DISSIBLOG

05 novembre 2012

Quand la démocratie indirecte se retourne contre les peuples

Ils en rêvaient depuis 40 ans, ils l'ont fait et ne s'en cachent même plus: l'internationale cosmopocialiste est en passe de réussir son pari, asseoir définitivement son emprise électorale grâce aux immigrés. Même ce qu'on appelle encore par convenance la droite, confrontée à cette inéluctable réalité est obligée de gauchir son discours pour ne pas braquer ce nouvel électorat: on l'a vu avec l'intermède de la fausse alternance sarkozyste, et on le voit avec ses probables successeurs ! Cette nouvelle donne électorale est rappelée avec gourmandise par nos médias (à 93 % de gauche faut-il le rappeler)

Les envoyés spéciaux d'Europe 1 rappellent qu'en 2008, 70% des immigrés venus d'Amérique latine avaient choisi le candidat démocrate qui, voici quelques jours confiait à un journal de l'Iowa : "si je fais un deuxième mandat, ce sera grâce à […] la communauté qui a la plus forte croissance démographique, la communauté latino".

Et TF1 n'est bien sûr pas en reste:

Pour la première fois dans l'histoire du pays la démographie américaine a changé de visge: les enfants issus des minorités ethniques sont plus nombreux que les enfants blanc (sic) et d'ici 30 ans, ils représenteront la majorité des électeurs, une tournant une évolution qui pèse de plus en plus dans la balance électorale

On ne saurait mieux dire qu'on vous a bien eu et qu'on vous emmerde: Faut-il rappeler que chez nous,  Hollande a du son élection au vote musulman ?

Posté par dissidence à 10:12 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire