DISSIBLOG

17 janvier 2020

Un Camus peut en cacher un autre

Pour le commissaire politique Frédéric Potier (DILCRAH), évoquer le Grand Remplacement, c’est de la « haine », donc répréhensible par la justice


 

Résultat de recherche d'images pour "renaud camus"

L’écrivain et militant politique Renaud Camus comparaissait ce jeudi, devant le tribunal correctionnel d’Auch, pour « incitation à la haine raciale et à la violence ». Il était jugé pour des tweets et des vidéos publiées sur Internet, en 2017 et 2018.

La Dépêche relate : « Une phrase a notamment été au cœur des débats : « S’il n’y a d’alternative que la soumission ou la guerre, la guerre cent fois », la présidente du tribunal Cécile Delazzari interrogeant longuement le prévenu quant à savoir s’il n’y voyait pas un appel à la violence. Ce dernier se bornera à dire qu’il s’agit d’un « appel politique ». Elle lui rétorque qu’elle y voit un « appel aux armes ». »

Voici d’ailleurs la phrase complète (le journal en donne une version tronquée) : « Si par malheur il n’y avait d’alternative qui nous fût offerte qu’entre la soumission et la guerre, la guerre alors, cent fois ».
La République va-t-elle déboulonner les statues de De Gaulle ?!

Frédéric Potier.pngMais attardons-nous plutôt sur les propos, très graves et très révélateurs de sa méthode, de Frédéric Potier.
Préfet, ce zélé serviteur du Régime est délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH). La DILCRAH est un énième (mais public cette fois, au budget de 100 millions d’euros par an !) organisme de traque des propos politiquement incorrects. Elle s’évertue donc à traîner devant les tribunaux les Français qui n’appliquent pas bien l’idéologie cosmopolite du Régime, pour les y saigner financièrement et les détruire socialement, en vue de maintenir une terreur intellectuelle sur la France.
Bref, Potier est une sorte de super commissaire politique.
Voici ce que déclare ce préfet – qui s’est déplacé pour l’occasion – à La Dépêche (2e partie de la video) :

En substance, il décrète que critiquer l’immigration de masse (et même « de remplacement » désormais) c’est de la haine, et c’est donc interdit (et punissable). Sous le prétexte (avancé de façon perverse et hypocrite) de l’amour, on détruit complètement la liberté d’exprimer la réalité et l’on établit un totalitarisme brutal, dont les conséquences seront l’anéantissement du peuple français autochtone.
Bonus: voici ce que prophetisait jadis un autre Camus, héraut celui là d'une certaine "république" encensée par la franc maçonnerre à laquelle émarge le mignon de la DILCRAH actuel ...
Résultat de recherche d'images pour "camus albert immigration"
... et les conséquences actuelles de cette prophètie:

Posté par dissidence à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire