DISSIBLOG

10 octobre 2019

U€: Oedipe se prend une claque !

Goulard Rejete 10 10 2019Commission européenne : la candidature de Sylvie Goulard rejetée par les eurodéputés


Parmi les eurodéputés appelés à s'exprimer, 82 ont voté contre elle, 29 pour et un s'est abstenu. La Française est visée par deux enquêtes, dont l'une menée par l'office anti-fraude de l'UE.

Sylvie Goulard, ancienne ministre française désignée par le président Emmanuel Macron pour siéger dans la future Commission européenne, a vu jeudi sa candidature rejetée à une forte majorité lors d'un vote des eurodéputés, a appris l'AFP auprès de sources parlementaires.

Sylvie Goulard a «pris acte» jeudi du rejet de sa candidature par le Parlement européen. «Je prends acte de la décision du Parlement européen, dans le respect de la démocratie. Je remercie le Président de la République et Ursula von der Leyen (ndlr: la future présidente de la Commission européenne) pour leur confiance et tous les députés qui ont voté pour moi», a écrit la candidate française à la Commission européenne, dans un message publié sur son compte twitter.

Parmi les eurodéputés appelés à s'exprimer, 82 ont voté contre, 29 pour et un s'est abstenu, selon les mêmes sources. Deux enquêtes sont en cours, l'une par la justice française, l'autre par l'office anti-fraude de l'UE (Olaf), sur la participation de Sylvie Goulard à un système d'emplois fictifs pour son parti, le MoDem (centre).

Sylvie Goulard a été victime d'un «jeu politique», a réagi jeudi l'Elysée peu après la décision du Parlement européen. Emmanuel Macron va désormais réfléchir aux «suites à donner, dans le respect du portefeuille attribué à la France», a dit la présidence de la République. «L'Elysée prend acte du vote négatif du Parlement européen à l’égard de Sylvie Goulard», déclare la présidence. «Elle a fait l’objet d’un jeu politique qui touche la Commission européenne dans son ensemble.»

Emmanuel Macron a affirmé ce jeudi «ne pas comprendre» les raisons du rejet de la candidature de la Française Sylvie Goulard à la Commission européenne, évoquant d'un ton acide «ce qui s'est joué de ressentiment, peut-être de petitesse» dans le vote des eurodéputés. «Je me suis battu pour un portefeuille, j'ai soumis trois noms», a commenté le chef de l'État lors d'une conférence de presse à Lyon: «On m'a dit ''votre nom est formidable, on le prend'' et puis on me dit finalement ''on n'en veut plus''. Il faut qu'on m'explique». 

Posté par dissidence à 16:28 - Europe - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • L'UE va mourir

    Puisse l'EU enfin comprendre qu'elle ne peut plus jouer les pompiers incendiaires en faisant n'importe quoi avec n'importe qui... Les déboires se succèdent à vitesse grand V dans cette institution qui vacille à prendre des décisions ineptes et souvent contraires aux intérêts de ses membres, qui plus est décisions prises par des membres plus copains (coquins !) qu'élus... L'UE va donc mourir par la faute de ses dirigeants qui se croient intouchables.

    Posté par Souleymane, 12 octobre 2019 à 08:19

Poster un commentaire