DISSIBLOG

08 septembre 2017

A Saint Bart, la jet-set découvre le « vivre ensemble » ethnique

Irma Après le désastre, l’anarchie (Vidéo)Les conséquences du passage de l’ouragan Irma dans les Antilles sont dramatiques, pour deux raisons différentes. La première concerne le bilan de la catastrophe naturelle, qui a coûté la vie à au moins 4 personnes sur l’île de Saint-Martin et tout dévasté, emportant arbres, voitures et maisons entières. Le décor autrefois somptueux des territoires prisés des touristes et de la jet-set a muté en un amas désorganisé de débris importants. Sans compter que la montée des eaux a rayé de la carte certaines portions de terre. L’autre conséquence terrible concerne le moral et les réactions de la population locale. La situation s’embrase depuis hier, car des scènes de pillage, et même de « guérilla », selon une envoyée spéciale de Guadeloupe 1re, se multiplient. De leur côté, nos confrères de LCI ont recueilli un ensemble de témoignages de la part d’habitants désabusés face à de tels comportements. Xavier réclame l’arrivée de l’armée et la mise en place d’un couvre-feu, après avoir constaté que des pilages avaient eu lieu « dans tous les magasins alimentaires et non alimentaires ». Nathalie, qui réside à Saint-Martin depuis six mois, se désole également face au manque de sécurité et ajoute : « Ce qui m’a le plus choqué, le plus désolé, c’est les pillages, les bagarres pour une télé, pour un ventilateur ».

Qui se cache derrière ces larcins « non nécessaires » ? Les habitants évoquent des groupes armés, parfois masqués par des cagoules ou des casques. Ces derniers n’hésiteraient pas à dévaliser également les maisons de leurs voisins. Nathalie décrit « des jeunes avec des machettes qui regardent méchamment ». Un autre habitant de la partie néerlandaise de l’île assure lui avoir vu des revolvers en pleine rue. Murielle complète à son tour : « Ils agissent sous les yeux des gendarmes, qui sont débordés. Tous les volets roulants qui ont résisté à Irma sont arrachés à la barre à mine ». En marge de son déplacement sur place, la ministre des outre-Mer Annick Girardin a aussitôt alerté le gouvernement sur la situation anarchique qui règne là-bas et a confirmé avoir vu de ses propres yeux des jeunes piller des magasins. « C’est pas toujours pour des besoins d’eau ou des besoins alimentaires (…) On voit comme certains peuvent profiter de la détresse des autres », a-t-elle assuré à l’antenne de BFMTV.

Pour répondre au besoin d’ordre, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a tonné que tout serait rapidement mis en œuvre pour éviter le chaos. Il a annoncé ce jeudi que 400 gendarmes venus de Guadeloupe viendraient renforcer le dispositif précaire déjà en place. Le Premier ministre Edouard Philippe a ordonné par ailleurs l’envoi d’un escadron de gendarmes mobiles en plus, qui seront chargés de sécuriser la voie publique et de surveiller les bâtiments sensibles. Le poids de la justice aura aussi toute son importance. C’est pourquoi un procureur de la République sera envoyé à Saint-Martin et Saint-Barthélémy très rapidement, pour inciter les gens et commerçants victimes de vols et d’agressions à « porter plainte si nécessaire ». Reste que sur le plan humanitaire, la situation reste très difficile. Les vivres se font assez rares depuis que la tempête tropicale a sévi. La triste loi des séries risque de surcroit de se produire, puisqu’un nouvel ouragan, baptisé cette fois « Joel », s’est formé dans l’Atlantique et devrait de nouveau frapper les Antilles ce samedi.

source


Bienvenue dans le monde périphérique !

Posté par dissidence à 17:32 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire