DISSIBLOG

24 février 2014

Dérives post démocratiques

Lu ici, a propos des « printemps néo-démocratiques » 

Il y a là un clair glissement de la conception de la démocratie, il me semble. Cela a commencé avec les « printemps arabes ». Sous prétexte que la rue s’opposait à des dictateurs. Et c’est la suite du printemps arabe qui a vu s’effectuer le glissement : en Egypte. Dans ce pays il y a eu des élections, régulières pour autant qu’elles pouvaient l’être, et donc un gouvernement démocratiquement élu, fatalement islamiste. Mais la rue « démocratique » a manifesté, et l’armée (financée par les Etats-Unis) a « démocratiquement » renversé le gouvernement. Depuis lors c’est partout la rue qui est démocratique, et le pouvoir élu qui est dictatorial (Tunisie, Turquie, Grèce, Ukraine, aujourd’hui Venezuela). Sauf en France. Parce que la rue n’a raison que si ses revendications sont celles de l’oligarchie mondiale.

Posté par dissidence à 18:12 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire