date comme les Etats-Unis.
« Certains pays de l’Union comme la France et l’Espagne veulent vraiment mettre dix serrures sur cette porte et empêcher tout le monde d’entrer. Chez moi, je n’ai que deux serrures et c’est suffisant pour empêcher les cambrioleurs d’entrer, mais ça m’aide à l’ouvrir facilement et à accueillir les visiteurs », a expliqué le représentant d’un Etat membre favorable à une approche inclusive.

Un aperçu du projet :

Posté par dissidence à 09:03 - International - Commentaires [0]
Tags : ,

15 mai 2019

Une décision de justice qui fera date

Résultat de recherche d'images pour "prison humour"Il avait posté de nombreux messages et images à caractère antisémite sur les réseaux sociaux. Un homme de 59 ans a été condamné, lundi par le tribunal correctionnel de Nantes, à 18 mois de prison ferme pour injures racistes, apologie de crime, et provocation à la haine. Le prévenu, habitant à Teillé (Loire-Atlantique), se connectait à Facebook et auréseau social russe VK pour diffuser ses idées.

Ces messages « d’une violence inédite », selon les propos du procureur relayés dans le journal Ouest-France, comparaient les personnes juives à des rats, ou faisait l’apologie des camps de concentration. Certains d’entre eux visaient notamment une journaliste de Tribune juive. Absent durant l’audience, l’homme (dont la ligne de défense était que son ordinateur a été piraté) devra indemniser sa victime mais aussi la Licra, qui s’était constituée partie civile.


1 an 1/2 de prison ferme pour de simples propos: nul doute que la comparaison avec des décisions de justice sanctionnant des crimes de sang diversitaires à venir et autrement plus graves ne manquera pas d'interpeler

Posté par dissidence à 16:39 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

L'image du jour

On savait que les écolos étaient tout sauf écolos: en voici une nouvelle preuve éclatante. Après avoir "marié" les hommes entre eux et les femmes entre elles, les voici qui promeuvent la souffrance animale

Posté par dissidence à 15:30 - Europe - Commentaires [0]
Tags :

La Marionnette "En Marche"

Emmanuel Macron sur une affiche de campagne pour les européennesBernard Antony dénonce l’entourloupe du président de la république :


Allez Loiseau, courage, plus qu’une dizaine de jours à tenir et la dure épreuve sera finie !

On apprend ce matin que Macron a fait tirer à 60 000 exemplaires pour cette élection « européenne » une affiche avec sa photo. Comme si c’était lui la tête de liste ! Pas question donc de la bobine de Loiseau qui, dit-on, ne cesse pas, comme la Castafiore dans Tintin, de se regarder dans son miroir. Se rengorgeant souvent de dépit courroucé, ne se trouve-t-elle pas aussi belle que Macron ?

Comme tous ceux qui n’ont que le mot de démocratie à la bouche, Macron en piétine allègrement la règle du jeu la plus élémentaire en détournant l’élection en un vote de fait sur sa personne. À grand risque, il est vrai. Car si la liste oiseuse dont il est la véritable tête ne l’emporte pas, comme cela est bien possible, alors ce sera pour lui une claque, un désaveu dont il ne se remettra pas. L’imagine-t-on après pareil échec aller faire le mariole auprès de Trump, de Xi ou de Poutine ?

Le général De Gaulle, lui, avait tiré, par sa démission immédiate, les conséquences de la défaite du oui au référendum de 1968.

Si le 26 mai la liste faussement Loiseau réellement Macron est battue, nul ne comprendrait que Macron ne fasse pas de même, car ce serait de toute façon sa fin.


ND: Autres temps, autres moeurs ! La marionnette jupitérienne restera en place, une coalition "UMPS" ou plutôt LR/EM/PS/EELV continuera de piloter le bateau ivre européiste, et les Soros et autres Attali de l'ombre continueront de tirer les ficelles de la marionnette sus-dite. A moins qu'ils ne jugent opportun d'en changer ...

 

Posté par dissidence à 15:18 - Europe - Commentaires [0]
Tags :

Ces bombes à fragmentation qui nous menacent à court terme

Résultat de recherche d'images pour "apocalypse"Pendant que la bien-pensance libéral-libertaire continue de dérouler tranquillement son catéchisme égalitaro-diversitaire, le monde s'apprête à faire face à quelques menaces de plus en plus précises.

Les deux plus prévisibles:

A part ça tout va bien ...

Posté par dissidence à 15:04 - International - Commentaires [0]
Tags :

Coup de tonnerre à "gauche"

Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes LFI, Andréa Kotarac appelle à voter pour la liste RN de Jordan Bardella :

Posté par dissidence à 13:17 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

Le projet de loi pour la restauration destruction de Notre-Dame adopté par l’Assemblée nationale

The Predator tapis rougeSourcils froncés sur fauteuils rouges. L’heure est à la bataille politique à forte résonance médiatique, ce vendredi 10 mai, à l’Assemblée nationale. Une « question cruciale ! », pour le député UDI d’Ille-et-Vilaine Thierry Benoit, est à l’ordre du jour. Le Breton insiste : exceptionnellement, il est resté à Paris un vendredi après-midi pour participer à la discussion. « On voit fleurir différents projets qui nous inquiètent », grimace non loin le député Les Républicains (LR) des Côtes-d’Armor Marc Le Fur. « C’est vrai qu’on a tous plus ou moins pris peur en voyant ce qui était envisagé », abonde M’jid El Guerrab, du groupe Libertés et territoires.

Mais de quoi les députés s’inquiètent-ils ? Des « mots particulièrement anxiogènes », prononcés par Emmanuel Macron, concernant la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ose Valérie Boyer (LR). Le futur chantier est au cœur des discussions de l’Assemblée nationale, qui a voté dans la nuit le projet de loi « pour la restauration et la conservation de la cathédrale et instituant une souscription nationale à cet effet ».

« Le premier ministre veut une nouvelle flèche adaptée aux enjeux de notre époque. Est-ce que les saints devront être à parité hommes et femmes ? Est-ce qu’il y aura une éolienne dans la flèche ? Est-ce qu’elle devra récolter de l’eau pour faire des petits potagers bio ? », ironise le député LR Pierre-Henri Dumont. « On ne dénature pas, on ne profane pas un lieu de culte ! », renchérit la députée La République en marche (La République en marche, LRM) Agnès Thill, qui a rejoint les députés de droite dans cette bataille.

Les godillots ont pourtant voté le texte: Prédator va pouvoir se jeter sur sa proie et transformer ND en temple maçonique

 

Posté par dissidence à 10:20 - France - Commentaires [0]
Tags : , ,

Le politiquement correct au pouvoir lance un assaut migratoire contre l’école

Résultat de recherche d'images pour "LAVAGE DE CERVEAU"L’école est un enjeu majeur pour les tenants de l’idéologie au pouvoir et du politiquement correct. Elle est comme assaillie par des formes d’éducation aux médias tout azimut et se déclinant en nombre de formes diverses, une « éducation » véhiculant des messages ouvertement idéologiques. En ce domaine, le CLEMI a encore frappé.

À l’évidence, programmer les enfants dès leur plus jeune âge afin qu’ils deviennent de futurs citoyens votant correctement est devenu une priorité. En toile de fond, il y va des « valeurs » du projet européiste et de la lutte contre qui oserait penser autrement. Une lutte idéologique confinant à la propagande qui commence dès l’école donc, et à laquelle l’OJIM a déjà consacré plusieurs analyses.

Des exemples de l’offensive en cours

Parmi d’autres, et auxquels il convient d’ajouter l’action du CLEMI ou « centre pour l’éducation aux médias et à l’information », car penser comme il faut penser cela s’apprend :

Le CLEMI est le porteur de projets des médias officiels dans les établissements scolaires, il est décentralisé et agit dans toutes les académies et a pour fonction de diffuser le politiquement correct par tous les types de médias.

Un regard sur cette carte en forme de progression pédagogique aidera à comprendre la nature de l’offensive : les classes presse.

Parmi ses obsessions, la question des migrations.

Pour le CLEMI : tous migrants !

C’est ainsi que depuis 2018 nombre d’académies proposent aux établissements scolaires de « réserver l’exposition Tous migrants ! », une exposition en général présentée ainsi par les services de l’Éducation Nationale :

« Le CLEMI a fait l’acquisition, d’une nouvelle très belle l’exposition « TOUS MIGRANTS » éditée par l’Association Cartooning for Peace.
Cette exposition itinérante comprend 13 panneaux roll-up de dessins de presse sur le thème de l’exil et de la migration. Elle a aussi donné lieu à l’édition d’un petit ouvrage rédigé par Benjamin STORA. Retrouver le kit pédagogique et le portfolio sur le site de Cartooning for peace.
Nous avons privilégié, cette année le prêt aux établissements UPE2A qui accueillent des élèves et allophones et souvent des jeunes migrants; elle a été officiellement inaugurée le vendredi  16 novembre  2018 au collège Robert Doisneau de Chalon sur Saône avec Cartooning for peace et Ali Jamshidifar dessinateur Iranien. »

Cartooning for peace

L’exposition concerne donc la fameuse éducation aux médias et est achetée par les services de l’État afin d’être exposée dans les établissements scolaires. Achetée à qui ? A cartooning for peace, qui comme son nom l’indique est spécialisé dans le dessin de presse. La présentation de l’association par elle-même est fort intéressante, en particulier le paragraphe « valeurs » où elle affirme vouloir lutter pour la tolérance de toutes les opinions, mais en combattant qui ne défend pas les bonnes opinions, celles du conformisme des médias dominants. Ici comme en nombre de lieux de ce type, il semble que l’on ne saisisse pas la contradiction : affirmer être ouvert à toutes les opinions sauf à celles… que l’on a soi-même définies comme n’étant pas acceptables.

Cartooning for peace indique aussi la chronologie de ses origines. Cela donne ceci, concernant les débuts :

« 1991 – 1992 – Plantu rencontre Yasser Arafat en 1991 et Shimon Pères en 1992 et les fait signer successivement un même dessin. Pour la première fois, les signatures des deux parties sont apposées sur un même document dessiné, un an avant les Accords d’Oslo. La rencontre est filmée et la vidéo reçoit le prix du document rare au Festival du scoop d’Angers. L’agence Reuters définit la rencontre de « Cartoon’s diplomacy ».
2005 – Affaire des caricatures de Mahomet : une partie du monde arabe s’embrase suite à la publication de 12 caricatures de Mahomet réalisées par des dessinateurs danois et publiées dans le Jyllands-Posten. Les émeutes font 50 morts au Pakistan et 11 en Libye.
2006 – Le 16 octobre 2006, Kofi Annan et Plantu organisent au siège des Nations unies à New York le colloque intitulé « Désapprendre l’intolérance ». Douze dessinateurs de presse de renom du monde s’y réunissent pour réfléchir à la responsabilité éditoriale des dessins de presse publiés. La première exposition « Cartooning for Peace » y voit le jour.
La fondation Suisse Cartooning for Peace/Dessins pour la Paix est alors créée à Genève avec Kofi Annan comme Président d’honneur. Deux ans plus tard, en 2008, l’Association française Cartooning for Peace voit le jour à Paris. L’équipe est hébergée dans les locaux du journal Le Monde où travaille Plantu, Président de la Fondation et de l’Association Cartooning for Peace. »

Sur de telles bases, qui en effet doutera de la neutralité politique de cette opération et du traitement objectif par exemple de la question des migrants, de l’islam ou du populisme ? Il faudrait avoir l’esprit mal placé…

On consultera l’exposition ici.

Et le livret pédagogique destiné aux enseignants, la base sur laquelle se fonde le discours tenu aux enfants des écoles et des collèges.

Personne ne sera non plus surpris de voir que Cartooning for peace diffuse sa conception dominante du politiquement correct dans les établissements scolaires avec l’aide de :

  • La France s’engage, dont le projet a été lauréat en 2017. La France s’engage est l’organisme actuellement dirigée par l’ancien président François Hollande et chargé de favoriser une discrimination « positive » non avouée en finançant des projets choisis selon des critères ethniques puisqu’attribués à des populations qui doivent venir des quartiers sensibles. Par exemple, la Fondation a financé le film Divines, dont les producteurs sont directement reliés à la « Meklat connection ».
  • l’Union Européenne
  • l’INJEP, Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire
  • La Fondation de France

L’idéologie au pouvoir a compris qu’elle est menacée. Elle a aussi compris que le terrain de jeu des médias et de l’information est un terrain essentiel, relié à l’école. C’est pourquoi l’heure est à la métapolitique et à la formation des consciences, avec la collaboration d’enseignants qui pourraient ne pas s’en laisser longtemps compter.

@ ODJ

Posté par dissidence à 09:52 - France - Commentaires [0]
Tags : ,

14 mai 2019

L'U€ ou la guerre !

Dans une interview réalisée en 2002 et seulement publiée ce mardi, l'ancien chancelier admet avoir "agi comme un dictateur" pour mettre l'euro en Allemagne à la place de la deutsch mark.

Helmut Kohl est un des pères de l'euro. Il a été chancelier de l'Allemagne de l'Ouest puis de l'Allemagne fédérale de 1982 à 1998. Au cours de ces seize années à la tête de l'Allemagne, en plus d'être un des symboles de la réconciliation franco-allemande, Helmut Kohl a lutté pour imposer l'euro dans son pays. Une interview réalisée en 2002 publiée pour la première fois ce mardi est reprise par le Daily Mail. Et dans celle-ci, l'ancien chancelier fait une révélation de tout premier plan. En effet, il avoue avoir agi "comme un dictateur" pour imposer la monnaie unique dans son pays à la place du deutsch mark.

"Je savais que je ne pourrais jamais gagner un référendum en Allemagne", indique-t-il. "Nous aurions perdu un référendum sur l'introduction de l'euro. C'est tout à fait clair. J'aurais perdu avec 70% d'opposition". L'interview a été menée par Jens Peter Paul, un journaliste allemand en 2002, l'année où le deutsch mark a été remplacé par des billets et pièces en euros.

Dans ce document, Helmut Kohl décrit aussi l'adoption de l'euro comme un emblème de la construction européenne, qui selon lui, a empêché une autre guerre sur le continent. Dès lors, il s'estime satisfait d'être passé outre un vote populaire. 

 

 

Posté par dissidence à 20:56 - Europe - Commentaires [0]
Tags : ,