DISSIBLOG

05 juin 2018

Rééducation télévisuelle forcée

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, présentait hier son projet de réforme de l’audiovisuel public. Pour cela, elle était entourée de Delphine Ernotte de France Télévisions, Sibyle Veil de Radio France, Marie-Christine Saragosse de France Médias Monde, Véronique Cayla d’Arte France, et Yves Bigot de TV5 Monde.

Quels sont les éléments phares de cette réforme ?

Plusieurs objectifs et moyens ont été annoncés. Tout d’abord, France Télévisions devra se débarrasser a minima du canal hertzien de France 4, sa chaîne jeunesse, afin de se concentrer sur le canal numérique. Dans la lignée de ce changement, deux nouveaux médias en ligne vont être lancés en 2018, un consacré à l’art et la culture et un autre consacré à la jeunesse, proposant du contenu  « en formats courts et innovants ». De même, le ministre compte interroger les citoyens d’outre-mer quant au maintien de France Ô sur un canal hertzien. France 3 devra, quant à elle, se rapprocher des radios France Bleu afin d’améliorer son offre locale et régionale. Sur le plan financier, peu de détails ont été livrés, mais le ministre a insisté sur l’importance de la collaboration plus étroite entre les différentes sociétés de l’audiovisuel public  « les synergies entre sociétés vont se développer, pour permettre à l’audiovisuel public d’innover, de gagner en performance et en visibilité ». Ce point commence déjà à inquiéter les syndicats.

Mais il y a également un autre sujet inquiétant 

En effet, le ministre a également insisté lourdement sur sa volonté de faire émerger un audiovisuel public  « engagé ». Elle a ainsi annoncé la création d’une « plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles », avant de déclarer que certains Français étaient  « hautement réactionnaires » et d’annoncer que les chaînes et les radios de l’audiovisuel public  « changeraient les mentalités sur le terrain » et devaient devenir « le miroir de nos différences » . Appuyant cette prise de position, Françoise Nyssen est même revenue sur la prise de position de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, qui estimait en 2015 que les  « mâles blancs » étaient trop nombreux à l’antenne, en lançant  « Delphine, tu n’es plus seule » . Avec Françoise Nyssen, les médias de l’oligarchie avanceront donc à visage découvert.

Posté par dissidence à 14:53 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire