DISSIBLOG

27 septembre 2019

Réforme territoriale: une imposture républicaine de plus !

La pseudo réforme territoriale voulue par le Parti Socialiste produit ses premiers effets, 3 ans après son entrée en vigueur. Verdict : elle a entraînée une envolée des déficits au profit des politiciens et des fonctionnaires sans rien changer à la gestion déjà en place.

Le Figaro (source) :

Selon les magistrats financiers qui se sont penchés sur la question, la fusion de régions, décidée en 2015 par François Hollande, ressemble à un vaste gâchis avec à la clé un surcoût en matière de dépenses de personnel et une vaste reconduction des modes de gestion préexistants.
Réforme clé du quinquennat Hollande, la fusion des régions en quatorze grands ensembles date désormais de plus de trois ans. La loi du 16 janvier 2015 avait fait passer leur nombre de 22 à 12 en métropole (la Corse étant une collectivité à statut particulier), sept étant issues du regroupement de deux ou trois anciennes régions.
L’heure est donc au premier bilan. Et celui livré, ce mardi, par la Cour des comptes n’est pas glorieux. Cette réforme territoriale, qui devait permettre de rendre la présence de l’État plus efficace sur les territoires, manquerait pour l’instant totalement sa cible. L’étude d’impact de la loi ne chiffrait pas les gains d’efficacité attendus, mais le gouvernement -par la voix du secrétaire d’État à la Réforme territoriale de l’époque, André Vallini- s’était avancé sur des économies possibles de l’ordre de 10 milliards d’euros à moyen terme.
Nous en sommes loin. «Les gains d’efficience visés par ces réformes restent aujourd’hui limités en raison de la reconduction, dans la majorité des cas, des modes de gestion préexistants, résument les hauts magistrats de la rue Cambon dans leur rapport annuel sur les finances publiques locales. Au contraire, des surcoûts sont identifiés, notamment en termes de rémunération des personnels administratifs et d’indemnités des élus
Comment expliquer cet échec? D’abord, pour des raisons d’équilibre politique évidentes, les nouveaux ensembles se sont efforcés partout de maintenir «des sites situés dans les chefs-lieux des anciennes régions». Seule la Nouvelle Aquitaine aurait assumé une logique de rationalisation en rassemblant à Bordeaux l’essentiel de ses équipes de direction.
Ensuite, les dépenses de personnel ont fortement augmenté. «Les regroupements de régions ont occasionné des dépenses supplémentaires liées à la rémunération des personnels ou aux indemnités des élus, dont les régimes ont été alignés sur les dispositions les plus favorables parmi celles des anciennes régions», note ainsi la Cour. «Globalement, en l’absence d’une politique volontariste de réduction des effectifs, en 2021 les dépenses annuelles supplémentaires en matière de régime indemnitaire des régions fusionnées représenteront entre 49,35 millions d’euros et 53,35 millions d’euros par rapport à la situation de 2016», préviennent les magistrats.

En résumé, la « réforme territoriale » n’a rien réformé. Elle a tout juste réduit le nombre de régions sur la carte administrative de l’Hexagone sans toucher à la structure elle-même. Résultat, non seulement aucune économie n’a été faite mais cela a été l’occasion pour les politiciens et les fonctionnaires territoriaux d’augmenter unilatéralement leurs salaires au prétexte d’un « alignement par le haut ».

Avec 50 millions d’euros de surcoûts liés à l’augmentation salariale précitée, c’est un demi-milliard d’euros supplémentaire tous les dix ans que devront financer les contribuables avec cette « réforme » qui a tout d’une imposture pensée et voulue par le Parti Socialiste français.

source

Posté par dissidence à 14:44 - France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire