DISSIBLOG

21 décembre 2016

Fillon contre Marine. Qui choisir ? Marion

18 décembre 2016 par Guillaume Faye
François Fillon sera le candidat de la droite institutionnelle au premier tour de l’élection présidentielle. Au duel prévu Juppé–  Marine Le Pen au second tour se substitue donc la forte probabilité – mais pas la certitude – d’un affrontement François Fillon–Marine Le Pen. La victoire de la seconde, la challenger, dépendra de son durcissement idéologique et du ramollissement de son adversaire. Mais une carte joker est entrée dans le jeu, une certaine Marion.  

La cause de la défaite du mollusque surdiplômé Juppé

La victoire de Fillon à la primaire, contre les sondages et les pronostics journalistiques, s’explique d’abord par la ”balladurisation” de Juppé. Comme Balladur, favori des sondages, s’était pourtant fait battre par Chirac en 1995, parce que sa réputation  de ”sage” avait fini par se transformer en une image de ”mou” (Ballamou), Juppé a suivi exactement la même pente. Face à un électorat de droite conscient de la gravité de la situation, il est apparu comme un politicien déconnecté du réel, la tête dans les nuages. Sa catastrophique formule d’ « identité heureuse », idiotie hors–sol, ses flirts sémantiques répétés avec les idées des bobos de gauche, ont fait d’Alain Juppé – surnommé Ali Juppé parce que flattant l’électorat musulman – une sorte de mollusque politique, peu crédible dans une situation de crise et de tempête.

Comme Hillary Clinton aux États–Unis, il était le candidat de l’establishment, notamment médiatique, parisien, gauchiste chic et politiquement correct, mais pas du peuple ni de la bourgeoisie traditionnelle. Ce positionnement stupide ne pouvait que le faire battre, malgré les pronostics orientés des médias de l’oligarchie. Surdiplômé, (normalien, énarque, agrégé,)  fort intelligent au sens cérébral et mécanique (bonne mémoire, travailleur, etc. mais sans imagination ni réflexion percutante), formaté par un corset conformiste et sans bon sens, dépourvu d’originalité personnelle, Juppé est le type même du haut fonctionnaire robotique, psychorigide, fade, fait pour reproduire parfaitement un moule idéologique mais certainement pas pour proposer la moindre vision historique à son pays. L’élimination de M. Juppé de la vie politique nationale est une bonne nouvelle pour la France.  

Fillon et Juppé, les frères siamois

Marion Maréchal–Le Pen remarqua, au lendemain de la confrontation télévisée du 24 novembre entre Juppé et Fillon, sa surprise en écoutant « deux hommes qui veulent être président sans parler d’immigration, de l’UE, du terrorisme et de la France des oubliés ». Ces deux médecins qui prétendent guérir le malade, ces deux anciens premiers ministres qui ont été à la tête de l’État sans rien faire de sérieux et en laissant tout s’aggraver, promettraient aujourd’hui de tout chambouler avec des remèdes miraculeux ? Tragi–comique. En consacrant 90% de leur discours à l’économie et en passant sous silence les sujets qui fâchent, le vainqueur Fillon comme le vaincu Juppé appartiennent à cette même catégorie apolitique : les politiciens ; ce qui souligne l’absence très préoccupante d’hommes d’État (ou de femmes d’État) dans la classe politique française. Le dernier aura été George Pompidou, ses successeurs n’étant que des simulateurs et le dernier, M. Hollande, ne méritant même pas la moindre définition.

Pendant l’entre-deux tours de la primaire, Fillon pas plus que Juppé, n’ont abordé le fond des problèmes. Deux thèmes furent survolés et bâclés : l’immigration invasive et les graves lacunes de l’Union européenne. Natacha Polony écrit : « on eût aimé entendre les candidats à cette primaire […] sur leur vision des institutions européennes, et notamment de cette autorité de la concurrence qui préfère voir nos fleurons industriels rachetés par des firmes américaines ou chinoises plutôt que de les autoriser à former des champions européens. Ou sur la façon de rétablir des changes favorables à l’économie française. Ou sur la lutte contre les paradis fiscaux. Ou sur cet impérialisme juridique américain utilisé comme arme économique. […] Hélas, personne n’a véritablement intérêt à clarifier ses positions ».  Bonne analyse.

Probable duel Fillon–Marine Le Pen au second tour de la présidentielle

Il est probable – mais rien n’est sûr puisque M. Macron se tient en embuscade – que cette configuration se produira. Il aurait mieux fallu qu’elle affronte le gaucho–compatible Alain Juppé. Une bien plus forte partie de la droite aurait voté pour elle. Fillon, plus dangereux pour le FN, rassemble un meilleur pourcentage d’électeurs de droite que Juppé, parce que son image a été alignée sur le concept ”libéral–conservateur”.

Fillon a mobilisé à la primaire la droite ”conservatrice”. Mais si la bourgeoisie provinciale et catholique avait été la seule à soutenir Fillon, jamais il n’aurait obtenu 66,5% des voix. Car Fillon a rassemblé aussi une sérieuse partie de l’électorat des classes moyennes modestes qui avait voté FN. Même si c’est une imposture, il est apparu plus ”dur” que le FN dans plusieurs domaines, un FN qui met le bémol sur ses fondamentaux et qui –M. Philippot en sera tenu responsable – risque de se saborder en perdant sa marque de fabrique. Fillon distille habilement le message subliminal : non, Marine Le Pen n’est pas de droite, elle est de gauche. Elle l’aide – par son discours inspiré par son vice–président et, si elle continue, elle est sûre de perdre dans une France en pleine droitisation !  Nous y reviendrons plus bas.

En diabolisant Fillon, la gauche l’a servi, contre une Marine qui s’aseptise

Fillon a été diabolisé par les médias de gauche subventionnés, (Le Monde, Libération, Politis, L’ObsMédiapart, France Culture, etc) relayés partout, surtout à France Télévision. On l’a présenté comme un salaud ”ultralibéral” thatchérien, un catho néofasciste, homophobe. Jusqu’à comparer son programme à celui du régime de Vichy, selon Pierre Bergé. De telles outrances infantiles l’ont renforcé. Il est apparu comme un candidat présenté comme ”plus dangereux que le FN”. Le message a été traduit ainsi par l’électorat de droite : Fillon entamera une vraie rupture, mieux que le FN, puisque l’oligarchie de gauche caviar parisienne a bien plus peur de lui que de Marine Le Pen qui, elle, se tiédit sous l’influence de Philippot.  

Le score imprévu de François Fillon à la primaire peut créer une dynamique où il ravirait, dès le premier tour de la présidentielle, des voix au FN et l’empêcherait d’accéder au second tour. Parce qu’il apparaîtrait plus capable que Marine le Pen, freinée par des utopies approximatives et un manque d’expérience, de redresser le pays. On pourrait par exemple avoir un duel Fillon–Macron ou Fillon contre un candidat vieille gauche. Hypothèse à envisager par le FN…

Pendant la campagne de la présidentielle de 2007, Jean-Marie Le Pen aseptisa son discours, (influence de Soral, le Philippot d’alors) notamment sur l’immigration, pensant élargir son électorat. Résultat : il fut éliminé dès le premier tour et Sarkozy, qui muscla ses propos, lui confisqua une partie de son socle d’électeurs. La même mésaventure, issu du même mauvais calcul, pend au nez de Marine Le Pen : elle a mis le bémol sur le refus de l’immigration – thème fondamental qui fédère tous ses électorats – au profit de la carte du souverainisme anti–UE ; elle a suivi la ligne de M. Philippot, qu’elle croit finaude, mais qui pourra s’avérer une tactique suicidaire. (1) Marine Le Pen, dans ces conditions, risque non seulement d’être battue au second tour, si elle y accède, mais même éliminée dès le premier.  Comme son père en 2007.  

Les handicaps de Marine Le Pen, obsédée par l’ euro–bashing

Selon Yves Thréard, du Figaro, au sein du Front national, « en coulisses, la troupe nourrit de réelles interrogations sur la pertinence, la justesse du programme de Marine Le Pen » et douterait des accusations de cette dernière sur la « casse sociale » que provoquerait le programme « ultralibéral » de Fillon.

Le projet libéral–conservateur de Fillon (en économie et sur les sujets de société) risque d’apparaître plus sérieux à l’électorat de droite que le discours incantatoire du FN, avec sa sortie de l’Euro et son programme économique régressif, socialo–étatiste, très voisin de celui de l’extrême–gauche et financièrement inapplicable.  

Enferré dans son euro–bashing répétitif – et souvent mal argumenté –, l’appareil dirigeant parisien du FN est apparu comme monomaniaque, attribuant à l’UE tous nos maux. Plutôt que de proposer un programme étayé de refondation de la très défaillante UE, la direction du FN choisit la politique–fiction, comme le retour immédiat au Franc. Ces improvisations ne choquent personne, suscitent l’indifférence ou font sourire. L’effet est aussi désastreux que le programme socio–économique ”vieille gauche”.

La plupart des arguments anti–Union européenne du FN sont justes, mais ils sont trop obsessionnels. Ils occultent le reste et restreignent le discours de défense contre l’invasion migratoire et la décadence. Et surtout, on note un manque de contre–propositions concrètes, une absence de travail programmatique positif.  Peut-être existe–il au sein du FN. Mais, en tout cas, il n’est pas ”communiqué” à l’électorat, il est invisible. D’autant plus que sur l’immigration, sa marque de fabrique, la direction du FN baisse la garde. Sa communication sur ce point, même avec la ”crise des migrants”, est incroyablement timide. Même LR fait mieux ! Le FN voudrait–il récupérer de l’électorat musulman ou issu de la ”diversité” ?

Une critique de Fillon mal ciblée

Face à François Fillon, Marine Le Pen, peut perdre beaucoup plus d’électeurs de droite que récupérer, voire conserver d’électeurs de gauche. Traiter Fillon d’ « ultralibéral », en rabâchant le mot–valise de toute la gauche et de l’extrême–gauche, est stratégiquement inopérant. Parce que c’est faux et que tout le monde le sait.

Restreindre les aides sociales aux Français, oui, cela serait de la « casse sociale ». En a–t–il été question ? Mais simplifier le droit et le code du travail, ramener le pourcentage de fonctionnaires au niveau de la moyenne OCDE, raboter leurs privilèges uniques au monde, supprimer la catastrophique exception –communiste – française de l’ISF, des 35 h., interdire les grèves politiques (payées !), privatiser partiellement et réformer l’impuissant, déficitaire et injuste système de sécurité sociale, abaisser les seuils d’imposition sur les classes moyennes et les revenus de l’épargne et du capital, briser le carcan administratif et réglementaire qui paralyse les initiatives, etc. toutes ces mesures ”libérales” (mais non pas ”ultralibérales” !) sont au contraire parfaitement ”sociales” : elles sont seules susceptibles de réduire le chômage, d’améliorer la productivité (y compris des services publics), de stopper la fuite des cerveaux et des capitaux investisseurs. J’ajoute que beaucoup de ces mesures ne sont même pas proposées par Fillon… Ce candidat à la présidence serait–il, comme tous les autres, un faux dur ?

Les positions de Fillon contre l’État providence et pour les libertés économiques séduiront la partie électorale du FN des entrepreneurs petits et moyens et des professions libérales, attachés aux ”libertés économiques ”. Ce qui retirera des voix à Marine Le Pen. Son pari de séduire des électeurs venus de la gauche, souvent crypto–communistes, attachés à l’assistanat social généralisé, à l’étatisme économique, peut rapidement atteindre ses limites car cet électorat et son modèle de société (le communisme, au sens étymologique) est en déclin. La France populaire est de moins en moins communiste. Elle est d’abord identitaire.

La direction parisienne du FN bercée par le politiquement correct

La France « apaisée » de Marine Le Pen  a l’allure mollassonne de l’ « identité heureuse », le slogan déphasé de Juppé, ou de l’ « apaisement » bisounours de Macron. Ces mots d’ordre sont parallèles dans leur ambiguïté, alors que les Français redoutent les débuts d’une guerre civile ethnique ! Cette formule de Marine est contre–productive, pour tous ses types d’électorat. Le message compris est : pas grave, tout va bien, soyons cool ! Soyons politiquement corrects. Pas de rébellion ! Erreur majeure de communication. On regrette le temps où le FN avait son atelier de propagande  avec ce slogan génial : « Tenez bon, on arrive ! ». Alors que la situation était beaucoup moins grave qu’aujourd’hui !

La propagande actuelle du FN est inadaptée. Le slogan de Fillon, « la fermeté tranquille » est plus habile, moins terne – plagiat de « la force tranquille » inventée par Séguéla pour Mitterrand. Personne n’a eu l’idée au FN d’un slogan mobilisateur, fort ? Manque de créativité et d’enthousiasme parmi les cadres dirigeants de ce parti ? Influence des mous du genou ? Logique d’appareil qui stérilise – toujours – la créativité ? Lorsque la forme décline, c’est le signe qu’en dessous, le fond s’affadit. Espérons qu’au sein du FN, des forces vont reprendre tout cela en mains…

Fillon ou le risque de l’imposture. Un nouveau Chirac ?

Fillon est taxé, par la direction du FN, de « brute » sur le plan économique – entendez ultralibéral antisocial – et de « faux dur » sur les questions d ’identité et d’immigration. La première assertion est fausse, la seconde peut être vraie. Aux yeux de Marine Le Pen, le pire, chez Fillon, c’est qu’il n’est pas souverainiste et ne remet pas en cause la soumission à la technocratie bruxelloise. C’est assez exact.

Mais François Fillon tiendra-t-il ses promesses de campagne, comme il ne cesse de le jurer ? Osera-t-il déconstruire toutes les mesures de gauche dans tous les domaines ? Immigration, Éducation nationale, Justice, réglementations économiques, Code du travail kafkaïen, suppression des 35h et de l’ISF, de la fiscalité anti-familiale, abrogation des nouvelles lois contre la liberté d’expression, etc. Le chantier de la dératisation est sévère. Fillon a été le Premier ministre du matamore Sarkozy, de 2007 à 2012 (cinq ans, un record !) peu combattif et admirablement obéissant, souvent humilié. Sans jamais même menacer de démissionner. S’il est élu président au printemps 2017, le même homme va-t-il renverser la table ? Les lois de la psychologie humaine sont assez claires : qui a bu boira. Un homme, surtout à cet âge, ne se transforme pas. Un caniche ne devient pas un pitbull.

François Fillon a été perçu comme le plus ferme vis à vis de l’islam et du terrorisme, le plus clair contre le pédagogisme qui détruit l’école ; ce fut une des causes de son succès à la primaire de la droite. Mais enfin…en paroles ! « Paroles, paroles », comme chantait Dalida. D’autre part, aujourd’hui libéral et hier séguiniste, ”gaulliste social”, on peut craindre qu’il ne soit surtout une girouette.

François Fillon pourra difficilement appliquer son programme libéral s’il est élu à l’Élysée, c’est le raisonnement un peu désolé de Luc Ferry – qui est pourtant filloniste. Il estime que la majorité des Français est accroc à l’État Providence, que les nouvelles idées libérales de Fillon sont minoritaires (c’est à la fois juste et faux, il confond la ”majorité” avec les corporations dominantes) et que ce dernier devra se battre pour que ses réformes ”libérales” ne soient pas enterrées, comme le furent celles de 1995, 2005, 2016. Osera–t-il (il n’a jamais osé quand il était à Matignon) affronter les grèves, les manifestations, les syndicats, les tirs de barrage médiatiques ? Doute…

Son livre Vaincre le totalitarisme islamique l’a aidé et installé dans le public droitier comme plus dur qu’un FN qui recule sur ce sujet capital. Cela dit, quand il était Premier ministre de Sarkozy, ce brave Fillon n’a rigoureusement rien fait contre l’islamisation de la société française, contre l’immigration de colonisation. Pourquoi voulez-vous qu’il change ?

« Le plus probable,écrit Jacques Julliard dans Le Figaro (05/12/2016), est que toute la gauche ira au deuxième tour voter Fillon pour barrer la route à Marine Le Pen ». Fillon, alors élu avec les voix de la gauche, subirait de fortes pressions pour renoncer à une grande partie de son programme afin de ”remercier” ses électeurs de gauche. Il n’est pas sûr qu’il y résiste. C’est ce qui s’est produit avec Chirac ou Estrosi (nouveau président de la région PACA, encore un faux dur) élus grâce aux voix de gauche. Fillon peut amender son programme, le ”délibéraliser”, le gauchir sur le plan de l’immigration, de l’Éducation, de la famille, etc. et, au fond, faire… du Chirac ou du Sarkozy. S’il est élu président en 2017, faites–lui confiance, ce scénario risque de se reproduire !

La journaliste politique Catherine Nay n’est pas d’accord. Elle estime que Fillon, qu’on a longtemps appelé « Mr Nobody », Monsieur Personne, est un homme de caractère, « tenace ». Tenace pour conquérir l’Élysée, oui, mais après ? Il dit admirer Margaret Thatcher (« la meilleure protection sociale, c’est l’emploi » disait-elle), bête noire de la gauche et bien au delà. Il apprécie aussi Schröder, qui a ressuscité la prospérité allemande au début des années 2000, avec son programme anti–étouffement socialo–étatiste Agenda 2010, qui a parfaitement réussi. Formidable. Fillon est un politicien tenace (pour être élu). Mais, sera– t–il un homme d’État tenace ? On peut toujours croire aux miracles.

Peu de temps près avoir emporté la primaire de la droite et du centre, le redoutable Fillon, le 13 décembre 2016, a fait comprendre qu’il reculait sur son programme de réforme de la Sécurité sociale. Déjà ! Avant même d’être élu à l’Élysée, comme il l’espère. Si cet homme, dont les communicants ont construit une image de ”pilote de course” (complètement fantaisiste) devient président, il est à craindre qu’il cale dès le démarrage. Encore plus significatif : au cours d’une réunion à Bruxelles, le 15 décembre, sous la surveillance des autorités de l’UE –qu’il craint– M. Fillon, a piteusement renoncé à ses promesses d’entente avec la Russie, d’opposition aux sanctions, au profit d’un discours anti–Poutine affligeant. Ça fait beaucoup, deux reculades en si peu de temps. Il pourrait au moins attendre d’être élu président pour trahir sa parole !

L’hypothèse d’une élimination de Marine Le Pen dès le premier  tour

Néanmoins, l’opinion, superficielle, ne se rend pas compte de la vraie nature de Fillon. La ligne idéologique de ce dernier, selon Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion de l’Ifop, peut capter une partie de l’électorat FN au premier tour et compromettre la présence de Marine Le Pen au second. Les tenants de la ligne économique socialo–gauchisante du FN, qui voudront contrer le libéralisme de Fillon, sortiront affaiblis et plomberont leur candidate, jouant le rôle de repoussoirs. La position libérale–identitaire décomplexée de Fillon serait dans l’opinion plus forte que celle de la direction du FN qui copie les idées mourantes de la gauche frondeuse, en plein déclin dans la population. Déçue, une partie de l’électorat FN abandonnerait ce parti et voterait Fillon dès le premier tour. Fillon affronterait donc un candidat issu de la gauche –peut-être Macron ?– arrivé second au premier tour. Cette hypothèse me semble peu probable, mais négliger l’improbable est oublier le possible. En tout cas, Marine le Pen ne doit pas tenir pour une évidence qu’elle sera qualifiée pour le second tour. Ses chances de l’être sont inversement proportionnelles à son alignement sur son confesseur.

Ce dernier, Florian Philippot, parie sur le ralliement au FN d’un électorat de gauche, déçu par Hollande, au prix d’un programme FN photocopiant l’idéologie socialiste. Ce choix est perdant et inintelligent. Le ”Front républicain” fonctionne toujours à pleins canons : seule une minorité d’électeurs de gauche se reporte sur le FN. Pour gagner des voix, il faut mordre à droite. Quand un énarque, comme M. Philippot, conseille une stratégie, c’est très clair : il  est urgent de faire exactement l’inverse. Comme je l’ai dit plus haut : en 2007, Jean –Marie Le Pen a été éliminé au premier tour parce qu’il levait la pédale sur les fondamentaux du FN – notamment l’invasion migratoire. Le même sort guette sa fille dix ans après. Son père a suivi Soral, il a perdu ; si elle suit Philippot, elle perdra.

La ligne Marine–Philippot est peu prometteuse, celle de Marion plus astucieuse

Il semble se dessiner une fraction au sein du FN opposant une voie centriste et  politiquement correcte (Marine Le Pen et Florian Philippot) et une voie ”droitière” et rebelle incarnée par Marion Maréchal –Le Pen. Selon Guillaume Tabard, après la querelle Marine–Marion sur le remboursement de l’IVG et la polémique publique, entre la députée du Vaucluse et le vice-président du FN, « ce qui est en jeu, c’est la ligne stratégique du Front national. C’est le choix entre un FN malgré tout de droite, et encore ”sociétal”, et un FN de plus en plus de gauche, avant tout social » (Le Figaro, 10–11/12/2016). Marion Maréchal–Le Pen, ainsi que le député Gilbert Collard, estiment que la victoire du FN viendra des électeurs de la droite résistante ” hors les murs”. Marine Le Pen et Florian Philippot font le calcul inverse – et sociologiquement très incertain – que, pour contrer Fillon, il faut séduire les déçus de gauche. De là s’ensuit un discours socio–économique (dit ”progressiste”, en réalité conservatiste) de style vieille gauche, des positions ”sociétales” de plus en plus politiquement correctes, un bémol remarqué sur l’islam et l’immigration, une concentration de critiques répétitives et mal formulées sur l’UE.

En rejetant la ligne de Marion Maréchal–Le Pen, la direction parisienne du FN offre bêtement à Fillon sur un plateau cet électorat de droite ; sans pouvoir récupérer par sa démagogie l’immense majorité du fameux électorat de gauche déçu par Hollande qui, de toutes façon s’abstiendra ou ne votera jamais FN !  

Cela étant dit, bien qu’elle ait raison  sur le fond, le dernier angle d’attaque de la députée du Vaucluse – l’IVG et sa gratuité – n’était pas parfait… Il y a des sujets plus cruciaux, comme par exemple, l’AME, le cout énorme des clandestins inexpulsables, etc. La prochaine fois, elle pourrait choisir des thèmes mieux ciblés.

Ce que devrait faire Marine Le Pen

L’impression que donne Marine Le Pen de vouloir brider et contredire sa nièce, est d’autant plus malvenue que, sous la pression de l‘establishment, François Fillon va commencer, à se modérer, à reculer, à se recentrer, à s’affadir. Ça commence, évidemment. Il va suivre sa nature. Marine Le Pen devrait, dès maintenant, profiter de ce créneau et prendre un virage idéologique dur. En deux temps : 1) supprimer en douceur de son programme socio–économique le lourd conservatisme socialisant  dévalorisé ; 2) s’attaquer intelligemment et professionnellement à l’Europe de Bruxelles, avec un programme précis. Et non pas avec des utopies, des imprécations, des proclamations plus tonitruantes que crédibles ; 3) réaffirmer, ce qui n’a pas été fait sérieusement, un programme dur contre l’invasion migratoire, contre l’islamisation, pour la ”remigration”, pour la restauration de l’identité française, de l’Éducation nationale, de la Justice et de la répression pénale, etc. Comme il y a toutes les chances que des attentats  islamiques et des émeutes ethniques aient lieu d’ici le printemps 2017, ainsi qu’une nouvelle pression invasive migratoire, cette ligne porteuse aura tout intérêt à être durcie.  

D’autre part, Marine Le Pen devrait se démarquer de l’anti-libéralisme dogmatique de Florian Philippot, qui se dit ”gaulliste” sans l’être, adepte de l’ ”État stratège” en confondant souveraineté et bureaucratie étatiste. Ce qui ne correspond absolument pas aux idées ou à la pratique du général de Gaulle. Ce dernier, faisant appel à Jacques Rueff, a mené une politique économique totalement contraire à ce que préconise le programme socialiste de la direction du FN. M. Philippot n’est pas dans la continuité de Richelieu et de Colbert, mais dans celle de la SFIO et du PC.

Aux primaires de la droite et du centre, trois électeurs sur quatre venus du FN ont voté Fillon. Ils pourront recommencer leur geste à l’élection présidentielle si Marine Le Pen continue de se recentrer, d’affadir son discours, de se gauchir, sous l’influence  de son vice–président. En revanche, si elle s’en libère et l’écarte en douceur, opère un retour sur les fondamentaux qui sont le moteur du vote FN, elle pourra rebondir.

Après–demain, Marion ?

Si Marine Le Pen continue de donner l’impression d’être sous influence de son premier lieutenant en lui passant tous ses caprices – tout en essayant de faire croire qu’elle est la cheftaine– elle se déconsidérera. Beaucoup s’abstiendront de voter pour elle, d’autant qu’ils penseront qu’elle ne se contente pas de suivre son favori mais qu’elle exprime ses propres positions personnelles, politiquement correctes. Il serait donc inutile de voter pour une candidate mièvre et recentrée, de plus très probablement perdante. Logique du vote utile, qui touche 90% de l’électorat.

Au contraire, si elle se réconcilie avec sa nièce et se rapproche de ses vues, en écartant M. Philippot, elle démultipliera son potentiel électoral, dès 2017. Se rend-elle compte que sa connivence affichée avec son vice–président la dessert ? Pour Marine Le Pen, un tel choix de rupture serait blessant pour son orgueil, mais une condition indispensable pour éviter son élimination – car elle aura difficilement  deux chances.

Quoiqu’il en soit, la polémique entre Florian Philippot et Marion Maréchal Le Pen, a marqué un échec du premier et un succès de la seconde. L’ancien énarque, apparatchik de nature, n’attire pas la sympathie et a très peu de chances de rencontrer un destin national. En revanche, dans les prochaines années, la jeune députée du Vaucluse peut en avoir un, un destin national. Pour plusieurs raisons convergentes, faciles à comprendre. En 2022 ? Voire avant en cas de crise ? Si elle ne se décourage pas jusque là et continue à faire de la politique. Et à repousser ses ennemis. Elle est un espoir pour la France. Elle doit tenir.

(1) L’hypothèse selon laquelle Florian Philippot serait un agent télécommandé faisant de l’entrisme au sein du FN pour le détruire de l’intérieur a été avancée. Et pas par n’importe qui. Sans aucun document fiable sur ce soupçon, on ne peut l’accréditer.

http://www.gfaye.com/fillon-contre-marine-qui-choisir-marion/

Posté par dissidence à 15:34 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire