DISSIBLOG

14 novembre 2013

Désinformation - Manipulation - Vers une criminalisation du "souverainisme" ?

L'affaire de la banane ressemble de plus en plus à l'affaire Carpentras

1er étage : désinformation et manipulation

"A la une de l'hebdomaire une photo de la garde et de sceaux et le mot ... singe" Voilà comment le JT de France 2 commente ce qui est devenue l'affaire Minute, reprenant il est vrai la même désinformation de l'AFP

"Insupportable", "indigne", "minable": la classe politique a fermement condamné mercredi la Une de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute comparant Christiane Taubira à un singe, qui fait l'objet d'une enquête du Parquet et de trois plaintes pour injure raciale.


Taubira "comparée" à un singe ? Voilà exactement les termes de la couverture de l'hedomadaire satirique: « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ».

Voilà comment on déforme délibérément les faits, en transformant une pochade style Charlie Hebdo en une insulte directe à caractère raciste évidemment aggravant, crime passible de la Gayssotine

2ème étage: Vers une criminalisation du "souverainisme"

Et ce n'est pas tout: Taubira, interrogée fort opportunément à propos de cette affaire sur le FN ose mettre ce dernier en cause. Assorti d'une menace à peine voilée, se référant à la déclaration de Rome :

Le 23 septembre à Rome, dans un geste inédit, 17 pays ont jugé utile d'apporter leur soutien à la ministre dans une "Déclaration de Rome". Ce texte appelle les Etats membres et la Commission européenne à préparer au plus vite un "Pacte 2014-2020 pour une Europe de la diversité et de la lutte contre le racisme", qui concerne les institutions européennes, les pouvoirs publics, mais aussi la société civile.


A l'origine de l'initiative, la vice-premier ministre belge, Joëlle Milquet, également ministre de l'Intérieur, avait alors relevé "dans tous les pays européens, une poussée des partis d'extrême droite, qui s'assument ainsi, et d'autres qui se cachent en parlant de préférence nationale ou en stigmatisant les personnes d'origine étrangère ou leur confession".

Pour Sandro Triulzi, spécialiste de la colonisation italienne en Afrique, "la difficulté pour l'Italie c'est d'accepter son caractère multiculturel", un processus "qui s'est produit en 20 ans seulement". [NDLR: bel aveu du remplacement de population parfaitement assumé]

Le pays était dans le passé une terre d'émigration (il y a 60 millions de personnes d'origine italienne à l'étranger). Elle compte aujourd'hui 5,2 millions d'étrangers sur son sol pour une population d'environ 60 millions d'habitants.

Fin juillet, Mme Kyenge ministre italienne de l'Intégration et première ministre noire de l'Italie a lancé un plan qui prévoit un renforcement de la législation contre le racisme, mais aussi des campagnes dans les écoles, dans les milieux sportifs et dans le système de santé pour aboutir à "un changement culturel".

On va donc clairement vers une interdiction potentielle de la préférence nationale ... et des partis qui la prononcent !

=> Voir aussi: vers une interdiction du FN ?

L'antiracisme, arme des destruction massive de l' "UMPS"

Le feuilleton de la banane taubiresque est parti d'une obscure video mettant en cause des enfants de manifestants de La Manif Pour Tous. Or cette manifestation était menée (entre autre) par des militants issus de l'UMP ... lesquels sont toujours membres de ce parti, à la différence des quelques dérapeurs du FN aussitôt démis de leurs fonctions par ce dernier.

Quant aux insultes directement proférées à l'endroit de Marion Maréchal Lepen par l'attaché parlementaire du sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, au demeurant parfaitement assumées par ce dernier, elles ont fait l'objet de cette remarquable mise au point de la pote parole du parti socialiste Laurence Rossignol:

"Marion Maréchal-Le Pen est elle-même l'héritière d'une longue tradition politique de propos déplacés. Je comprends qu'elle soit mécontente mais elle porte fièrement le nom du premier insulteur de la vie politique française" Les oreilles de Madame Maréchal Le Pen étaient bien moins sensibles quand elle n'était pas la cible et qu'elle défilait au milieu des pancartes homophobes et sexistes ou quand son grand-père tenait des propos racistes et négationnistes ou quand sa tante prône le déremboursement de l'IVG."

Aucune sanction donc ni même d'excuse donc, la contestation de la politique sociétaliste ouvrant droit au devoir d'insulte !

Posté par dissidence à 08:18 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire