DISSIBLOG

30 novembre 2016

Non la démocratie ne résulte pas du libre-échangisme

The New York TimesArticle du NY Times sur la publication à venir du rapport d'un chercheur de Harvard (Yascha Mounk) sur l'état de nos démocraties. Que dit cette étude (qui sera publiée en janvier dans The Journal of Democracy) ?


1) Que la théorie généralement acceptée en sciences politiques est "la consolidation démocratique" : une fois qu'un pays développe des institutions démocratiques, atteint un certain niveau de richesse et organise sa vie civile, sa démocratie se renforce et est assurée.
2) Cette théorie - nous dit Mounk - est validée par les faits partout en Occident entre les années 70 et le début des années 2000… Mais depuis, ça n'est plus le cas : les indices de libertés publiques reculent chaque année dans le monde.
3) Et ça n'est pas un hasard, selon Mounk. Les 3 symptômes de la crise de la démocratie (et du retour à l'autoritarisme) sont :

  • a) affaiblissement de l'attachement à la démocratie,
  • b) tolérance/attirance pour les formes autoritaires d'exercice du pouvoir,
  • c) succès des thèses et partis populistes...

Ces 3 symptômes progressent tous, et en particulier chez les jeunes.  Conclusion de Mounk : "Tous les signaux d'alerte sont au rouge" : le futur de nos démocraties est menacé, nous sommes entrés en phase de "déconsolidation" démocratique.


Curieux: aucune mention de l'emprise oligarchique, 1ère cause évidente du recul des démocraties occidentales ...

Posté par dissidence à 17:13 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire